Le miel et les abeilles

Ceux qui me connaissent, ou suivent ce blog depuis longtemps (cf ici), savent que le miel est une de mes drogues favorites. La récente disparition autant massive qu’inexpliquée des abeilles est un sujet qui me préoccupe beaucoup, et s’il s’avérait que des êtres humain en particulier seraient derrière tout ça je n’hésiterais pas à  militer pour que la Cour Pénale Internationale les poursuive en justice pour génocide et crime contre l’humanité.
Bref, j’aime les abeilles, et comme le hasard fait parfois bien les choses, je me suis retrouvé dans mes alpes au moment de la récolte du mois d’août dernier. Alors, voici quelques photos:


Une interview d’Ingrid Betancourt

Elle ne chôme pas, elle répond à  tout et à  tout le monde, voici une exemple: (via phil374)

Ingrid libre, la Colombie émue et Uribe jubile

Un téléphone portable sonne alors que nous savourions le meilleur café du monde sous le soleil instable et piquant de Bogotà¡. A peine le téléphone raccroché, la nouvelle tombe, la tablée se regarde : Ingrid est libre ! Le ministre de la défense Juan Manuel Santos vient d’annoncer la nouvelle, Ingrid Betancourt, les trois nord-américains et 11 militaires colombiens ont été libérés grâce à  une intervention militaire. Le silence est total, difficile à  croire… Ingrid Betancourt est devenu depuis longtemps une figure inamovible, une photo qui ne bouge que lorsqu’on l’emmène en manifestation.
Après quelques instants l’émotion gagne rapidement, tout le monde s’anime, les radios et les télévisions s’allument, les bars sont envahis. La rue montre qu’aujourd’hui est un jour différent, qu’aujourd’hui les nouvelles sont bonnes, des papiers blancs s’envolent, les klaxons sont encore plus bruyants qu’a l’accoutumée. Ingrid Betancourt est libre. Elle a souvent été présentée soit comme une sauveuse qui se bat seul contre tous, soit comme une politicienne ratée qui s’est mis toute seule et presque volontairement dans son enfer. Ella a été sénatrice élue avec une des meilleures votations du pays, elle s’est présentée ensuite à  l’élection présidentielle et c’est lors d’un de ces déplacements de campagne qu’elle a été séquestrée. Sa destination n’était ni plus ni moins que la petite ville située au centre de la zone démilitarisée pour les négociations entre le gouvernement colombien et les FARC. Les négociations venaient d’être rompues et tout le monde lui déconseille de s’y rendre, pourtant, envers et contre tous, elle prend la route.
L’opération qui lui permet aujourd’hui de faire une telle affirmation est le fruit d’un long travail des services secrets colombiens qui aurait réussit à  infiltrer la guérilla. La suite de l’opération est digne d’un film comme le souligne le ministre de la Défense, les infiltrés aurait fait passer un message aux responsables de la surveillance des otages demandant leur transfert à  un autre campement. Le transfert se fait en hélicoptère, les otages ne savent ni où ils vont ni avec qui. Ils montent enchainés dans l’hélicoptère, où après avoir neutralisé les guérilléros présent l’armée colombienne leur annonce qu’ils sont libres.
L’opération est parfaite, audace mais très bien planifiée. A ce jour les seuls services militaires et de renseignement capables d’une telle opération sont les israéliens. Il n’est donc pas vraiment surprenant de voir l’armée colombienne suivre le même chemin, un groupe d’ex généraux israéliens a été embauché par le ministère de la défense l’année dernière. Leur travail aurait mené à  une restructuration complète des services de renseignement colombien.
La libération d’Ingrid Betancourt et de 14 autres otages grâce à  une intervention militaire est probablement la meilleures nouvelles non seulement pour les otages eux mêmes et leurs familles, mais aussi pour le gouvernement. Le président Uribe peut maintenant affirmer haut et fort que l’intervention militaire, est une option viable et que sa politique dure porte ses fruits.
Sa réussite lui permet aussi de faire oublier les scandales de corruption autour de sa réélection, l’illégitimité du congrès où une trentaine de députés, tous de la majorité, sont derrière les barreaux pour leurs liens avec les paramilitaires.
Aujourd’hui, encore plus que jamais, la grande majorité des colombiens est prête à  accepter tous les défauts d’un président et de son gouvernement, s’il permet à  la Colombie de vivre en paix après plus d’un demi-siècle de violence. Ingrid Betancourt risque bien d’être une ambassadrice de cette cause, et non malgré elle, mais convaincue de ce combat et son importance pour la liberté de ses compagnons d’infortune qui sont encore prisonniers dans la jungle

Carla Bruni choque la Colombie

Ou plutôt son gouvernement…

Sa photo à  poil avait déjà  fait la une ici… la revoilà , mais cette fois avec une note de protestation diplomatique. Via libé:

La chanson « Tu es ma came », figurant sur le prochain album de la Première Dame de France contient une référence à  la cocaïne colombienne. Ce texte a profondément irrité Fernando Araujo, le ministre des affaires étrangères.

Le ministre colombien des Affaires étrangères Fernando Araujo a protesté jeudi à  Bogota contre le texte d’une chanson de Carla Bruni, l’épouse du président Nicolas Sarkozy, évoquant la cocaïne colombienne.

«Tu es ma came/Plus mortel que l’héroïne afghane/Plus dangereux que la blanche colombienne», chante Carla Bruni dans son dernier album, qui doit sortir le 21 juillet. «Dans la bouche de l’épouse du président français, cette affirmation est très douloureuse pour la Colombie», a affirmé le ministre colombien.

«Nous déplorons la consommation de drogue colombienne quel que soit le scénario et à  n’importe quel niveau. Cette consommation se traduit par des morts et la violence en Colombie, et au lieu de faire l’apologie de cette consommation, nous attendons que le monde entier nous aide dans la lutte contre les drogues», a ajouté le ministre. «Ces choses se produisent lorsque l’on mélange la politique et le spectacle», a conclu M. Araujo.

La suite.

Deuxième coup dur pour l’ordinateur de Reyes

L’ordinateur de Raul Reyes parle tout seul, on le sait bien. Interpol a dit pourtant que les fichier n’avait pas été modifier, enfin presque pas, enfin si, un peu mais seulement les 3 premiers jours. La police a dit qu’elle les avait juste copié… Soit. Mais le plus drôle est que le gouvernement veut à  tout prix attirer l’attention sur le fait que les FARC sont une menace pour le monde entier et pas seulement pour le gouvernement colombien. Alors comme Pol a dit que c’était bon que les fichiers n’avaient pas été pas modifié (je le répète, il faut être sur que nous ayons tous bien compris), le gouvernement lache des infos à  droite à  gauche, de temps en temps…

On avait eu droit au trafic nucléaire, une menace pour l’humanité, pour la survie de la planète et tout. Il nous ont même montrer un bout, pour qu’on soit encore plus sûr que ce soit vrai. Le truc c’est qu’en même temps des experts des choses moches des services secrets de la grande, toute grande, puissance du monde, nous disait gentiment que c’était pas possible, totalement irréaliste, surréaliste, une vaste blague … bref qu’il y avait anguille sous roche à  quelque part. L’affaire n’a pas été plus loin (sauf 3 ploucs comme moi qui continue a bassiné le monde avec mes histoires). Le premier match « expert US » contre « ordinateur de Reyes » n’a rien donné. J’imagine qu’on a demander aux expert de se taire, enfin j’en sais rien.

Le deuxième match est aussi intéressant… le contexte est le même mais ajoutant un peu de piment, Correa, le président d’Equateur, qui n’accepte pas le verdict de l’ordinateur (tiens lui non plus) voyage en Espagne. l’Espagne fait copain copain avec lui, tout se passe bien. Mais la voisine, la Colombie, et jalouse, elle veut aussi être copine avec l’Espagne. Alors elle se retourne vers le GRAND ordinateur de Reyes et lui demande qui est la plus belle. Gentiment celui-ci lui répond: « l’Équateur, mon amour, l’Équateur… mais j’ai un secret pour toi qui pourra te donner un accès privilégié à  l’Espagne: les FARC et l’ETA travaille ensemble, ils voulaient faire des attentats en Espagne… »

La Colombie (ou plutôt ses représentants) tout content ont donc crié à  l’organisation terroriste, à  la menace de la paix mondiale et tout le tsoin tsoin… Les casques bleu ne pourraient-il pas intervenir?? (c’est une aparté personnel là ).

L’Espagne, calmement répondit qu’elle allait regarder ça de près, c’est possible mais il faut analyser le problème. Le temps passe, une semaine puis deux… etc… Et aujourd’hui l’Espagne répond gentiment, mais surement: « c’est pas possible, on a rien, il n’existe aucun document d’un éventuelle relation ETA-FARC » … (mouaf mouaf mouaf, c’est qui qui se marre??). Le match service « secret espagnol »- « ordinateur de Reyes » avance bien. L’Espagne va quand même envoyer une mission pur analyser ces ordi… mais le gouvernement colombien devrait se méfier, je ne suis pas sûr qu’ils viennent voir le contenu, à  mon avis c’est plutôt la technologie qui les intéresse… un ordi qui livre tous les secrets du monde c’est simplement génial!!!!

Amérique Latine: la Colombie s’isole

La semaine dernière une nouvelle de haute importance est un peu passé entre les goutes, il faut dire que le tremblement de terre réel et politique ne nous laissa relativement peu de temps pour le reste. En tout cas, il ne faudrait pas considérer la création de l’Union des Nations d’Amérique du Sud comme une nouvelle sans intérêt. Cette union, baptisée Unasur, devrait permettre une coordination politique et militaire des pays d’Amérique du Sud. Bien sûr, le chemin va être long et dur, mais l’idée progresse et peut s’avérer très intéressante. Un projet qui dépasse, ou en tout cas devrait dépasser, les gouvernements en place…

Seule la Colombie reste en dehors, selon le gouvernement d’Uribe le moment est mal choisi. La menace terroriste dont est victime la Colombie ne permettrait pas une collaboration militaire avec le continent. C’est une manière très diplomatique de dire qu’une collaboration avec les voisins est simplement impossible… et pourtant il n’arrête pas de la réclamer…

La Colombie préfère une entité comme la OEA…  une institution où la Colombie a un véritable allié,  les USA. Cependant le gouvernement colombien est bien conscient qu’il ne peut pas vivre tout seul, isolé du monde, alors il cherche ailleurs.

Mais c’est pas facile, l’Union Européenne négocie en bloc, les USA ne valideront pas le TLC cette année… pour l’instant l’unique endroit où des alliances semblent se concréter c’est en Amérique centrale, on devrait d’ailleurs bientôt voir une réunion au sommet avec les petits pays du centre… la où la Colombie est la plus forte, et peut négocier toute seule!!!

Mosanto: la colombie en orange

Un site est entièrement dédié au monde de Mosanto, le but est que leur monde ne devienne jamais le notre…

Cette entreprise implantée dans quarante-six pays, Monsanto est devenue le leader mondial des OGM, mais aussi l’une des entreprises les plus controversées de l’histoire industrielle. Depuis sa création en 1901, la firme a accumulé des procès en raison de la toxicité de ses produits, mais se présente aujourd’hui comme une entreprise des « sciences de la vie » convertie aux vertus du développement durable.

En Colombie cela donne:

Le Roundup : un nouvel « agent orange » en Colombie ?

Le « Plan Colombie », mis en place à  partir de juin 2000 avec le soutien du gouvernement de Bogota, est un programme qui vise à  éradiquer les cultures de coca, qui approvisionnent le marché international de cocaïne et servent, en partie, à  financer les mouvements de guérilla.
Les épandages aériens de Roundup sont le principal moyen d’éradication et entre 2000 et 2006, on estime à  près de 300 000 hectares aspergés, principalement dans les départements du Cauca, de Narià±o et Putumayo. Les populations des ces départements sont également affectées par ce que certains appellent l’« agent orange de la Colombie ». Dans le seul département de Putumayo, où vivent plusieurs communautés indiennes, 300 000 personnes ont été intoxiquées.

La situation est si dramatique qu’en janvier 2002, une ONG états-unienne, Earthjustice Legal Defence Fund, a saisi la Commission des droits de l’homme et le Conseil économique et social de l’ONU. Dans son rapport, l’ONG dressait la liste de tous les maux qu’elle avait pu constater sur le terrain : « Troubles gastro-intestinaux (saignements sévères, nausées, vomissements), inflammation des testicules, fièvres élevées, vertiges, insuffisance respiratoire, irruptions cutanées et sévères irritations oculaires. Les épandages auraient aussi causé des fausses couches et des malformations à  la naissance. ».
De plus, « les épandages ont détruit plus de 1 500 hectares de cultures alimentaires (manioc, maïs, bananes plantains, tomates, canne à  sucre, prairies) et d’arbres fruitiers et provoqué la mort d’animaux (vaches et volailles). […] En résumé, la situation illustre clairement le lien entre environnement et droits de l’homme, car les épandages qui causent des dégâts sévères pour l’air, l’eau, la terre et la biodiversité, constituent une violation des droits de l’homme ».

L’auteur a aussi un blog.

Des arcs contre des avions

L’organisation indigène brésilienne FUNAI a révélé des photos d’une tribu jusqu’alors inconnue. Selon eux une centaine de tribu invisible existe à  travers le monde, dont la moitié dans l’Amazonie. L’actuelle exploitation de la forêt les rend sérieusement vulnérables.

Le coton destructeur

Les 95% de nos habits sont fabriqués avec du coton.. du coton en provenance du Mali, des Etats Unis, du Brésil, de Chine, d’Égypte, voire même d’Ouzbékistan. Ce coton est ensuite teint au Vietnam ou aux Philippines, cousu en Turquie, la marque est mise en Norvège…Ensuite ils sont vendus en France. Un beau parcours! Nos habits ont  bien souvent plus voyagé que nous. Et après on se surprend

Le coton du Mali reste relativement naturel mais il disparaît petit à  petit à  cause de la concurrence déloyale du coton des Etats Unis qui bénéficie de subsides hors concours. Les autres cotons sont les produits de la technologie la plus avancée du moment. Les engrais bien sûr, mais aussi des transformations génétiques inimaginables, comme c’est le cas au Brésil, où après avoir rasé une partie de la forêt amazonienne la culture intensive de coton s’installe. la faute n’est pas que brésilienne, on est bien d’accord.

Ce coton subit alors une petite modification:

Les fils que fabriquent les araignées sont remarquables par leur finesse, leur flexibilité et leur solidité. Toutes qualités que nous souhaitons accroître dans notre coton pour en faire le meilleur du monde. La solution est simple. Parmi toutes nos araignées, choisir les meilleurs ouvrières. En prélever le gène et l’introduire dans le plus doué de nos cotonniers.

Erik Orsenna, Voyage aux pays du coton, page 122. un livre à  lire, si ce n’est pas déjà  fait.

Depuis j’achète des chaussettes en Bambou, conçues, pensées et fabriquée en Colombie… Et ce en tout cas jusqu’à  ce quej’apprenne que la culture de bambou fait monter le prix du riz ou nourrit une guerre sans fin comme le biocarburant

La France et le droit international

Deux articles publiés à  deux jours d’intervalle montrent très bien le double jeu de certains… un exemple parmi tant d’autres.

Le Monde avant hier sur linterdiction des bombes à  munition (qui se convertisse en mine antipersonnelles en général parce que ça explose mal, et ce sont donc les enfant qui perdent à  la fin):

Cette conférence s’inscrit dans un processus initié en février 2007 à  Oslo, où 46 pays avaient adopté une déclaration commune appelant à  l’interdiction d’ici à  2008 « d’utiliser, de produire, de transférer et de stocker » des BASM. L’objectif est de parvenir à  un accord sans ambiguïté, qui aurait la même portée historique que la Convention d’Ottawa, qui avait banni les mines antipersonnelles en 1997.

Ce texte proscrit l’usage, la production et le commerce des BASM, et établit une date butoir de six ans pour la destruction des stocks existants. Il réclame également la décontamination des zones « polluées » et envisage l’aide à  apporter aux victimes. Le document final sera soumis à  la signature de tous les Etats, même ceux n’ayant pas participé au processus d’élaboration, les 2 et 3 décembre prochains à  Oslo.

Les 250 ONG présentes à  la conférence, dont Handicap International, craignent que plusieurs pays ne cherchent à  édulcorer le traité final, notamment la France, l’Afrique du Sud, l’Allemagne, l’Australie, le Canada, le Japon ou le Royaume-Uni.

D’ailleurs Handicap International montre du doigt la France…

Et aujourd’hui dans Le Figaro, la France réélu au conseil des droit de l’homme:

«Il n’y avait que de bons candidats», a commenté avec satisfaction et philosophie l’ambassadeur français des droits de l’homme, François Zimeray. «Cela montre bien qu’on devait faire campagne. Il a fallu arracher les voix avec les dents. Nous avons bien fait de ne pas compter sur la soi-disant réputation et la légitimité de la France en matière des droits de l’homme». Il est vrai qu’au moment où Paris s’apprête à  prendre la présidence de l’Union européenne et à  célébrer le 60ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme signée en décembre 1948 dans la capitale française, un échec aurait été ressenti «comme une gifle».

Une remise en question serait peut être de mise?