Tourisme philosophique

San Agustà­n est la traduction espagnole de Saint Augustin (354 – 430). Celui-ci est un très grand philosophe d’origine africaine. Il fait une carrière professionnelle à  Carthage comme professeur, puis à  Rome. C’est un sceptique qui se réfère à  Platon sur le plan métaphysique et les théories de connaissances. Après le sac de Rome en 410, qui va marquer la fin de l’Empire, le christianisme est très sévèrement critiqué, accusé d’être la cause de la chute de l’Empire. St. Augustin prend la défense du christianisme ; il critique le blasphème des païens.

Lire la suite

Un hommage

Fernando Peà±uela, acteur de théâtre (et un peu de télénovela), dramaturge, écrivain, musicien, prof … et j’en passe, est mort il y a deux jours, théâtralement. Les principaux journaux, Semana, El Espectador, El Tiempo, rendent hommage à  ce personnage de la scène artistique colombienne.
En mémoire des nombreux moments passé avec lui, voici une petite video publiée ici même il y a quelque années, lors d’une de ces nombreuses fêtes du théâtre de la Candelaria. « Camino verde »
Image de prévisualisation YouTube

Jaime Garzón: 12 ans d’impunité

Православни икони
Le 13 août prochain la Colombie célébrera le triste anniversaire de la mort du célèbre humoriste Jaime Garzà³n. 12 ans de faux témoignage et d’enquête fantôme. La famille et l’avocat chargé du cas ont cette année décidé d’attaquer l’État colombien devant la Cour Inter-américaine des droits de l’homme pour ne pas protéger la vie, ni empêcher le crime, ni enquêter les faits efficacement. Après la condamnation de l’État colombien par la Cour Inter-américaine des droits de l’homme pour le même genre de charge dans le cas Cepeda, on peut donc s’attendre à  une nouvelle condamnation de la Colombie…
Un excellent documentaire sur l’assassinat de Garzà³n et l’enquête a été réalisé par « Contravia », et mérite d’être vu… en espagnol:
Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube

À ne pas manquer

Une magnifique histoire, triste et tout mais avec un final où la justice gagne comme dans les films. à‡a se passe sur histoire de voyageurs et c’est raconté par Maikon:

Lors de mon séjour labourable en France, où je travaillais comme professeur assistant de portugais, j’ai souvent souffert du racisme. Dès les premiers mots que j’ai échangés avec ma professeuse superviseure (appelée dorénavant tout simplement « la Vache »), j’ai su que la coexistence entre nous n’allait pas être simple.

Le 4 octobre, vers 8h, je suis arrivé au collège où j’allais travailler pour faire signe que j’étais là . Je me suis présenté au directeur, à  mes futurs collègues et à  ma professeuse superviseure, à  qui, hypothétiquement, je devais aider. Moi, voulant lui donner une bonne impression, j’ai utilisé toute la sympathie qu’a pue m’inculquer ma culture brésilienne. Notre première conversation a pourtant été ainsi :

Moi : Bonjour, Madame. Enchanté de faire votre connaissance.

La Vache : Bonjour.

M : Je voudrais me présenter. Je suis votre nouvel assistant de portugais langue étrangère.

V : Ah, vous êtes donc Maïkon, n’est-ce pas ?

M : Oui, Madame.

V : Avant tout, sachez que vous êtes là  pour m’aider, pas le contraire. M’aider avec n’importe quoi n’importe comment n’importe quand. J’ai déjà  eu plusieurs assistants et tous m’ont causé beaucoup de problèmes, surtout ceux qui étaient brésiliens, car ils étaient tous des paresseux et incompétents. J’espère que vous ne le serez pas.

M : Ben… (quoi dire dans une situation pareille ?)

Moi, j’ai dû pensé à  basse voix : Maïkon, sois le bienvenu, putain !

La suite

Mosanto: la colombie en orange

Un site est entièrement dédié au monde de Mosanto, le but est que leur monde ne devienne jamais le notre…

Cette entreprise implantée dans quarante-six pays, Monsanto est devenue le leader mondial des OGM, mais aussi l’une des entreprises les plus controversées de l’histoire industrielle. Depuis sa création en 1901, la firme a accumulé des procès en raison de la toxicité de ses produits, mais se présente aujourd’hui comme une entreprise des « sciences de la vie » convertie aux vertus du développement durable.

En Colombie cela donne:

Le Roundup : un nouvel « agent orange » en Colombie ?

Le « Plan Colombie », mis en place à  partir de juin 2000 avec le soutien du gouvernement de Bogota, est un programme qui vise à  éradiquer les cultures de coca, qui approvisionnent le marché international de cocaïne et servent, en partie, à  financer les mouvements de guérilla.
Les épandages aériens de Roundup sont le principal moyen d’éradication et entre 2000 et 2006, on estime à  près de 300 000 hectares aspergés, principalement dans les départements du Cauca, de Narià±o et Putumayo. Les populations des ces départements sont également affectées par ce que certains appellent l’« agent orange de la Colombie ». Dans le seul département de Putumayo, où vivent plusieurs communautés indiennes, 300 000 personnes ont été intoxiquées.

La situation est si dramatique qu’en janvier 2002, une ONG états-unienne, Earthjustice Legal Defence Fund, a saisi la Commission des droits de l’homme et le Conseil économique et social de l’ONU. Dans son rapport, l’ONG dressait la liste de tous les maux qu’elle avait pu constater sur le terrain : « Troubles gastro-intestinaux (saignements sévères, nausées, vomissements), inflammation des testicules, fièvres élevées, vertiges, insuffisance respiratoire, irruptions cutanées et sévères irritations oculaires. Les épandages auraient aussi causé des fausses couches et des malformations à  la naissance. ».
De plus, « les épandages ont détruit plus de 1 500 hectares de cultures alimentaires (manioc, maïs, bananes plantains, tomates, canne à  sucre, prairies) et d’arbres fruitiers et provoqué la mort d’animaux (vaches et volailles). […] En résumé, la situation illustre clairement le lien entre environnement et droits de l’homme, car les épandages qui causent des dégâts sévères pour l’air, l’eau, la terre et la biodiversité, constituent une violation des droits de l’homme ».

L’auteur a aussi un blog.

BoutiqueLatina

Une initiative sympa de l’ami Jean-Luc: BoutiqueLATINA, décrite par ses propres soins:

Il s’agit d’une librairie latino-américaine en ligne, en quelque sorte. Qu’est-ce qu’on y trouve? Classés par pays, des livres, des disques et des films. Le tout présenté par catégories, afin de créer un semblant d’ordre et de faciliter la recherche : cartes et guides pour les voyageurs, littérature pour les cultureux, livres d’histoire ou de géographie pour les vraiment curieux… Plus le rayon musique et le rayon DVD.

Les grands travaux de Bogotá

Bogotà¡ est un monstre, énorme, gigantesque et rapide. L’évolution de cette ville est faramineuse, à  un tel point qu’il est possible de ce perdre dans son propre quartier.. les tours y poussent en 6 mois, les projets de construction s’enchainent…
En comparaison avec les capitales voisines c’est une ville assez moderne, sure (taux de mortalité 5 fois plus bas qu’à  Caracas par exemple), pour preuve: nombreux sont venu copier le système de transport massif, le transmilenio. Maintenant ces même dirigeants commencent à  venir copier le programme de Bogotà¡ sin Hambre (Bogotà¡ sans faim) mis en place par l’ancien maire, Luis Eduardo Garzon.
Les progrès de la ville ces 10 dernières années sont absolument impressionnants et les ambitions sont grandes. Le but, presque affiché, est de regagner la place de leader culturel, économique & industrielle dont bénéficiait la ville au début du 20e siècle. Bogotà¡ était un modèle de dynamisme et de culture. Le conflit, la violence et la mauvaise image ont englouti cette capacité du monstre, mais aujourd’hui on a l’impression que ça change.
La nouvelle administration s’est fait élire avec le projet fou mais nécessaire de construire un métro, et de créer un réseau de transport intégré entre le transmilenio, le train (genre de banlieue, une ligne existe mais n’est pas utilisée), les bus et le futur métro.
Au départ beaucoup était sceptique, et le candidat de droite, soutenu par le gouvernement affirmait que ce projet était impossible. La gauche a insisté et a gagné… un mois après, le gouvernement s’est rallié et a promis participer au financement du projet. La banque mondiale aussi puis la banque inter-américaine, puis d’autres privés… Finalement tout le monde veut participer à  ce superbe projet. Même un des architecte les plus connu du monde, Norman Foster, voudrait bien y mettre du sien.
Pour l’instant on en est à  la phase préparation du projet mais le maire, Samuel Moreno, a promit que les travaux commenceraient avant la fin de son mandat. J’ai assez confiance…
Et comme un projet ne vient pas tout seul, l’aéroport international de Bogotà¡ devrait être bientôt reconstruit… C’est un projet de la nation et non de la ville (la ville est très indépendante face au gouvernement, comme son nom l’indique, Bogotà¡ D.C.,c’est un district fédéral…). L’idée de départ était de l’agrandir et de le modifier. Soit disant c’était plus économique… Mais à  force de pression et des commentaires fort peu sympathique de l’ancien maire qui qualifiait de projet de « petite merde », le gouvernement national à  fini par céder et a décidé de reconstruire complètement l’aéroport, qui est actuellement une des pires crottes du continent.
Alors on peut dire maintenant que la transformation de la ville n’est pas prête de s’arrêter, sans compter le projet de rénovation du centre et de l’agrandissement du centre économique, des projets culturels (comme le centre culturel Garcia Marquez qui vient d’ouvrir) etc. etc. et le mieux de tout, tous les projets sociaux en route, et qui ont déjà  fait leurs preuves, de l’administration antérieure et actuelle.
Bogotà¡ est en chantier bruyant, mais le bruit ne vient pas des travaux sinon du monstre qui ronronne.

Le projet de l’aéroport:

Proverbe Muisca

 

guatavita.JPG

La Laguna Guatavita, lieu de culte Muisca.

Éduquer dans la vérité est un devoir qui va plus loin que le simple fait d’alimenter. De la même manière que le corps nécessite des aliments, l’esprit a besoin d’orientation et la nouvelle génération doit grandir orgueilleuse de ce qu’elle est et de ce qu’elle a. àŠtre fier d’être l’enfant de la mère terre perpétue notre savoir aux nouvelles générations.

Ma nouvelle passion: les Telenovelas

purasangre.jpg

L’acculturation (selon wikipédia) est un ensemble des phénomènes qui résultent d’un contact continu et direct entre des groupes d’individus de cultures différentes et qui entraîne des modifications dans les modèles culturels initiaux de l’un ou des deux groupes.

Je dois dire, pour que ce qui suit ait vraiment du sens, que j’ai été élevé selon un critère post 68 par des hippies qui se sont sauvés à  la campagne pour élever des poules. La télé n’était en aucun cas la copine de ma maman et du coup j’ai eu à  peine le droit de voir l’agence tout risque ou Macgyver. J’ai eu droit au cours de musique, de dessin, de botanique, de petits oiseaux, comment faire une salade avec du gazon etc. etc. mais la télé quasi que dal.

Quand je suis parti vivre seul à  mes 18 ou 19 ans (me rappelle plus) la télé est restée le cadet de mes soucis. La vie a continué et j’ai débarqué en Colombie. Alors là  je me suis dit qu’une partie de mon apprentissage et compréhension de la culture latino dépendait des télénovelas. J’ai donc essayé une, puis deux puis trois etc. à€ chaque fois au bout d’une semaine ou deux je craquais. Je trouvais ça trop chiant, débile, superficiel, ça ne me faisait même pas rire. Le flop était total. Et à  chaque nouvelle télénovela qui sortait j’essayais à  nouveau et jamais rien, j’étais un incapable, ignorant.

Mais voilà  en septembre passé RCN (la télé horrible) lançait une super méga production qui réunissait plusieurs acteurs colombiens pas trop mauvais (voir même bon): Pura Sangre. L’histoire de fond est une histoire d’amour entre un pauvre et une riche qui sont séparés et qui se retrouvent à  la fin. Le pur cliché, aucun doute possible… mais j’ai réussi à  la regarder en entier… bien sûr j’ai raté quelques chapitres mais finalement assez peu et j’ai assez bien aimé sauf la fin qui est nulle à  chier mais qu’importe j’ai réussi! alors je le dis bien haut:

J’AI VU UNE TÉLÉNOVELA EN ENTIER!!!! HUIT MOIS COMPLETS!!!!!

La classe, la grande classe… une vrai preuve d’intégration, voir même d’acculturation (hahaha).

Bon ... bin maintenant on a installé le câble... je vais pouvoir regarder des bons films.

Les bulles de savon

espanaho.jpgH?O Soap Making Sense est une pièce présentée, dans le cadre du festival, par deux espagnols originaire d’Alicante, comme mon copain Nacho. La pièce est une histoire de bulle de savon où les 2 hurluberlus jouent autant avec le savon, l’élément masculin sûr et inamovible, voire même ennuyeux, pour créer la bulle mystérieuse, belle et capricieuse: la féminité.
Ils ajoutent une bonne touche d’humour, de fumée et de vapeur pour créer un spectacle original, léger et sympathique.

On finira la soirée en beauté dans le restaurant mexicain du théâtre, Gilberto Alzate, que je ne saurais que conseiller à  ceux qui passent à  Bogotà¡. Situé sur les hauts de la Candelaria, le quartier historique, le dernier étage du resto vous offre une vue splendide sur une immense partie de la ville.
Pour couronner le tout, l’accès est tout aussi agréable que le repas lui-même, un doux mélange entre des textes politiques et engagés et une décoration mexicaine dans un contexte colonial.

La trahison des intellectuels ne consiste pas dans le fait de s’enrôler dans les tâches communes de l’humanité, sinon d’être des simples spectateurs d’un monde qui veut survivre et qui ne peut le faire sans leurs secours.