Les para-bananes

para-bananeOui, depuis quelques temps on invente plein de nouveaux mots en Colombie. Après les paramilitaires, la para-politique, la para-manifestation, la para-telenovela, le para-football voici la para-banane!
Qu’est-ce que c’est? Facile, une entreprise de production de bananes qui s’est lancé dans la production de paramilitaires.

Depuis la création des AUC en 1997, la multinationale étasunienne a commencé à  financer le groupe illégal. Plusieurs centaines de versements ont été effectués, représentant au final la modique somme de 1,7 million de dollars.

Banadex, la filiale de Chiquita en Colombie est devenue le premier contributeur des paramilitaires, avec l’accord du siège à  New York. Mais, comme si cela ne suffisait pas, elle a aussi participé à  l’armement de ce groupe. En novembre 2001 elle procède à  la livraison de 3400 fusils AK 47 et 4 millions de cartouches. Selon Castaà±o (chef des AUC, aujourd’hui mort) c’était leur meilleur coup. Le tout a pu se réaliser à  grand coup de corruption des fonctionnaires locaux.

L’entreprise se défend en disant que c’était pour sa protection et celle de ses employés. Pourtant la région d’implantation de la firme a été le théâtre de massacres et d’assassinats perpétrés par les paramilitaires, même parmi les employés de Chiquita… sûrement des contestataires.
Malgré le classement en 2001 par les Etats-Unis des AUC comme organisation terroriste, l’entreprise va continuer les versements se rendant coupable de crime fédéral.

C’est finalement pour cette raison que l’entreprise sera jugée aux Etats-Unis, et non en Colombie, où on est toujours pas prêt à  enquêter sur la responsabilité du secteur privé dans le conflit.

En 2003 l’enquête contre Chiquita commence, principalement grâce à  deux journalistes colombien et étasunien. Comme par hasard peu de temps de temps après Chiquita vend Banadex, sa filiale colombienne à  Banacol. Mais elle aussi est soupçonnée de financer les groupes illégaux.

Chiquita s’en sort avec une amende de 25 millions de dollars, pour l’instant. Ce cas n’est bien sûr pas isolé, mais c’est le premier jugement. Il faut maintenant espérer que la justice colombienne se lance dans la brèche ouverte par les Etats-Unis et ouvre des enquêtes sur la responsabilité du secteur privé.

On pourrait alors inventer des nouveaux mots: para-entreprise, para-impresario, voir même para-PDG…

21 réflexions sur « Les para-bananes »

  1. La banane : Elle contient 23 % d’hydrates de carbone et 0,2% de lipides, des protéines, du magnésium, du sélénium, du potassium, des fibres, du fer, des vitamines et du tryptophane.

    Le potassium stimule l’intellect, mais aussi permets des battements de coeur plus régulier, envoie l’oxygène au cerveau et règle l’équilibre en eau du corps, mais il permet aussi, associé aux vitamines B6 et B12 présente dans les bananes, de lutter contre les effets de la nicotine lorsqu’on s’arrête de fumer.
    Les vitamines B des bananes vont aussi favoriser un bon fonctionnement du système nerveux.
    La forte quantité de fer contenue dans une banane stimule quand à elle la production d’hémoglobine, ce qui est bénéfique en cas d’anémie.
    Quand à la protéine tryptophane, convertie en sérotonine par le corps, elle incite à la détente et à la bonne humeur.
    Enfin, pour terminer, la haute teneur en fibre aide à restaurer le transit intestinal…
    Que le premier qui ne connaît pas quelqu’un qui manque de bonne humeur, qui arrête de fumer ou plus malheureusement connaît quelques problèmes de santé me jette… la première banane !!

    La banane, moi je vous le dit, c’est le meilleur des fruit !

  2. Merci pour toutes ces précisions, je n’en doute pas. Je ne veux en aucun cas porter préjudice à la banane. Je dis simplement que la banane chiquita doit avoir un arrière goût de sang et de poudre… en plus il y en a qui disent que les bateau d’exportation de banane aurait aussi servit à l’exportation de la cocaïne. ce qui ajouterait encore un peu de saveur immonde à la chose.
    Consommons des banane oui, mais pas des Chiquita!

  3. Il ne s’agit là en aucun cas d’un spam bananier, mais plutôt d’une invitation à la réflexion sur la difficulté à apprehender de façon globale un ensemble d’événements qui pour permettre à une partie du monde de mieux vivre, doit obliger certaines personnes à souffrir…
    Merci d’ailleurs à Toño d’avoir soulevé ce problème de Chiquita, car comme le dit un proverbe malien entendu ce jour: Ce n’est que lorsque tu as traversé la rivière que tu peux dire que le crocodile à une sale gueule.

  4. Ça c’est presque du para-spam-bananier…
    En fait ton message peut se voir de deux façons. Soit pour le consommateur, qui ne sait pas ce qui se passe en amont du produis qu’il achète. Dans ce cas le proverbe malien (que je n’ai jamais entendu au Mali, faudrait vérifier s’il est bien malien) s’applique, parce que ce n’est qu’après le travail de la justice qu’on peut savoir ce qui ce passe avec les multinationales.
    Soit on peut le prendre pour les dirigeant de Chiquita et là il est largement possible de douter de la perspicacité du proverbe.
    Je pense qu’on a pas besoin de traverser la Colombie pour savoir que les paramilitaires ont une sale gueule. En l’occurrence, amener des armes et munitions pour que des groupes illégaux puissent se battre, c’est un peu comme rajouter des dents aux crocodiles avant de traverser la rivière. Le plus pervers est quand même que Chiquita a non seulement rajouté des dents mais en plus à fait traverser les siens … (ceux qui voulaient se syndiquer?).
    Bref moi je crois pas que dans leur cas il s’applique ton proverbe… ce serait trop facile.

  5. Bananasplit doit être un « pragmatique », et fier de l’être. Tu rappelles un genre de personnes qui, au temps de l’industrialisation européenne, se battait bec et ongles pour que les enfants puissent travailler. Sans individus à l’esprit plus moraliste et moins pragmatique, qui sait le temps que cela aurait pris pour faire évoluer les lois, et déplacer la ligne de ce qui était acceptable.

    Tu défends un « temporaire » qui coûte la vie des à des millions de gens à travers le monde. Sous prétexte de vouloir pondérer sa position, avoir l’esprit pratique. Car ta position somme toute très « macro » (beaucoup plus macro que celle de Toño) fais partie de celles qui sont jugées, biens des années, aussi durement par l’histoire. Le genre d’affaire qui, comme les coopérations avec le gouvernement sud-africain d’apartheid (encore l’esprit pragmatique, à l’époque), provoque l’incompréhension la plus totale des post-contemporains : mais comment a-t-on osé être aussi abjects à l’époque ?, s’étonne-t-on.

    Il faut travailler à moraliser les activités économiques des multinationales, et non pas fermer les yeux en attendant que ça se passe. Car qui sait combien de familles disparaissent à chaque clignement d’oeil ?

  6. Moi je dirais, suivant une vision très pragmatique: boycottons Chiquita et toutes ses filières. Mais mangeons plein de banane car c’est très bon.
    Psykotik, je suis bien d’accord avec ta position, simplement je crois que banasplit s’est très mal exprimé… Il se situe plus dans la vision du consommateur qui a appris quelque chose. Ce qui signifie qu’il ne justifie pas l’action de l’entreprise, mais plutôt qu’il a été victime de son ignorance.

  7. Je ne parlerai pas pour banasplit, qu’il vaut mieux laisser répondre pour lui-même.

    Cela dit, il y a belle lurettes que je ne mange plus de Chiquita. Cette boîte a des casseroles aussi loin que je puisse m’en souvenir, déjà quand j’étais môme on m’expliquait que c’était une pourriture d’entreprise.

    L’avantage, en Suisse, c’est qu’il n’y a bientôt plus que des bananes Max Havelaar dans les étalages. Et le jour où ils s’associeront n’est pas près d’arriver, bien que Chiquita ait déjà essayé d’approcher Max Havelaar… :-p

    Viva la para-moralité !!!!

  8. Je ne vois pas ce qu’on peut attendre d’autre de la part d’une banana split que d’avoir un avis…. partagé !!! ( c’est bon, c’est de l’humour pour ceux qui ne comprendrais pas!).
    Pour répondre à Psykotik, qui a l’air de c’etre creusé la tête sur le possible état pragmatique d’une simple banane, je vais répondre en illustrant mon proverbe malien precedemment cité: Celui qui traverse, c’est moi, toi, tous les consommateurs européens. La rivière, c’est l’océan atlantique et le méchant crocodile avec la sale gueule, mais que l’on ne voit que lorsqu’on sur l’autre rive (donc en Colombie), et pas sur l’étale du petit vendeur de fruit et légumes du coin, c’est chiquita…
    Enfin, pour reprendre la premiere phrase de mon message, c’est une invitation à réflechir (donc cela reste propre à chacun) que je propose et rien de plus. Je ne pense pas que tu puisses trouver dans mon texte un passage comme quoi je défends ou soutiens la politique de développement de Chiquita.

  9. S’interroger sur les éventuels bénéfices pour la population (quelle qu’elle soit) des exactions de Chiquita, c’est comme s’interroger sur l’éventuelle effet positif de Guantanamo. Dans les deux cas, la discussion s’arrête très vite.

    Tiens, moi non plus je ne vais pas clairement prendre position sur le travail des enfants. Mais j’appelle au recul, et à se demander si, après tout, faire travailler des enfants dès l’âge de 8 en Chine, et les laisser misérables dans la rue à 20 (car devenus inutiles et analphabètes à un âge où la qualification est primordiale pour un travail) est si mal que ça. Après tout, la croissance est là… Et la prostitution infantile thaïlandaise ? Et le trafic d’armes ? Et… on pourrait s’interroger sur quantité de choses immorales, pour réaliser que si on ose se poser ces questions, c’est parce qu’on en a jamais été victimes.

    Tu oserais te pencher avec la même froideur sur les cas de bananes écrasées ?

  10. Comme d’hab, un tissu de haine pour rajouter un peu d’huile sur le feu… merci quand même pour la traduction.

  11. tiens revoila Phiconvers!! cela faisait un moment!! remarque cela nous ne manquait pas vraiment 🙂

  12. « un tissu de haine pour rajouter un peu d’huile sur le feu »
    une précision, je me réfère à l’article…

  13. Où est la haine dans cet article vers lequel je me suis permis de renvoyer tes lecteurs ?
    Il y a au contraire un appel à une réconcilation nationale sans exclusive ! Pourquoi en effet admettre le caractère politique des guérillas et envisager leur insertion dans le jeu politique institutionnel et vouloir simultanément des peines exemplaires ainsi qu’un bannissement politique des paramilitaires ???
    Guillaume, désolé de refaire surface : parles-nous un peu du sujet et de tes idées (si tu en as) sur les questions colombiennes, ça changera.

  14. « …devraient conduire à ce que siègent bientôt au Parlement (et vraisemblablement au sein du groupe du Pôle démocratique – le parti de gauche institutionnelle) Gabino, Francisco Galán, Antonio García (trois leaders de cette guérilla) et autres membres de cette confrérie d´assassins, de preneurs d’otages, d’exécuteurs de massacres, de destructeurs de l’environnement,etc… »
    Ça, pour moi c’est un appel à la violence. Ils se sont démobilisés, ont rangé les armes pour faire de la politique, c’est un pas vers la paix. Ensuite s’ils se font élire c’est qu’ils représentent une partie de la population… En Colombie si on accepte pas que les démobilisés fassent de la politique s’ils ont un projet politique on ne fera jamais de pas vers la paix.
    Les chefs paramilitaires sont en train de demander ce droit et l’obtiendront sûrement… le peuple doit ensuite savoir (ou apprendre) à reconnaître les purs trafiquants et ceux qui ont une idée politique.

    Ensuite défendre l’action de Chiquita comme normale, car il fallait qu’elle se défende contre les monstres de la guérilla c’est un peu gros, et ça c’est très critiquable, l’état est la solution et elle avait le choix de soutenir l’état ou non… alors elle n’a pas d’excuses. Ajoutons à ça le trafic d’armes, de drogues et la violence contre les syndicats à travers les paramilitaires… c’est le comble. 25 millions d’amende me semble bien peu… Moi je serais bien plus radical.
    C’est un peu comme les diamants en Sierra Leone, l’éthique est nécessaire pour le progrès…

  15. Ravi d’avoir cette discussion. Je rappelle tout de même que l’ELN n’est pas démobilisée et que ses leaders viennent de poser un lapin au gouvernement à Cuba !

    D’autre part, le seul fait d’abandonner les armes ne vaut pas amnistie automatique. Tu auras constaté que la plupart des chefs paramilitaires, démobilisés, sont en taule (et c’est normal !).

    Je me réjouis que tu acceptes l’idée que certains paramilitaires puissent rentrer en politique, comme l’ont fait des guérilleros dans le passé (M-19, etc.) et le feront vraisemblalblement des patrons de l’ELN et, demain, des FARC). Ce n’est pas la position d’une grande partie de l’opposition colombienne, ni celle de la vertueuse communauté internationale, et encore moins celle des ONG que tu places en lien sur ton site.
    S’agissant de chiquita, Londoño n’appelle pas à l’impunité, il s’étonne simplement du « déchirage de robes » suscité par cette affaire, qui n’est pas un scoop. Qui croit en Colombie que les grandes entreprises implantées dans les zones de conflit ne payent pas la vacuna ???
    Avant de s’indigner, il faut remettre la triste affaire Chiquita dans le contexte général et poursuivre avec la même vigueur tous ceux qui ont flirté par idéologie ou par nécessité vitale avec les guérillas.

  16. excuse moi, j’ai oublié de préciser « l’auteur de ce blog n’est pas responsable du contenu des sites mis en liens », en plus tu remarqueras qu’il y a aussi Alto comisionado de Paz (du gouvernement donc).
    Ce sont des sources d’informations que j’utilise parmi d’autres… d’ailleurs il faudrait que je remette ça à jour… bref rein de bien grave.
    Je crois que l’ELN va se démobiliser très vite, militairement ils sont morts… mais c’est vrai je vais un peu vite en besogne.
    J’accepte toute idée dès le moment qu’elle entre dans le débat politique… les para auront une vision qui ne sera pas la mienne, mais je la discuterai de la même manière que je peux discuter avec des anciens du M19, c’est à dire avec des arguments.
    D’ailleurs les paras, ils sont loin d’être tous en taule, et plusieurs en sont déjà sorti, n’ayant rien avoué et la fiscalia n’ayant pas eu le temps de chercher.
    Pour Chiquita, moi je vois encore une différence entre la vacuna et le soutien logistique à une organisation illégale.
    Même dans le contexte l’affaire m’indigne.

  17. Ping : Mancuso accuse sur Corto en Colombie ?

  18. Ping : Pouce sur Corto en Colombie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *