Humala gagne au Pérou … le Chili gronde!

Humala est le nouveau président péruvien. Apparemment personne s’en réjouit vraiment, mais un retour du Fujimorisme aurait surement été bien pire. Il faut maintenant attendre la nomination du nouveau gouvernement pour voir quel chemin Humala va prendre.

Le Monde:

Son élection apparaît comme une revanche éclatante. Le candidat de gauche Ollanta Humala a affirmé, dimanche 5 juin au soir, avoir « remporté l’élection présidentielle » au Pérou, sur la base des premiers résultats partiels et des projections. Si les résultats sont officiellement confirmés, c’est une victoire pour des pans entiers du pays, les Indiens pauvres, grands oubliés des élites économiques. Le futur chef de l’Etat devra donc gérer cette immense attente sociale. Il devra aussi composer avec la méfiance des marchés.

Libération:

Humala, d’origine indienne (quechua) comme 80% des Péruviens veut rendre le pays moins dépendant du secteur minier (or, argent, cuivre) et mieux répartir la forte croissance (8,7% en 2010), notamment en faveur des provinces andines reculées où la pauvreté atteint 60%.

Ses envolées contre les «pouvoirs économiques» ou ses propositions de taxe des profits miniers ont régulièrement inquiété la Bourse de Lima, qui devrait réagir négativement lundi au résultat de l’élection.

Sa victoire consacre le grand retour de la gauche à la tête du Pérou, 36 ans après le régime militaire du général Juan Velasco Alvarado (1968-75), un nationaliste de gauche parvenu au pouvoir et chassé par des coups d’Etat.

Le prix Nobel de littérature Mario Vargas Llosa, libéral de droite rallié au candidat de gauche par crainte du retour au pouvoir de l’entourage du père de Keiko Fujimori, a quant à lui salué «une défaite du fascisme».

Du coup au Chili, les dents grincent… les propos nationalistes de Humala ne rassurent pas le pays voisin. Même les volcans réagissent!
Photo: Le Figaro

La culture de coca au Pérou

La drogue bouge plus vite que les autorités, rien de neuf sous les tropiques… le dernier témoignage résume à lui tout seul l’échec de la politique anti-drogue US. (vidéo en anglais)

Les effets qui vont avec: Narcoterroristes (tout un concept) et les militaires qui violent les droits de l’homme.

Photos

Voici différentes pages avec une sélection de photos d’Amérique du Sud, prises pendant les divers voyages ou moment de vie passé sur ce sous-continent depuis l’année 2000.
(en cours de construction… il manque encore beaucoup de photo à charger, mais ca vient petit à petit; et une partie des images sont des scanners de diapo, non retouchée donc parfois tordue ou avec des bord noirs, ma patience et ma motivation dans la retouche sont limitées…)

Colombie

Amazonie

Équateur

Pérou

Bolivie

Chili

Argentine

Brésil

Méxique

Uribe, la chute

En 1992, Fujimori signe des félicitations aux escadrons de la mort péruvien pour leur travail contre la guérilla. En 1994 le gouvernement transférait à la juridiction militaire ces escadrons et finalement en 1995 ils bénéficièrent d’une amnistie total.

Les méthodes de ces escadrons sont connues, la presse et les ONG les ont dénoncées à plusieurs reprises. Il existe de nombreux exemples de familles entières massacrées, enfants compris, seulement pour être soupçonnée d’avoir soutenue la guérilla, le sentier lumineux.

Fujimori propose la peine de mort pour les « terroristes », attaque la guérilla sur tous les fronts militaires mais jamais politique, il réussit à stabiliser l’économie, à stopper l’inflation énorme qu’a laissé Alan Garcia en partant. Fujimori est le sauveur du Pérou, le pompier… Son acceptation populaire atteint des records supérieur à 80%. Il en profite alors pour modifier la constitution  en 1994, pour être élu et conserver le pouvoir 4 ans de plus, il récidivera en 2000. Les péruviens l’acceptent, l’admire, enfin un président qui ose prendre les chose en main, qui ne faiblit pas devant la guérilla.

Alors que les années 80 étaient remplies de violations qui justifiait l’existence de groupes illégaux, les années 90 marquent la reprise en main du pays par l’État. Fujimori à sa tête.  100 000 morts civils et innocents plus tard Fujimori est toujours là, ou plutôt de nouveau là au Pérou essayant de jouer avec son aura, mais ça ne marche plus.

Après avoir fuit au Japon, être devenu japonais, avoir voulu faire campagne depuis le Chili et finalement être extrader, il est de retour au Pérou, sur le banc des accusés. Sa défense est pathétique, stupide, il prétend ne pas savoir, avoir signé sans lire, ne pas avoir lu les journaux. Il est entré avec le sourire, sûr de lui, sûr que le peuple le soutiendrait. Il est là maintenant, tout seul ou presque, défait, accusé de plusieurs massacres.

L’ère Fujimori est finie, il est tombé, le chemin est encore long pour atteindre la vérité et la réparation mais la direction est la bonne, d’autres tomberont…

Ah, pardon, je me suis trompé dans le titre.

Souvenirs

Lors d’une discussion, une de ces discussions qui ressemblent à une branlette, où on cherche à ce faire revivre les bons moments du passé, j’ai raconté une anecdote de voyage. Mon interlocuteur me regarde d’un air à moitié étonné. A ce moment tout nous étonne, on vient de se rencontrer. Sa réponse fut directe:

- tu devrais l’écrire.

- Mouais, j’sais pas, où?

- Gngn …

- Ah ouais. Mais j’ai pas trop l’habitude de parler de mes vieux souvenirs…

En fait je crois que c’est simplement que je ne sais pas comment écrire mes souvenirs de voyages. En parler n’a jamais été un problème, mais l’écrire…

Après, le plaisir passé, j’ai repensé à l’idée. En me disant que je pouvais essayer, et au pire j’efface; au mieux ça vous plait. Alors voilà le résultat, j’ai évité le pire mais le mieux n’est pas encore fait.

J’ai vingt ans, mon espagnol est pitoyable, je ne sais ni quoi faire ni où aller. Mais je suis là, à Lima avec une putain d’envie de bouffer la vie avec toutes les dents. Après 3 jours à traîner dans des bars et boite-de-nuits, je prends un bus pour le Nord. Je ne sais pas pourquoi je pars dans le Nord, ni même pourquoi je suis au Pérou et pas ailleurs.

Quelques semaines passent, rien de très excitant ne m’arrive, même si je découvre des montagnes qui m’appellent. Le Huascaran m’a longtemps tenté… il restera sur une photo.

Plus tard, une de mes rencontres me pousse à m’installer dans un petit village de pêcheur. Je feins alors d’attendre que l’eau se réchauffe pour pouvoir me mettre à l’eau et surfer les vagues où les pêcheurs travaillent. Le temps passe, je bossouille, bricole des trucs, fait les marchés. C’est dans ce contexte que je rencontre celui qui va transformer mon voyage.

Lui est photographe, vénézuélien sauf erreur, travaille au Pérou depuis une dizaine d’années. On blablate beaucoup les deux, objectif, profondeur… à l’époque la photo me fascine. Un rêve de gosse, comme celui d’être boulanger, sauf que cette fois je me bouge pour le faire. On se donne rendez-vous deux mois plus tard à Lima.

Je mets les bouts, trace ma route.

Deux mois de voyage à travers le Pérou, ma motivation est la photo. Des gens, des lieux, des instants, tout ce qui passe sous mon objectif reste dans la boite.

Cette fois j’arrive à Lima en sachant tout ce que je veux savoir, pas de doutes et plein de motivation. Je commence alors de longues journées de travail avec mon ami photographe. Sélection des photos, scan, montage informatique, impression, découpage… Après environ 2 semaines je me retrouve avec 10 mille cartes postales. 10 photos, 1000 exemplaires. Ben bien! Content l’ami ? mouaif.

Le résultat ne me plait pas trop, les choix ne me semblent pas toujours être les bons, l’impression est d’une qualité plus que médiocre… mais bon ce sont mes photos, et je dois les vendre. Un gros acheteur à la poste locale nous débarrassera des trois quarts, le reste sera vite écoulé dans les boutiques pour touristes de Lima.

Après un mois à Lima j’ai plus qu’une envie, retrouver des montagnes, profiter de la nature, le pactole en poche je peux accomplir ce souhait. Le Chili m’ouvre ses portes, le voyage continue…

El Tío Montesinos


C’était en 2000, je venais de débarquer à Lima, j’étais complètement perdu et mon espagnol vraiment rudimentaire ne m’aidais pas beaucoup. Malgré le stress de ne pas savoir quoi faire, ni où loger, ni comment communiquer, mes premiers souvenirs du Pérou se sont orienté vers la politique: mon arrivée correspond avec la fuite de Montesinos, le bras droit du président de l’époque, Fujimori.

Mais malheureusement pour lui, Montesinos n’a pas réussit son coup avec autant de classe que son chef, il sera relativement vite rattrapé et extrader au Pérou. Il y a peu de temps, celui qu’on appelait en rigolant el Tío Montesinos (ne me demander pas pourquoi j’en ai aucune idée) a été condamné à 20 ans de prison. Il faut dire qu’il avait quand même réalisé un coup fantastique: il avait réussit à vendre une dizaine de millier d’armes à la guérilla des FARC.

Les armes (AK 47) avaient été achetées par le gouvernement Péruvien à la Jordanie, elles ont été gentiment détournées vers la Colombie pour arriver par avion tout droit dans les mains de la guérilla.

La Colombie qui avait sollicité une réparation civile pour les dommages (pertes de vies civiles causées par l’utilisation des armes), a eu gain de cause. En plus de 20 ans de prison Montesinos a été condamné à payer 3, 5 millions de dollars aux Etats Colombien et Péruvien.

Ce que je ne sais pas c’est s’il peut les payer avec l’argent qu’il a gagné lors de cette transaction, comme c’est le cas avec les paramilitaires colombiens qui peuvent payer les réparations aux victimes avec l’argent gagné avec le trafic de drogue!

Alan, le retour

Il n’est plus nécessaire d’attendre le résultat officiel du 11 juin pour affirmer qu’Alan Garcia est, à nouveau, le président du Pérou. Il a été choisi comme moindre mal face à Humala Ollanta, ex-militaire décrit comme le « Chavez Péruvien » et soupçonné d’aventuriste dans ses propositions.

Garcia a promis qu’il avait mûri depuis son dernier mandat de président qui prit fin en 1990 et qui est considéré comme le pire de l’histoire péruvienne. Il explique cela en disant qu’il n’avait que 35 ans et que son parti n’avait pas gouverné depuis plus de 50 ans. Le résultat a été environ 3000% d’inflation; il était préférable alors de courir acheter du matériel lorsqu’on recevait un salaire pour pas qu’il ne se déprécie pas trop.

Ensuite Garcia a fui le pays car il était accusé de corruption et de violation des droits de l’homme. Il a échappé au jugement pour être resté suffisamment longtemps en dehors du pays mais les accusations de corruption ont été démontrées.
La mise en garde est donnée, le quotidien libéral de Lima Peru 21
titre: « Ce n’est pas un chèque en blanc, M. Garcia ».

Son mandat s’annonce difficile; il va devoir construire une majorité parlementaire, son parti n’a que 36 sièges sur les 120 du Congrès, même Ollanta en a obtenu 45. De plus au vu de son passé il est fort possible que les élus réfléchiront à deux fois avant de le soutenir.


Malgré tout le Pérou suit la tendance sud-américaine et penche à gauche, Garcia comme social-démocrate devrait s’inscrire dans le mouvement modéré de la gauche suivant les pas de Lula. Il reste à savoir si avec le peu de crédibilité et de soutien qu’il possède il va pouvoir réellement effectuer une quelconque réforme dans ce pays fracturé par les inégalités sociales malgré une excellente croissance économique ces dernières années.

Pérou: Bataille d’influence?

Ce dimanche, l’année électorale sud américaine continue, cette fois la scène se déroule au Pérou. L’ambiance est plutôt incertaine, diverses influences font rage, des plus loufoques au plus traditionnelles. Les sondages partagent les points entre les forces fujimoristes, l’ex président Alan Garcia, la gauche bolivarienne avec Humala et la conservatrice Lourdes Flores.

L’incertitude est grande car le Pérou est coutumier des grands coups d’éclats. Son histoire récente en est parsemé: depuis son élection en 1990, Fujimori est devenu l’acteur principal d’une série d’actes tous aussi rocambolesques les uns que les autres.

Au début de sa carrière politique il réussit à maîtriser l’inflation du Pérou avec des mesures d’austérité très fortes. L’inflation était supérieure à 7000% en 1990, une année plus tard elle environne 130%.
Sa médiatisation continue lorsqu’il réussit à faire emprisonner le chef du Sentier Lumineux, ce qui met fin à cette organisation révolutionnaire. Il se fait à nouveau remarquer lors de la libération des 72 otages de l’ambassade japonaise. L’opération montée par ses services est ambitieuse, il a fallu creuser un tunnel sous toute une rue pour accéder à l’intérieur du bâtiment et tuer tous les terroristes (14). Un seul mort du côté des otages, Fujimori devient un héros au Japon pour cet acte.

La fin de son règne est tout aussi surprenante et médiatique car, après avoir changé la constitution en 1993 et fait valoir la non rétroactivité des lois il se présente une 3e fois à la présidence et bien sûr il gagne. Seulement voilà, l’opposition commence à se faire entendre et on découvre petit à petit les faces cachées de ses mandats. Un grand nombre de vidéo font éclater un scandale de corruption qui a vite fait de rattraper Fujimori. Son bras droit, Montesino, est le premier touché, il doit quitter le pays. Quant à Fujimori il tente encore de résister mais lors d’une visite au Japon il décide d’y rester. Il devient Japonais!

Une nouvelle fois Fujimori surprend, non seulement il a corrompu l’ensemble du gouvernement péruvien, il a réussi à vendre des armes aux Forces Armées Révolutionnaires Colombiennes (FARC) mais en plus il arrive à s’enfuir avec la caisse de l’Etat pour passer des jours tranquille au Japon.

Il espère pourtant, depuis là-bas, influencer la politique péruvienne et même se faire réélire comme président! Il est tellement sûr de lui qu’il décide d’aller séjourner temporairement au Chili, étape sur le retour au Pérou.
Cependant il est tout de même fiché par Interpole sous l’accusation de corruption et de crimes contre l’humanité et a été déclaré inéligible par le tribunal constitutionnel du Pérou.

A peine arrivé au Chili il est donc arrêté par les autorités chiliennes. Depuis cet instant le gouvernement péruvien prie le Chili de l’extrader.
On pourrait croire qu’avec une telle histoire son influence s’arrête, et bien non!

Sa fille Keiko Fujimori, est en tête de liste du parti fujimoriste pour le Congrès à Lima. Il est fort probable qu’elle soit la parlementaire la mieux élue. A ce titre, comme le veut la tradition, elle présiderait la séance inaugurale de la nouvelle Chambre et remettrait l’écharpe présidentielle au successeur de Toledo!

Le candidat suivant, Alan Garcia est aussi un acteur de l’histoire. Prédécesseur de Fujimori il a emmener le pays à la ruine fin des années 80 et a fuit avec la caisse de l’Etat. Son charisme lui a tout de même permis d’arriver au second tour en 2000, année où il a été battu de peu par Toledo. Actuellement il est en 3e position dans les sondages et à moins d’un miracle il ne devrait pas passer au deuxième tour. Son influence sur ces élections va venir de son soutien ou non a un des deux candidats au deuxième tour.


La grande surprise, qui n’en n’est plus une dans le contexte actuel de l’Amérique du Sud, est la montée en force du populiste de gauche Humala, proche d’Evo Morales et de Chavez. On l’appelle d’ailleurs le « Chavez péruvien », ex-lieutenant-colonel il veut déclarer la guerre à la corruption et au libéralisme économique. L’influence bolivienne est aussi très forte, les indiens et les métis sont majoritaires au Pérou et rêvent d’avoir « leur » président!

Le dernier candidat susceptible de s’opposer à la gauche est une candidate. Lourdes Flores est donnée gagnante au deuxième tour grâce à l’appui des forces fujimoristes et surtout de tout l’establishment blanc. La candidate conservatrice est à la une de tous les journaux, elle est présentée comme la « sauveuse de la démocratie face à la démagogie indigène ».

Cette situation rappelle étrangement les présidentielles de 1990 où l’opposant de Fujimori, Mario Vargas Llosa possédait l’appui inconditionné de toute la presse mais les électeurs votèrent en masse pour Fujimori par réflexe de rejet de la classe politique traditionnelle.