M-19

M-19

Après une supposition de fraude électorale en 1974, qui, une fois de plus, met hors jeu les politiciens de gauche certains candidats socialistes décident de former le groupe du M-19.

Dès le début de leur existence ce groupe est très actif et réalise des actions très médiatiques. La plus fameuse est le vol de l’épée de Simon Bolivar en 1974 en déclarant: Bolivar ton épée retourne à  la lutte, […] avec le peuple, avec les armes pour le pouvoir!

Entre 1978 ils construisent un tunnel de 80 mètres pour pénétrer dans un camp militaire et voler plus de 5000 armes. Une grande répression suivit, et de nombreuses personnes sont torturées.

En 1980 ils prennent l’ambassade de la république dominicaine en otage alors qu’une réception s’y déroule, avec, notamment, l’ambassadeur des Etats-Unis. Ils demandent la libération de 320 guérilleros. 61 jours après ils finissent par accepter la libération des otages et prennent un avion pour Cuba.

1985 est l’année qui va marquer l’histoire du M-19. 35 guérilleros attaquent le Palais de Justice, en plein centre de Bogotà¡. Ils exigent une entrevue avec Président. L’armée décide d’intervenir, et cela se termine en bain de sang. La majorité des guérilleros sont tué mais aussi une cinquantaine de civil, en majorité des magistrats. Encore aujourd’hui il existe une polémique concernant cette intervention. Nombreux sont ceux qui accusent l’armée d’avoir profité de ce moment pour tuer leurs opposants qui siégeait à  la Cour Suprême et d’avoir brûler les archives.

D’autres accusent le M-19 de s’être allié avec les narcotrafiquants pour réaliser l’opération, avec comme but de brûler les archives concernant les trafiquants.

Le nouveau gouvernement (1986-1990) commence alors des négociations de paix avec eux, qui se termine par une démobilisation le 8 mars 1990, le M-19 se transforme alors en groupe politique connu sous le nom d’Alliance Démocratique M-19.

Leur candidat à  la présidence pour les élections de 1990 est assassiné, apparemment par les narcotrafiquants. Son remplaçant de dernière minute, Navarro, réussit à  se placer en 3e position. Le groupe réussit aussi à  être représenté à  l’assemblée constituante.

Actuellement le groupe du M-19 n’existe plus en tant que tel, mais de nombreux anciens leaders et membres font parti du Polo Democratico Independiente, seul parti de gauche.

Navarro reste, encore aujourd’hui, une figure politique importante dans le pays.

 

Retour sur la page Le Conflit Colombien

Une réflexion au sujet de « M-19 »

  1. Ping : Les fantômes de Bogotá sur Corto en Colombie ?

Laisser un commentaire