Uribe rend visite à Chavez

On est ravi de l’apprendre, Uribe est parti pour 7 heures au Venezuela, il va manger à  son copain Chavez. Après avoir voulu envoyer leur peuple respectif se battre et se tuer pour eux pour une crise de jalousie à  deux euros voilà  qu’ils se tapent une petite bouffe au palais.

Négociation: quelle hypocrisie!!!

Je le mentionnais il y a quelque temps: deux émissaires, un suisse et un français, retournait dans la jungle pour négocier avec les FARC. Ces émissaires sont, bien sûr, préalablement autorisé par le gouvernement colombien, ce qui est parfaitement logique.
Mais voilà  aujourd’hui ce même gouvernement colombien les renvoie dans leur chaumière, il ne sont pas content « d’apprendre » que le suisse a des contacts avec les FARC depuis perpèt!
L’émissaire suisse n’est autre que monsieur Gontard, professeur de l’Institut du développement de Genève, connu du monde académique et politique comme étant bien à  gauche. Connu aussi pour négocier avec les FARC depuis une vingtaine d’année et avoir réussit notamment la libération d’un groupe d’otage il y a quelques années.
Le personnage n’est pas vraiment représentatif de la politique suisse et l’ambassadeur suisse à  Bogotà¡ l’a rappelé, un peu tard certes. Et de la même manière qu’on peut se préoccuper des contacts français en Colombie il serait souhaitable que la suisse choisisse mieux ses négociateurs. Cependant il est plus qu’absurde de la part du gouvernement colombien que d’autoriser une négociation, en sachant très bien qui est qui (même moi petit blogueur que je suis, je le sais alors déconnons pas, non?) et ensuite de discréditer tout le monde avec des blabla sorti de derrière les fagots.
Le pire est qu’ils n’en sont pas à  leur coup d’essai, le gouvernement colombien avait autorisé la médiation de Piedad Cordoba puis de Chavez, pour ensuite accuser Cordoba de traitrise à  la patrie et envoyer Chavez par la petite porte, prétextant trop de scandale. Cordoba a toujours trop parlé et Chavez a toujours faire le clown, il n’y avait rien de neuf sous les tropiques au moment des médiations.
Alors les soi disant mails entre l’émissaire suisse et Raul Reyes (le fameux ordi est de retour!) n’ont rien de surprenant et vouloir faire croire au monde que c’est une surprise et que le suisse est en réalité un terroriste des FARC ça frôle le ridicule et cela démontre une fois de plus que le gouvernement d’Uribe n’est pas du tout prêt à  une quelconque négociation.
Alors la question est: pourquoi continuer à  faire croire au monde que les négociateurs sont des incompétent, des terroristes (on est tous des terroristes) quand le seul truc qu’on veut c’est envoyer des bombes???
Et le pire, et probablement ce qui m’énerve encore plus, c’est de voir des journalistes stupides reprendre les conneries du gouvernement dans le journal officiel sans se poser de question. Cet article est un tissu de mensonge, rempli d’erreurs…

Chavez appelle les FARC à la paix!

Un article dans le monde résume les dernières phrases de Chavez. Elles sont un peu surprenante dans le contexte mais elles ne sont pas incohérente avec les restes de son discour sur le sujet en général. Chavez a toujours appelé les FARC à  négocier, leur rendant souvent hommage mais acceptant le fait que leur combat est passé. Cependant il n’agirait pas de manière cohérente avec ses dire, en fournissant par exemple des armes à  la guérilla: un militaire venezuelien vient de se faire attraper avec 40 mille cartouches destinées aux FARC.

« Marulanda est mort, c’est le moment Cano ! (…) Je crois que l’heure est venue pour les FARC de libérer tous ceux qui sont dans la montagne [les otages]. Et sans rien en échange ! Ce serait un grand geste humanitaire », a déclaré Hugo Chavez durant son programme radiotélévisé dominical « Allô Président », dont la radio colombienne Radio Caracol diffuse un extrait sur son site Internet.

« En Amérique latine, un mouvement guérillero armé n’est plus à  l’ordre du jour, et cela il faut le dire aux FARC », a poursuivi le chef de l’Etat vénézuélien. « C’est ce que je voulais dire à  Marulanda », a ajouté le dirigeant, qui a regretté de ne pas avoir obtenu l’accord de la Colombie pour rencontrer l’ancien numéro un des FARC, mort fin mars. « Maintenant je le dis à  Cano : la guerre de guérillas fait partie du passé. Et vous, les FARC, vous devez savoir que vous êtes devenus une excuse pour l’Empire [américain] pour nous menacer. Le jour où il y aura la paix en Colombie, cela en sera fini de l’excuse de l’empire du terrorisme, comme [les Américains] le disent », a estimé M. Chavez.

[…]

C’est la première fois que le président vénézuélien adresse un message à  Alfonso Cano depuis que sa désignation à  la tête des FARC a été annoncée fin mai pour succéder à  Manuel Marulanda, leader historique de la guérilla. « Je dis à  Cano : allez, libérez tous ces gens, puis, avec un groupe de pays », démarrons les négociations sur un accord de paix, a insisté Hugo Chavez. Selon lui, un moyen d’inciter les rebelles à  renoncer au champ de bataille pour la politique consisterait à  ce que les gouvernements étrangers les considèrent comme belligérants et non comme des « terroristes ». Pour le président vénézuélien, qui avait demandé en début d’année le retrait des FARC de la liste des organisations terroristes, considérant que les rebelles devaient être reconnus comme « des forces insurgées », un tel groupe aurait des droits sur le plan international mais ne pourrait pas détenir des otages.

La suite

Chavez Uribe: le cirque continue

On est content, nous tous qui avons un billet pour le cirque.. il y a des prolongations gratuites, nos deux clowns favoris font du zèle: « t’es passé chez moi » « non c’est pas vrai » « si tes bonshommes ont franchi la ligne » « non c’est pas possible c’est une rivière alors si c’était vrai ils auraient les pieds mouillés » …

Oui oui je vous le jure, c’était le dialogue de deux présidents de la république. L’histoire a REcommencé lorsque Chavez a envoyé une protestation officielle pour « incursion illégale de troupes de l’armée colombienne sur le territoire vénézuélien »…

Uribe a aussitôt répondu: « S’il est vrai que nos troupes ont pénétré [au Venezuela], alors nous présenterons nos excuses. Dans le cas contraire, nous donnerons notre explication ».

Ensuite les ministres ont parlé de rivière à  la frontière que personne n’aurait pu rater et aujourd’hui la Colombie annonce qu’il n’y a pas eu de violation de souveraineté. C’est drôle parce que tout le monde a toujours dit que de toute façon les militaires comme la guérilla passaient la frontière très souvent et très facilement. Mais personne n’a jamais fait de scandale, tout le monde le sait et tout le monde s’en fout… Sauf que là  ça se passe juste après l’entrée d’un nouveau personnage dans le numéro: Interpol, qui cela dit en passant est très bon…

Aujourd’hui c’est repos, donc la suite lors de la prochaine représentation…

Interpol garanti la validité des documents de l’ordinateur de Reyes

Interpol a donné son verdict, les ordinateurs de Raul Reyes n’ont pas été trafiqué. Les documents qui en sortent sont donc considéré comme valide.

Article dans Le monde:

Le Monde a eu accès à  une centaine de courriels qui traitent du Venezuela. « Le président Chavez a accepté sans sourciller la demande de 300″, écrit Ivan Marquez, un autre chef des FARC, après avoir été reçu par M. Chavez à  Caracas le 8 novembre 2007. D’autres courriels laissent penser qu’il s’agit de 300 millions de dollars. « Il faudrait préciser si c’est un prêt ou si c’est de la solidarité », s’inquiète le dirigeant historique des FARC, Manuel Marulanda.

[…]

En février 2008, une rencontre secrète a lieu entre Ivan Marquez et le président vénézuélien. M. Chavez affirme qu’il dispose des « premiers 50 et d’un calendrier pour compléter les 200 sur l’année ». Il offre aux FARC un « quota de pétrole » et « des vieux lance-pierres qui marchent encore » (des fusils, selon Bogota) en provenance du Nicaragua. M. Marquez écrit : « L’ami de 348-6546-6447-6849-6471-6542 lui a suggéré de travailler le paquet par la voie du marché noir pour éviter des problèmes. » Ce chiffre serait le code pour la Biélorussie, fournisseur d’armes de Caracas. Révélés par le quotidien espagnol El Pais, ces documents ont provoqué la colère de M. Chavez, qui accuse la Colombie et les Etats-Unis d’ourdir un complot contre lui. Le rapport technique d’Interpol ne lèvera pas tous les doutes. « En filtrant les documents au compte-gouttes, Bogota prête le flanc aux suspicions de manipulation politique, note un diplomate latino-américain. On sait que la France a rencontré plusieurs fois les FARC pour obtenir la libération d’Ingrid Betancourt. Or, bizarrement, rien n’a encore paru sur le contenu de ces pourparlers. »

Les documents révélés sont une mine d’informations sur les FARC et leurs relations, émaillées d’incidents, avec le gouvernement vénézuélien. En 2000, M. Chavez reçoit officiellement une délégation des FARC, engagées dans des pourparlers de paix. Déjà , la guérilla fait savoir qu’elle veut de l’argent et des armes. Après la rupture du processus de paix, M. Chavez prend néanmoins ses distances avec les FARC, apparemment sur le conseil des Cubains. Aucune réunion « au sommet » n’aura lieu avant celle de novembre 2007.

Les faits validés sont plus ou moins les même autant chez El Tiempo comme chez El Espectador… Il nous reste à  attendre une réaction du Venezuela, peut être pas de son président, mais des autres…

Un seul truc me chagrine dans cette divulgation d’information, et j’attends avec impatience que cela sorte au grand jours, il n’y a rien sur l’Equateur et son président Correa, ni sur l’armement nucléaire, ni sur les relations française avec les FARC. Le doute restera-t-il complet?

Equateur et Venezuela: leurs rapports avec les FARC se précisent

Les fameux ordinateurs de Raul Reyes parlent beaucoup, ce sont des machines nouvelles générations parce qu’elles sont capable de produire de l’inédit chaque jours… C’est super bien en relation international parce que cela permets au chefs d’état, tous confondu, de s’adonner à  leur sport préféré: la blablate… et comme gouverner c’est fatiguant, ils préfèrent les ordinateur de Reyes. Pendant ce temps la population attends que le conflit s’arrête et les otages attendent la neige en Amazonie.

Si on revient un peu sur les détails on voit que ces temps on a de nouvelles (!!!) informations: Chavez a collaboré avec les FARC, les a aidé à  s’armer, les a financé… etc. Il leur a même demandé de former un peu les militaires venezueliens… Il faut aller lire les articles du journal Le monde et de El Pais. J’avoue que là  je ne suis pas septique. D’autres sources (de terrain comme on dit dans le jargon) le confirme. Et cela fait, parait-il, un moment que ça dure.

El Pais cite un mail daté du 8 février 2008 dans lequel Ivan Marquez explique qu’Hugo Chavez jouerait le rôle d’intermédiaire avec les autorités biélorusses. « L’ami de Biélorussie a suggérer de faire passer le paquet par le marché noir (…) Le 17 de ce mois, un haut responsable proche de notre ami de Biélorussie arrive à  Caracas pour finaliser l’affaire. Angel nous a demandé d’être présents pour s’accorder directement avec lui », indiquerait le mail. Angel serait le pseudonyme de M. Chavez et « l’ami de Bielorussie » serait Và­ctor Sheiman, secrétaire du Conseil de sécurité biélorusse et proche du président Lukachenko.

Pour le reste le problème est que, bien souvent, le gouvernement colombien n’est pas très crédible, sans parler de ses liens avec les paramilitaires, parce que dès le moment où on veut bien écouter ce que disent les guérilléros il faut aussi écouter les paramilitaires… Si le gouvernement colombien n’est pas crédible c’est simplement parce qu’il veut on faire trop. Le coup de l’armement nucléaire était trop gros, trop faux, trop tout ce qu’on veut. On l’a d’ailleurs vite oublié.

Ensuite l’attaque contre Correa a été aussi très mal menée… et au niveau international c’est pas passé.

La réponse du premier concerné est claire: (interview de Marie Delcas pour Le monde)

Les documents de Raul Reyes semblent indiquer que le gouvernement équatorien entretenait des liens avec les FARC…

Je me moque de ces documents et de ce qu’en pensent les Etats-Unis, Interpol et la Colombie.

Et le problème est que les preuves sont plus qu’insuffisante, mélangées une intervention remplie de mensonges. L’attaque ne s’est pas du tout réalisée comme le gouvernement colombien l’annonce. (sans parler des nombreux changement dans leur version, par exemple ici)… même les militaires colombiens l’acceptent en messe basse, et l’ambassadeur des US refuse donner des détails…

Le résultat est que Correa bénéficie du soutient de presque toute l’Amérique Latine et de l’Espagne sur la question. Ce qui amène à  des conclusions qui ne plaisent guère en Colombie… pourtant (j’en parlais déjà  là  tiens..).

Vous avez évoqué la possibilité de reconnaître aux FARC le statut de belligérant…

Si les FARC, qui ont une armée organisée et qui contrôlent une partie du territoire, cessent leurs actions terroristes, s’ils cessent les prises d’otages, s’ils respectent le droit humanitaire, nous pourrons les reconnaître comme un interlocuteur afin de négocier la paix. La France a exactement la même position que l’Equateur. (Le ministre français des affaires étrangères) Bernard Kouchner me l’a confirmé (à  Quito fin avril). Si c’est pour négocier la libération des otages ou, mieux encore, la paix en Colombie, l’Equateur est prêt à  tout. Ne comptez jamais sur nous pour la guerre.

Alors au jour d’aujourd’hui, si on a probablement suffisamment d’info pour croire que Chavez a soutenu (et soutient?) les FARC, la possibilité que telles affirmations soit valide pour le cas de Correa est chaque jour un peu plus réduite. La crédibilité international du gouvernement d’Uribe ne devrait donc pas s’améliorer.

Le Venezuela de Chavez

le-venezuela-de-chavez1.JPG

On m’a rapporté un petit cadeau du Venezuela. J’ai beaucoup apprécié le détail…

Accords de Paix à la réunion du Groupe de Rio

Correa Chavez et Uribeà‡a y est tout le monde est content. Uribe, Ortega, Chavez et Correa se sont serré la main et on signé un pacte de paix.

Uribe a accepté en public son erreur d’avoir violer la souveraineté d’Equateur et a demandé pardon. Correa a accepté ses excuses. Tout le monde a dit qu’il ne fallait pas collaborer avec les FARC que c’était pas bien. Uribe a dit qu’il retirait ses bateaux de guerre de la frontière avec le Nicaragua et Ortega, tout content a dit qu’il rétablissait ses relations avec la Colombie. Et enfin, Uribe a dit qu’il n’irait pas à  la Cour Pénal International et Chavez lui a serré la pince.

Tout le monde est content, pendant une semaine on s’est bien marré, on a entendu de tout et de n’importe quoi, mais comme beaucoup le dise par ici, c’était une dispute de président, le peuple s’en fout et ne veut pas de guerre.

La conclusion est que quand les Etats Unis ne sont pas là  les décisions sont bien plus simple. La réunion de l’OEA n’avait rien donné… la réunion du groupe de Rio a réglé le problème en une journée. Maintenant on reprend là  où on en était il y a une semaine … c’est à  dire à  la libération des otages … et Chavez a annoncé qu’il avait des preuves de vie de 6 d’entre eux.

PS: l’autre grande nouvelle du jour est qu’un autre membre du secrétariat des FARC est mort, Yvan Rios, tué par ses propres hommes… apparemment il y a quelques tensions au sein même des FARC…. Le groupe de Rio ne voudrait pas intervenir???

Un peu d’humour pour se sauver des bombes

Hier la journée a été tendue par ici, la précédente aussi, même la partie de poker du dimanche était centrée la dessus… un sénateur a fait hier un long speach pour expliquer le Chavez peut même attaquer Bogotà¡ avec ses petit avions et ses Hernigropère. Mais quand on y pense c’est tellement débile que ça me donne envie de rire. Et du coup je vais vous raconter l’histoire, en résumer et un peu transformée à  ma sauce, imaginée par les auteurs du blog Tienen Huevo qui définitivement mérite bien le titre de blog semana de l’année.

L’histoire commence parce que Chavez est très jaloux du bisous d’Uribe à  Piedad Cordoba:

uribepiedad.jpg

Chavez attend donc désespérément une occasion pour se fâcher contre Uribe. Et celui-ci attaque en territoire amis (la Gran Colombia) il profite donc pour faire un scandale.

Mais voilà  dans l’ordinateur portable du méchant tué, le gouvernement d’Uribe trouve les plans de Chavez pour attaquer:

minesweeper.jpg

Les plans tombent donc à  l’eau alors une réunion au sommet est convoquée mais la conclusion n’est pas celle qu’on attendait:

husseinyreyes.jpg

Du coup il ne reste plus qu’une solution:

amores.jpg

que nos deux machos fasse la paix.

Tensions entre les 3 pays frères: Venezuela, Colombie et Equateur

generales_imgarticulo_t1_41475_20061129_111949.jpgL’attaque de la part de l’armée colombienne en territoire équatorien qui termina avec la vie de Raul Reyes, membre du secrétariat de FARC a créé une série d’incidents qui petit à  petit sont susceptible de rendre la situation grave. L’opération a eu lieu dans la nuit de vendredi à  samedi et s’est fait sans l’accord du gouvernement équatorien. Ensuite Uribe a appelé Correa pour lui signaler que lors d’un combat les militaire colombien avait du passer quelque peu la frontière et avait finalement réussit à  abattre Reyes.

L’explication d’Uribe n’a au départ pas trop posé de problème. La crise a débuter lorsque que Correa s’est rendu compte qu’Uribe lui avait totalement menti. Que ce n’était pas du tout une action de défense sinon une attaque bien préparée et que l’armée colombienne avait complètement violé la souveraineté de l’Equateur, entrant à  plus de 10 km dans ses frontière.

Le fait le plus grave n’est pas forcément la violation de l’espace aérien, ce n’est pas la première fois que cela arrive et même si cela crée quelques tensions ce n’est jamais grave, le problèeme c’est le gros mensonge du président à  un autre président. C’est du foutage de gueule en direct ou comment prendre les autre pour des cons! Forcément Correa n’accepte pas les plate excuse du gouvernement colombien, ce qui est bien normal. Il rompt donc les relations diplomatiques, n’importe quel autre pays aurait fait la même chose.

Dans un même temps, Chavez, non trop content d’avoir un copain qu’il peut utiliser pour ses fins personnels fait la même chose, et monte d’un cran. Il envoie 10 bataillons à  la frontière. Ce qui en soit ne fait pas vraiment peur à  la Colombie, depuis 3 mois Chavez saute partout et insulte Uribe, mais la dépendance économique entre les 2 pays est tellement forte qu’une guerre parait totalement absurde.Chavez, Morales, Correa et uribe

Et là  le gouvernement colombien ne trouve rien de plus malin que de faire monter la tension. Il commence à  accuser le gouvernement de Correa d’avoir des relations avec les FARC. L’annonce faite par le chef de la police se fait une heure après le discours de Correa refusant les excuses de la Colombie. C’est exactement le type de thème qui sont secret et qui se parle entre diplomate pour éviter toute tension et avoir des explication… Non, Uribe attaque. Correa est un terroriste. (à  ce rythme il n’y a bientôt plus que Bush qui ne va pas être un terroriste).

Correa annonce qu’il envoie des troupes à  la frontière… Le problème est qu’autant Chavez peut passer pour un excentrique fou aux yeux de la communauté internationale autant Correa est un président tout à  fait respecté. C’est un économiste considéré comme brillant (il a un doctorat au US) et c’est un président tout à  fait légitime. Il est donc normal que le Chili, l’Italie, l’Argentine etc. demande des explications au gouvernement colombien.

L’attaque du gouvernement d’Uribe contre Correa est la 3e erreur en 24h. Je ne sais pas si Uribe prend les décision tout seul ou s’il est accompagné mais si c’est le cas ses assesseurs ne doivent pas être autre chose que des militaires…

Mais surtout on ne change pas une méthode qui ne fonctionne pas, il faut être sûr qu’elle ne fonctionne pas, alors le gouvernement colombien récidive et il accuse Chavez de financer les FARC. à‡a chauffe encore un peu plus et le Venezuela expulse l’ambassadeur colombien. Maintenant tout le monde est prêt pour attaquer les deux voisins. Super, on est tous content.

La question des relations avec les FARC est un peu plus délicate que simplement un soutient à  une bande terroriste. Il est peut être bien de rappeler quelque faits. Effectivement les FARC emploient des méthodes terroristes, ils attaquent les civils (bien que la majorité de leurs attaques soit contre des organisme de l’Etat et donc pas des actes terroristes), séquestrent des civils. Ce sont des monstres sanguinaires qui croient que la fins justifie les moyens et qui vivent dans un autre siècle. Mais n’oublions pas non plus qu’il y a à  peine 7 ans le gouvernement colombien considérait les FARC comme une force politique armée, qu’il a permis et encourager ce même Reyes à  aller faire des conférences en Europe etc. Les FARC ont même eu des ambassade au Mexique et dans un pays scandinave. Pour ces raisons nier que leur création s’est faite pour des raison politiques est une erreur stratégique, ceci n’empêche évidemment pas de condamner leurs actions.

On prétend maintenant que d’un jour à  l’autre tous les pays du monde comprennent le changement radical du gouvernement colombien. Ce changement est compréhensible et juste de la part du gouvernement colombien, simplement il est normal que plusieurs pays continuent à  avoir des relations avec les FARC, surtout les pays voisins qui ont aussi besoin de garantir le fait que le conflit ne débordera pas chez eux.

Rappelons nous aussi que Chirac a négocié en secret avec les FARC pour obtenir la libération d’Ingrid Bétancourt en 2005. Une opération qui fut un échec complet (juillet 2005) . La France est donc aussi un pays terroriste. Les USA ne serait-ils pas aussi en train de négocier la libération de leurs 3 mercenaires?

Pour finir et revenir à  nos moutons, ce ne sont plus des coqs car ils sont trois, et en étant un peu réaliste on peut se demander pourquoi il y aurait un intérêt à  faire une guerre alors que les 3 pays sont totalement interdépendant économiquement. Militairement la Colombie est largement supérieur au deux autres, de plus il est fort probable que les US les soutiennent contre Chavez, probablement pas en envoyant de militaire sur le terrain mais à  travers par exemple d’entreprise privée type Blackwater (qui a besoin de se refaire une image après les évènement d’Irak de septembre 2007 … où ils ont tuer 17 civil pour rien).

chavez-25-janvier.jpgC’est surement pour cette raison que la Colombie se permet de telle provocation, simplement Chavez peut vouloir une guerre pour sauver son honneur et s’il arrive à  compter sur l’appui de l’Équateur et bien sûr des FARC il arrivera tout de même à  faire quelques dégâts … surement pas jusqu’à  Bogotà¡ et c’est aussi surement pour ça que le gouvernement s’en fout. De plus Chavez peut peut-être espérer sauver sa place au pouvoir grâce à  un conflit et une bonne dose de nationalisme. Par contre l’Equateur à  tout à  perdre, mais l’honneur peut jouer un grand rôle et la population équatorienne à  l’air de suivre son président. En essayant d’être aussi con que les assesseurs d’Uribe on peut penser que le gouvernement colombien peut voir un intérêt un intérêt à  ce conflit pour pouvoir en finir avec tous ces terroristes. Avec un conflit ouvert les militaires colombien pourrait bombarder toutes les frontières et ainsi espérer tuer tous les membres des FARC… (en même temps que la moitié de la forêt amazonienne).

Je suis en général un optimiste, je ne crois pas trop que cela puisse arriver… mais avec les dernières bourdes du gouvernement colombien qui à  réussit à  transformer un coup militaire intéressant en la pire connerie de l’année on peut douter des capacités internationales de cette bande de guerriers. Un coup de téléphone honnête juste avant l’opération aurait tout changé… quelle bande de débiles, j’en reviens toujours pas.