Colombie: 4 – France: 1

J’ai failli oublier. Le mondial des moins de 20 ans se déroule en ce moment en Colombie. Par grand chose à  dire, je n’irais surement pas voir de match, mais le premier match des colombiens étaient contre … les français, et le résultat fut sans appel. 4-1… oui bon, je me fais un peu chambrer… mais on commence à  avoir l’habitude… La vie en Italie n’est pas plus simple!!!
Image de prévisualisation YouTube

France-Colombie: 1-0

Le match de mardi n’a pas brillé par son niveau, un but, pourri qui laisse amer les colombien… Le seul que j’ai trouvé bon c’était le gardien colombien. Enfin les Français devront se bouger un peu pour battre les italiens à  l’Euro.

Mais selon mes sources le public était bon, alors c’était bien quand même!! Voici quelques photos d’un lecteur sympathique, Didier:

Le foot colombien

Aujourd’hui se joue un match amical France/Colombie et pour l’occasion l’équipe a publié un article sur le foot colombien. Difficile de changer l’image et les a priori sur le Colombie lorsque même L’Équipe s’en mêle. Même si c’est vrai et j’en parlais déjà  vaguement une fois, on aurait surement préférer un article sur les bienfaits du foot pour la réintégration des paramilitaires ou pour aider les jeunes a sortir de routine… enfin à  lire quand même

«Hé ! Fils de p… si tu continues à  te mêler de ce qui ne te regarde pas, on va t’envoyer une moto !» Pas besoin d’en dire plus par téléphone. L’allusion aux sicarios, tueurs professionnels, est bien réelle. La menace figure, avec un chapelet d’intimidations, étalé sur quatre pages, dans la plainte contre X, le 25 mai 2006, déposée par Carlos Gonzalez Puche, avocat à  la cour et premier défenseur des footballeurs professionnels colombiens. Deux ans plus tard, les appels anonymes nourrissent toujours le quotidien de Puche, lui-même ancien footeux professionnel, dans les années 80, à  l’America de Cali et Millonarios, deux des plus prestigieuses équipes de Colombie, jadis aux mains des cartels de la drogue. Du milieu du foot, de ses dirigeants, passés ou actuels, le  »maestro » connaît toutes les combines. Pots de vin, blanchiment d’argent, fausses déclarations, enrichissement illicite, trafic de billets, ventes truquées de joueurs et une série de règlements de compte qui ensanglante jusqu’à  l’infini. L’arsenal est vaste. Il ne laisse que peu de latitude aux joueurs, «traités comme du bétail et je suis bien placé pour en parler.» Aussi, quand Mario Yepes (Paris SG) et Ivan Ramiro Cordoba (Inter Milan) lui ont proposé, il y a quatre ans, de devenir le représentant légal de leur profession, régie depuis par une Association en règle (Acolfutpro), Carlos Gonzalez Puche s’est senti obligé d’accepter, «pour défendre nos droits, notre liberté et l’honneur de nous tous.»

[..]

En 2006, Gustavo Upegui, le président de l’Envigado FC, un club de Medellin, impliqué dans des opérations opaques avec les paramilitaires, groupe d’autodéfense d’extrême droite, l’élite du crime organisé en Colombie, a été assassiné. En 2006 encore, Carlos Martan, un dirigeant de la fédération colombienne de football, soupçonné de connexion avec le narcoterrorisme, a été placé sur la liste Clinton, une loi promulguée à  l’initiative de l’ancien président des Etats-Unis pour éradiquer le fléau de la coca. En 2007, Eduardo Mendez, le président de Santa Fe, le club doyen du championnat, a été extradé vers les Etats Unis, pour trafic et collusion avec les paramilitaires, ennemis jurés des FARC.

[..]

Le gouvernement a toujours nié la présence des paramilitaires dans le football mais il y a huit mois, il s’est fait clouer le bec. Sur les ondes des radios nationales, les Colombiens ont pu écouter un enregistrement pirate d’une conversation téléphonique entre Rodrigo Tovar, alias  »Jorge 40 », l’un des grands leaders paramilitaires, et un dirigeant du Valledupar FC, un club de Seconde Division. De quoi discutaient les deux hommes ? Jorge 40, extradé lui aussi le 13 mai dernier vers les Etats-Unis, expliquait à  son interlocuteur, qu’il pouvait lui «obtenir des joueurs de bon niveau, à  un bon prix et à  tous les postes, en provenance de l’America de Cali ou du Real Cartagène. Dans le Valle, nous avons les meilleures écoles de formation du pays, tu pourras choisir. Et sur un plan personnel, le Real Cartagène me doit bien ça. Tu auras les joueurs que tu voudras.» L’allusion de Jorge 40, qui fait coucher et lever le soleil au Valledupar FC, n’est pas innocente. Deux ans auparavant, le club de son coeur s’est laissé écraser par le Real Cartagène, encaissant quatre buts dans les cinq dernières minutes pour permettre à  ce dernier d’accéder à  la Première Division. Le résultat a été validé par la fédération sans sourciller. A la Direction Générale des Stupéfiants, barrio Chapinero, un quartier très populaire, au coeur de la capitale, Carlos Albornoz, le Directeur Général, ne peut nier l’évidence. Mais il assure qu’en Colombie «tout se fait plus lentement qu’ailleurs, que les uns après les autres les hors-la-loi tombent et qu’avec le temps, le pays se porte mieux.»

Football: France – Colombie

Le 3 juin prochain Il y a un match amical France – Colombie, pour la préparation de l’euro qu’ils disent, mais sauf si je me trompe la Colombie ne participe pas à  cette compétition…. A moins que les Suisses et les Autrichiens aient quelques soucis de géographie. En tout cas je sens que je vais rire, bien rire même. Et je crois que je vais soutenir la Colombie (les Français depuis que Papin regarde des vidéos on les voit plus…). Et si vous voulez aller voir le match au stade de France et que vous m’envoyez deux trois photos (mécrire), avec plaisir je les publie ici. En plus la FFF propose des billets à  10 euros

Le groupe de Colombiens qui vont apprendre à  danser la salsa aux cocoricos sont (j’en connais pas un mais c’est que les compet de salsa je suis moyen à  fond…):
GARDIENS :
Agustin Julio (Independiente Santa Fe), Robinson Zapata (Steaua Bucarest/ROU).
DEFENSEURS :
Ruben Bustos (Internacional/bre), Camilo Zà±iga (Atlético Nacional), Amaranto Perea (Atlético de Madrid/ESP), Walter Moreno (Atlético Nacional), Cristian Zapata (Udinese/ITA), Elvis Gonzlez (Ccuta Deportivo), Pablo Armero (América de Cali).
MILIEUX :
Freddy Guarn (Saint-Etienne/FRA), José Amaya (Atlético Nacional), Yulin Anchico (Independiente Santa Fe), Fabian Vargas (Boca Juniors/ARG), Carlos Sanchez (Valenciennes/FRA), Freddy Grisales (Independiente/ARG), Macnelly Torres (Ccuta Deportivo), Giovanni Hernndez (Atlético Junior), Juan Carlos Escobar (Krilia Sovetov/RUS).
ATTAQUANTS :
Edixon Perea (Gremio/BRE), Radamel Falcao Garca (River Plate/ARG), Hugo Rodallega (Necaxa/MEX), Dayro Moreno (Steaua Bucarest/ROU).

Maradona mis en scène par Kusturica

J’attend(ais) avec un peu d’impatience la sortie du documentaire réalisé par Emir Kusturica sur Maradona. Surement plus pour Kusturica que pour Maradona, c’est un de mes réalisateurs préférés, et j’étais très curieux de voir comment il allait nous expliquer le phénomène Maradona… Le documentaire a été lancé à  Cannes hier, hors compétition, mais les critiques ont déjà  fait leur travail, même si j’irai quand même le voir il ne faut pas que je m’illusionne :

Maradona par Kusturica: galvanisant, décevant, ou juste barbant?

ulien: “J’ai trouvé que Kusturica se mettait beaucoup trop en avant. En fait, c’est un film sur Kusturica qui veut faire un film sur Maradona. C’est le film d’un fan sur son idole. A la limite, moi, en tant que passionné de foot, donc de Maradona, je peux comprendre sa démarche mais ce n’est pas vraiment ce que j’attendais.”

Charlotte: “Moi je n’y connais rien au foot. Mais sa manière de se mettre en scène c’est la meilleure manière de montrer la fascination exercée par Maradona. On voit dans le film Kusturica complètement “gaga” devant la star.”

Baptiste: “C’est justement ce qui me dérange. Kusturica répète que Maradona est un Dieu sans vraiment le montrer et l’expliquer. Il y a des pistes intéressantes comme l’Eglise maradonienne – un culte entièrement dédié au joueur argentin – mais elles ne sont pas creusées. On aurait aimé par exemple avoir les témoignages de ses adeptes. Je suis sorti de ce film sans être convaincu de la portée divine de Diego.

la suite

La musique, de Manu Chao, sauve le tout parait-il, alors fermons les yeux et écoutons:

Image de prévisualisation YouTube

2-1 pour la Colombie.

L’Argentine est venue prendre sa baffe. à‡a fait du bien n’est-ce pas??? Pas tout à  fait aussi beau qu’en 1993 mais quand même!!!

Le bug del Pibe

elpibe.jpgEl Pibe, ancien joueur légendaire de l’équipe de foot colombienne et maintenant directeur technique d’une équipe de la cote nord de Colombie, s’est fait sortir après s’en être pris à  l’arbitre d’une drôle de manière. L’arbitre en question a sifflé une faute qui n’a pas plus à  monsieur le chevelu qui a sorti un billet de 50 mille (+/- 15 euros), en insultant l’arbitre, bien sûr.

On s’en foot, on est bien d’accord mais ça fait scandale, alors je répète, surtout ça m’évite de m’arracher les cheveux et faire un 250e post sur Uribe qui a dit qu’il accepterai de faire un 3e mandat s’il se produisait une hécatombe avant la fin de son mandat. Alors voilà  j’ai trouvé l’hécatombe, El Pibe s’est fait viré d’un match de première importance, Uribe peut demander l’élection à  vie.

Un belle leçon de tango!

Voilà  un séjour qui se termine en beauté pour les argentins, ils pourront dire demain: « nous sommes venus, nous avons vu et nous avons perdu. »
Une belle équipe, Boca Junior, très belle équipe. Ils sont tous venus avec beaucoup d’envie, envie d’apprendre. Et c’est une leçon de tango qu’il leur a été offerte. En trois temps. Une heure et demi de pur plaisir où les argentins ont pu redécouvrir leurs racines. Les colombiens leur ont donné, avec beaucoup de talent, tous ce qu’ils avaient.
Apprendre à  danser le tango aux argentins n’est pas une tâche facile. Pas facile de montrer à  ceux qui étaient les maîtres que leur époque est passée, pas facile de ne pas les vexer en leur démontrant simplement qu’ils ne sont plus à  la page. Pas facile de dépasser grand père tout en lui montrant le plus grand respect…
Les colombiens de Càºcuta ont réussit tout ce qui était en leur pouvoir, maintenant il reste à  voir si les argentins supporteront…
Pour se rappeler que oui, c’était les grands maîtres en la matière je vous propose Carlos Gardel. Un grand parmi les grands, décédé en 1935 dans un accident d’avion aux alentours de Medellà­n.
Adios Muchachos… 3-1 beau match!

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Carton rouge pour altitude

El Campà­n, Bogotà¡, 2600mLa FIFA a décidé que les stades situé à  plus de 2500 mètres d’altitude ne servirai pas pour les éliminatoires de la coupe du Monde de 2010. Un beau carton rouge aux stades sud-américains, Bogotà¡, La Paz, Quito se voient privé de jeu. Blatter, président de la FIFA justifie le geste en avançant qu’il faut protéger la santé des joueurs. C’est vrai que jouer à  3000 mètres d’altitude c’est mauvais pour la santé… et que les distortions aux jeux sont énormes.

A quand l’interdiction de jouer en cas de froid inférieur à  10º, en cas de chaud supérieur à  25º, en cas de pluie supérieure à  10 millimètres par minutes ou de neige supérieur à  2 centimètres par heure?

 

Bogotà¡ est sortie de la liste … depuis aujourd’hui (28 mai 2007) la FIFA a décidé que 2500>2600.
A quand un contrôle de dopage dans les bureaux de Zurich?

Ben en fait le contrôle anti-dopage a eu lieu, positif bien sûr…. Conclusion: Bogotà¡ se voit bien privé de jeu!… aie la FIFA un jour c’est oui, un jour c’est non… comme la chanson. (de qui déjà ? je ne me souviens plus!)

La FIFA: groupe terroriste

« Ce qu’il doit faire c’est retirer les mafias qui infectent le football. ¡Que respete a Colombia! »
Alvaro Uribe, Président de la République.

imagen-3459940-1.jpgVoilà , une fois de plus une réaction du président. Constamment sur la défensive, constamment agressif. Cette fois il s’est trouvé un nouveau groupe terroriste, flambant neuf ! La FIFA. La Fédération International des Forces Armées… Une mafia qui finance des bombes bien rondes et qui rebondissent, pire que les mines anti-personnelles papillons. Sa dernière attaque est venue de son leader, très connu des services secrets colombien, Joseph Blatter.

D’après les journaux, ce dernier aurait critiqué la candidature de la Colombie pour organiser le mondial en 2014. Il aurait dit que cette candidature était un rideau de fumée pour cacher les problèmes internes. Il a aussi remué le couteau dans la plaie (comme un bon terroriste qui veut montrer son trophée après un massacre), rappelant que la Colombie avait déjà  eu l’opportunité d’organiser le mondial en 86 et qu’au dernier moment elle avait renoncé à  cause de ses problèmes internes.

Bien logiquement, le gouvernement a immédiatement répondu, on ne peut pas laisser un terroriste salir l’image de la Colombie. Non seulement le président à  contre-attaqué, mais aussi le vice-président a demandé à  la FIFA de jouer Fair play (de respecter le droit international humanitaire). Même le ministre des affaires étrangère a répliqué. Tout droit sorti de la jungle, il a du apprendre se jour là  que la Colombie avait postulé pour organiser le mondial.

Le lendemain la FIFA, qui a peur d’entrer dans la liste des organisations terroristes des Etats-Unis (Bush visite bientôt la Colombie) a vite démenti, disant qu’il y avait eu un problème de traduction. Blatter n’aurait jamais parlé de rideau de fumée, il a juste parlé d’une action de relation publique de la part de la Colombie

C’est bon la FIFA n’entrera pas dans les discutions entre Bush et Uribe dimanche prochain, mais la sécurité démocratique veille, attention.