Et si ce n’était pas Chavez qui le disait?

Les FARC sont des monstres, qu’elles aient eu une raison d’exister ou non, qu’on soutienne ou défende le droit de prendre des armes pour sa liberté ou non, il est fondamental de se rendre compte que les FARC ne sont plus, si elles ont été, une guérilla qui défend le droit souverain du peuple. Les FARC sont un groupe hors du temps, pourri par l’argent de la drogue, tortionnaires et surtout inutile. Allez jeter un oeil sur les derniers posts (par exemple) de Patxi, c’est très explicite.

Les assassinats de Gaïtan et de Galà¡n, le « génocide » politique de la UP ont existé certes, et il existe un devoir de mémoire, de justice. De même justifier la lutte armée est chose possible, Fanon l’a merveilleusement écrit dans les damnés de la terre, la préface de Sartre est encore plus radicale. Mais tout est question de limite et temps. Or les temps, en Colombie, ont changé, les FARC ne représentent plus personne et plus rien.

Mais voilà , elles existent. Elles existent encore. Et faut bien faire quelque chose avec. Uribe et son administration ont dépensé sans compter pour que le monde se rende compte que les FARC était des méchants terroristes, qu’on ne pouvait pas les soutenir, qu’elles étaient liée à  la drogue… etc. C’est vrai, mais ça n’apporte pas trop de solution sur le terrain, cela a juste permis d’utiliser les fonds du Plan Colombie destiné à  la lutte contre le trafic de drogue pour la lutte anti-guérilla.

Les résultats sécuritaires de l’administration Uribe sont positif, l’économie va bien, les touristes peuvent voyager… mais bizarrement ils n’ont pas permis de réduire le nombre de déplacé (qui ont même augmenté), les paramilitaires qui soient disant n’existent plus ont gardé leurs structures intactes. Le conflit continue.

Et oui je parle de conflit même si Uribe le nie, car les FARC sont bien plus que de simple terroristes, leur pouvoir militaire est bien supérieur à  l’ETA. Pourtant il ne faut pas confondre, on peut être confronté à  une guérilla sans pour autant considérer que celle-ci est sympathique ou que sa cause est juste. Alors oui, je crois que Chavez n’a pas complètement tort, il a tort de les soutenir mais il n’a pas tort de dire que ce ne sont pas seulement des terroristes, et que la paix passe par des négociations… (sans lui ce serait encore mieux).

Il est même incohérent en les soutenant, car il crie au scandale lors d’un coup d’Etat contre sa personne, nous parle de légitimité démocratique etc … mais ensuite il soutien des forces armées illégales et antidémocratiques.

Pourtant reconnaître aux FARC un statut politique ne doit pas être un simple délire de Chavez sinon le démarrage d’un processus de négociation ou au minimum de discutions. Pourtant on a l’air tellement loin d’une quelconque idée de paix. Une fois de plus la stratégie d’Uribe se concentre et se base sur la haine et le nationalisme et malheureusement on sait, l’histoire nous l’enseigne, ça ne mène à  rien.

10 réflexions sur « Et si ce n’était pas Chavez qui le disait? »

  1. Très d’accord avec toi. La seule répression militaire ne résoud plus rien aujourd’hui. Chavez me fait flipper quand il défend les FARC sur la scène internationale ,et Sarko qui leur fait de la pub. Uribe va devoir changer de statégie, s’il veut réellement poser les premières pierres d’une solution négociée.
    ( PS vive le chocolat suisse, c’est le meilleur!!!)

  2. Bonjour Tonio, welcome back, si je puis me permettre !
    Je partage certains aspects de ton article. Le terrorisme n’est en effet jamais une fin en soi, même si ceux qui le pratiquent finissent par en éprouver une certaine joie malsaine…Je doute comme toi des objectifs de justice sociale de la guérilla et, en tout état de cause, ceux-ci ne peuvent absolument pas justifier les 40 années de méfaits des FARC. En outre, le communisme a démontré complètement son incapacité à résoudre les problèmes d’inégalité et de pauvreté.
    Je souhaite juste revenir sur trois points :
    – la solution militaire seule, dans une lutte contre la guérilla, est insuffisante, mais elle ne peut être complètement abandonnée.
    – Uribe a sans doute tort d’avoir nié l’existence d’un conflit, même s’il est en effet clair qu’il serait impropre de parler de guerre civile en Colombie. La guerre civile, c’était la violencia, pas cette guérilla anachronique et ultra-minoritaire.
    – je te trouve injuste quand tu accuses le gouvernement colombien de flatter le nationalisme de son peuple. Je trouve au contraire qu’Uribe a réagi de la façon la plus mesurée possible aux grossières provocations de Chavez. Mais il ne faut pas s’étonner de ce que les Colombiens fassent bloc autour de leurs institutions fae à ce qui commence à devenir une menace sérieuse.

  3. [quote post= »778″]la solution militaire seule, dans une lutte contre la guérilla, est insuffisante, mais elle ne peut être complètement abandonnée[/quote]
    Je ne dis pas le contraire.

    [quote post= »778″]Uribe a sans doute tort d’avoir nié l’existence d’un conflit, même s’il est en effet clair qu’il serait impropre de parler de guerre civile en Colombie. La guerre civile, c’était la violencia, pas cette guérilla anachronique et ultra-minoritaire.[/quote]
    Je ne parle pas de guerre civile non plus… mais de conflit. Ce qui signifie accepter un statut aux FARC.

    [quote post= »778″]je te trouve injuste quand tu accuses le gouvernement colombien de flatter le nationalisme de son peuple.[/quote]
    Là par contre je ne suis pas d’accord. C’est un peu plu en finesse que chez le voisin mais il ne rar¡te pas une occasion. RCN est une horreur insupportable de nationalisme vomissant. Caracol est un poil plus soft mais pas trop. En y ajoutant un peu d’ El Tiempo et de militaire étasunien on se fait à l’idée qu’un de ces jours ça pourrait dégénérer.
    Ça me répugne.

    Calimimi
    [quote post= »778″]vive le chocolat suisse, c’est le meilleur![/quote]
    Tu vas pas me dire que tu en doutais tout de même?

  4. Tonio,
    Deux points d’accord sur trois, ça se fête !
    Sur le troisième, tu soulignes les réactions de la presse, qui ne sont pas précisément celles du gouvernement. Je serais curieux de savoir comment tu penses que les Colombiens devraient réagir. Chavez n’y va pas par quatre chemins et prend lui-même le risque bien calculé d’énerver les Colombiens. Pour ce qui me concerne, je serais plus radical qu’Uribe, même si je salue sa tempérance et suis conscient des enjeux, notamment économiques, des fâcheries avec Caracas. Enjeux pour les deux pays, d’ailleurs, et pas simplement pour la Colombie.

  5. content de te voir de retour Tonio.t as tout dit.

    J’ai pris TRois kilos dans le sud ouest…inévitable.tu dois etre totu gras aussi cochon!

    je vais reprendre bientot mon blog habituel.
    mais il fallait bien essayer de l’ouvrir, face aux commentaires limites pro farc un peu partout, tout en etant conscient du dérisoire de ces blogs…me suis bien défoulé..

    un conflit armé interne.
    Le seuil minimum est considéré à 1500 hommes en armes morts au combat, réguliers et irréguliers, les 10 dernières années on en est à 3000. donc on est dans le double « exigé ».selon l’armée, les FARC ont perdu AU COMBAT 2000 mecs cete année par exemple.

    bravo pour le score, 2 sur 3 c’est bon.

    phiconvers, léon d’amour,traduis nous les témoignages des 8 otages SVP.
    notamment mendietta.bouleversant..

    UN abrazo pana

    Patxi

  6. Uribe forma parte de la línea ideológica « o estás conmigo o estás contra mí » o la de « con los terroristas no se negocia ».

    En España sabemos muy bien en qué consiste.

    Más o menos, a cualquiera que insinúe que la solución al conflicto ( y sí, sí que lo hay) puede pasar por el diálogo y las negociaciones, se le acusa de anti-patriota, amigo de los terroristas, ofensor de las víctimas y de sus familias…etc.
    Así que la lucha antiterrorista se reduce a hacerle el vacío a los grupos armados ilegales y a hacer como si no existiesen (por ejemplo negando el conflicto). El problema de esta estrategia es que no aporta soluciones reales, estos grupos no se van a extinguir ni van a desarmarse ellos solitos dándose cuenta de lo malos que han sido y reconociendo todas las atrocidades que han cometido.

    Cuando ha habido algún contacto y se ha intentado llegar a un acuerdo dialogado, siempre se ha roto todo (echándole la culpa generalmente a los terroristas y acusándoles de mentirosos) porque éstos mantenían sus pretensiones en las negociaciones…pero es que el gobierno de turno nunca está dispuesto a ceder ni un ápice a las exigencias de la contraparte…¿entonces para que sirve hablar y negociar? ¿no deberían sentarse pensando en ceder un poquito por ambas partes y llegar a un acuerdo real?

    En fin, creo que con estas posturas estamos muy lejos del fin de las FARC o del fin de ETA…

    Salud!

  7. Uribe entame sa tournée en Europe, la France et sa rencontre avec les collectifs de soutien pour la libération des otages. Il vient chercher quoi??? de la crédibilité internationale??
    A voir…

  8. Patxi, moi aussi j’ai pris du gras. et tout dans le bide, mon sex appeals en a pris un sacré coup!

    En tout cas moi je trouve bien tes coup de gueule sur la Colombie, ça fait pas de mal. Continue!

    Nacho, que gusto leerte… ¿pero que paso con el frances?
    [quote post= »778″]El problema de esta estrategia es que no aporta soluciones reales[/quote]

    C’est tout dit!

    calimimi[quote post= »778″]Il vient chercher quoi??? de la crédibilité internationale??[/quote]
    sûrement .. mais question suivante c’est pour qui?

  9. Ayyy Marica…

    Je sent que je n´arrive pas a exprimer tout ce que je veux dire et exactement comme je veux le dire en française…
    Mais tu m´avait dit un jour que ce n´etait pas grave de écrire en espagnol! lol!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *