Sandy, le bilan

Deux semaines sont passées depuis que Sandy a ravagé Haïti et Cuba, coupé le wifi à  New York et mouillé Washington. Au moment des faits, et parce que les médias occidentaux ont fait un foin immense avec la super tempête, je me suis senti obligé d’écrire à  ma famille et mes amis un petit mail pour leur raconter ce qu’il se passait sous ma fenêtre. A ce moment là  je me suis dit qu’il ne valait pas la peine de le publier sur mon blog, et je me disais que tout le monde n’apprécierait pas forcément le second degré. Mais depuis de l’eau a coulé sous les ponts, alors … en direct, de Washington, ça donnait ça:

JOUR 1: 29 octobre 2012

Le début de la fin du monde approche, une petite idée de ce qu’il pourrait ce passer en décembre est en train de se dérouler sous nos yeux à  Washington DC (USA). La situation est de pire en pire, le vent souffle par rafale (comme l’avion) atteignant facilement les 120 km/h (au moins, voir plus). La pluie torrentielle a déjà  inondé les trottoirs, les feuilles s’envolent comme des feuilles en automne, et la pluie tombe vers le bas, le haut, de tous les cotés. Mais pour vous, cher lecteurs, nous avons été braver les soubresauts du climat en plein réchauffement ––enfin il fait plus froid que la semaine dernière, mais comme nous avons transpiré cela signifie que le climat global se réchauffe–– et nous avons chaussé nos baskets, mis nos coupe-vents (haglouf bien sûr, car eux seul peuvent fendre un ouragan) et nous sommes partis faire un footing à  travers Washington DC pour avoir une idée de ce qui nous attend en décembre. Le résultat est spectaculaire, et il faudra vraiment s’accrocher en décembre – mais pas aux poubelles, car elles volent-. TOUS, je répète TOUS, les trottoirs sont mouillés, et vraiment mouillés. Les rues ont été désertées, tous les bureaux ont été fermés, personne n’est venu à  DC, seules quelques voitures, de temps à  autres passent, ce sont majoritairement des voitures de police ou des ambulances venues sauver les chiens ou chats mouillés perdus dans les jardins avoisinants.
BREF, la situation est désastrofique, le monde s’effondre….

Le soir venu, la situation EMPIRE, les trottoirs sont plus mouillés et les feuilles volent plus vite.

La nuit vers JOUR 2

piuuuuuuu — le courant a presque été coupé, mais on n’a pas vu, parce qu’il n’a pas été coupé chez nous. Les arbres se couchent, mais se relèvent quand la rafale est passée. Les feuilles s’envolent toujours comme en automne (c’est l’automne ça tombe bien).
Ensuite on dort, alors il y a un trou dans l’histoire.

JOUR 2

Le matin est calme, un peu de vent, et les trottoirs sont toujours mouillé. Il pleut, que vers le bas cette fois.
Le midi est calme aussi.
L’après-midi est encore calme.
On s’ennuie, on a eu la flemme d’aller courir de nouveau, alors on va au cinéma. [On a vu Argo, je vous le recommande]

BREF, un ouragan est passé, et on ne l’a même pas vu (c’était mieux en juillet, au moins les arbres avaient volé avec les feuilles), les journaux vous mentent. New York a pris l’eau, mais c’est pas trop grave selon les sources sur place, par contre à  Haïti c’est la merde, et Cuba on sait même pas.
Demain tout le monde au boulot de nouveau.
Priez avec nous pour qu’Obama gagne.

Depuis Obama a gagné, et on est content, Sandy lui a peut-être donné un coup de pouce. Et ce n’est pas le seul qui a su profiter de Sandy. Les surfers se sont bien amusés… à‡a donne envie, vivement que je vive au bord de la mer!

Hurricane Sandy | South Florida from Cavin Brothers on Vimeo.

Stand up Paddle Board

Les retours dans mes alpes sont toujours sources de quelques trucs bien drôles. A part les classiques, comme le chocolat, le fromage, la famille et le potes, il y a aussi d’autres petites surprises, comme le miel ou cette année le Stand up Paddle Board… Je tente même pas la traduction française, ça tiendrait pas debout. Le truc est une grande planche où on se pose dessus (enfin debout) et on rame. Ballade pépère ou course… c’est bien sympathique, et peut être assez physique. La cerise étant quand tu attrape gentiment l’aspiration du bateau qui passe… plus facile pour gagner les courses :)
Le grand avantage (j’avoue) est qu’un de mes ami importe les plus belles planches du marché français … Rogue, une marque ricaines. Donc, bien sûr, j’ai tout testé et fait plouf 50 fois. Après plusieurs tentatives, la version « course » m’a bien plu… mais je crois que je recommanderais quand même la verte, plus rando et plus accessible – ou en d’autres mots, moins casse-gueule.

VTT de descente urbaine en Colombie

Manizales, Colombie. Une caméra embarquée avec le Champion colombien de VTT, Marcelo Gutierrez:

Image de prévisualisation YouTube

Colombie: 4 – France: 1

J’ai failli oublier. Le mondial des moins de 20 ans se déroule en ce moment en Colombie. Par grand chose à  dire, je n’irais surement pas voir de match, mais le premier match des colombiens étaient contre … les français, et le résultat fut sans appel. 4-1… oui bon, je me fais un peu chambrer… mais on commence à  avoir l’habitude… La vie en Italie n’est pas plus simple!!!
Image de prévisualisation YouTube

Fight-club à Florence

A chacun sa coutume sauvage, Florence la magnifique et généralement très pacifique évacue sa rage une fois par année dans un tournoi barbare, grandiose et incroyablement violent. Mieux que tous commentaires, les images parlent d’elle même.
Image de prévisualisation YouTube

France-Colombie: 1-0

Le match de mardi n’a pas brillé par son niveau, un but, pourri qui laisse amer les colombien… Le seul que j’ai trouvé bon c’était le gardien colombien. Enfin les Français devront se bouger un peu pour battre les italiens à  l’Euro.

Mais selon mes sources le public était bon, alors c’était bien quand même!! Voici quelques photos d’un lecteur sympathique, Didier:

Le foot colombien

Aujourd’hui se joue un match amical France/Colombie et pour l’occasion l’équipe a publié un article sur le foot colombien. Difficile de changer l’image et les a priori sur le Colombie lorsque même L’Équipe s’en mêle. Même si c’est vrai et j’en parlais déjà  vaguement une fois, on aurait surement préférer un article sur les bienfaits du foot pour la réintégration des paramilitaires ou pour aider les jeunes a sortir de routine… enfin à  lire quand même

«Hé ! Fils de p… si tu continues à  te mêler de ce qui ne te regarde pas, on va t’envoyer une moto !» Pas besoin d’en dire plus par téléphone. L’allusion aux sicarios, tueurs professionnels, est bien réelle. La menace figure, avec un chapelet d’intimidations, étalé sur quatre pages, dans la plainte contre X, le 25 mai 2006, déposée par Carlos Gonzalez Puche, avocat à  la cour et premier défenseur des footballeurs professionnels colombiens. Deux ans plus tard, les appels anonymes nourrissent toujours le quotidien de Puche, lui-même ancien footeux professionnel, dans les années 80, à  l’America de Cali et Millonarios, deux des plus prestigieuses équipes de Colombie, jadis aux mains des cartels de la drogue. Du milieu du foot, de ses dirigeants, passés ou actuels, le  »maestro » connaît toutes les combines. Pots de vin, blanchiment d’argent, fausses déclarations, enrichissement illicite, trafic de billets, ventes truquées de joueurs et une série de règlements de compte qui ensanglante jusqu’à  l’infini. L’arsenal est vaste. Il ne laisse que peu de latitude aux joueurs, «traités comme du bétail et je suis bien placé pour en parler.» Aussi, quand Mario Yepes (Paris SG) et Ivan Ramiro Cordoba (Inter Milan) lui ont proposé, il y a quatre ans, de devenir le représentant légal de leur profession, régie depuis par une Association en règle (Acolfutpro), Carlos Gonzalez Puche s’est senti obligé d’accepter, «pour défendre nos droits, notre liberté et l’honneur de nous tous.»

[..]

En 2006, Gustavo Upegui, le président de l’Envigado FC, un club de Medellin, impliqué dans des opérations opaques avec les paramilitaires, groupe d’autodéfense d’extrême droite, l’élite du crime organisé en Colombie, a été assassiné. En 2006 encore, Carlos Martan, un dirigeant de la fédération colombienne de football, soupçonné de connexion avec le narcoterrorisme, a été placé sur la liste Clinton, une loi promulguée à  l’initiative de l’ancien président des Etats-Unis pour éradiquer le fléau de la coca. En 2007, Eduardo Mendez, le président de Santa Fe, le club doyen du championnat, a été extradé vers les Etats Unis, pour trafic et collusion avec les paramilitaires, ennemis jurés des FARC.

[..]

Le gouvernement a toujours nié la présence des paramilitaires dans le football mais il y a huit mois, il s’est fait clouer le bec. Sur les ondes des radios nationales, les Colombiens ont pu écouter un enregistrement pirate d’une conversation téléphonique entre Rodrigo Tovar, alias  »Jorge 40 », l’un des grands leaders paramilitaires, et un dirigeant du Valledupar FC, un club de Seconde Division. De quoi discutaient les deux hommes ? Jorge 40, extradé lui aussi le 13 mai dernier vers les Etats-Unis, expliquait à  son interlocuteur, qu’il pouvait lui «obtenir des joueurs de bon niveau, à  un bon prix et à  tous les postes, en provenance de l’America de Cali ou du Real Cartagène. Dans le Valle, nous avons les meilleures écoles de formation du pays, tu pourras choisir. Et sur un plan personnel, le Real Cartagène me doit bien ça. Tu auras les joueurs que tu voudras.» L’allusion de Jorge 40, qui fait coucher et lever le soleil au Valledupar FC, n’est pas innocente. Deux ans auparavant, le club de son coeur s’est laissé écraser par le Real Cartagène, encaissant quatre buts dans les cinq dernières minutes pour permettre à  ce dernier d’accéder à  la Première Division. Le résultat a été validé par la fédération sans sourciller. A la Direction Générale des Stupéfiants, barrio Chapinero, un quartier très populaire, au coeur de la capitale, Carlos Albornoz, le Directeur Général, ne peut nier l’évidence. Mais il assure qu’en Colombie «tout se fait plus lentement qu’ailleurs, que les uns après les autres les hors-la-loi tombent et qu’avec le temps, le pays se porte mieux.»

Vendredi Saint chez les cowboys

riviere.JPG

Vendredi matin, le réveil sonne, il est 6h30. C’est un peu tôt pour des vacances mais une belle balade nous attends alors on est bien motivé. Juste le temps de s’habiller et de manger un yaourt et on file. Une bonne heure de route pour arriver dans un bled tout perdu dans les Llanos (ou plutôt les préllanos…). La première mission est de trouver quelque chose pour notre petit déjeuner: et là  c’est le premier choc, on entre dans une tienda entrouverte où en théorie on pouvait se caler l’estomac avant de commencer à  marcher. Le monsieur nous dit gentiment qu’il ne bosse pas aujourd’hui… !¿?! bon c’est férié on est d’accord, mais son magasin est ouvert..!¿?!

– « oui … bon.. je peux vous vendre des chips si vous voulez »

– euh .. vous auriez pas un oeuf??

– non je peux rien faire…

– ah bon … et si c’est moi qui me le cuit?

– non le maire a dit que pas moyen…

– ah c’est le maire qui a dit…

– oui, il a interdit de travailler, interdit de vendre et de boire de l’alcool et on doit participer à  la marche!

– …rafting.JPG

On est donc parti le ventre vide. On continue notre route et  notre chauffeur qui devait d’abord poser un groupe faire du rafting commence à  se stresser. Il n’y a personne qui veut faire la bouffe de midi.

– oups… c’est un peu dommage. On avait prévu une longue marche… mais sans rien manger, ça se complique. Du coup on se colle au plan rafting, le guide est content il manquait du monde pour remplir son bateau et nous ça nous faire rire… Alors c’est parti. Une belle descente, on prend l’eau 2-3 fois et en toute insouciance on débarque 3 heures plus tard pour aller manger un truc. Et là  rebelote. Le maire a dit!

On achète des chips et de l’eau… du coca non, parce que sinon après vous comprenez il faudra vendre de la bière… après… (là  j’avoue que j’ai toujours pas compris)

Il y a un dicton qu’on utilisait avec mon frère lors de notre voyage en Patagonie et c’était « qui dort, dine! ». On l’a appliqué plus d’une fois, le soir lorsqu’on en pouvait plus et qu’imaginer cuisiner un truc c’était comme nous demander de marcher encore 15 minutes…

Du coup le vendredi saint on fait « qui marche, mange » … c’est vachement moins efficace et mentalement c’est un peu plus dur, mais ça se fait. En plus au bout de la marche on a droit à  une baignade dans une cascade perdue au milieu de la forêt alors on râle pas trop.

cascade.JPGOn reviendra à  la même tienda du matin à  la fin de la journée, et là  une bonne nouvelle nous attend. Notre pilote doit attendre je ne sais pas qui (sûrement Jesus Christ) qui arrive dans 3 heures… Tranquille, pas de soucis on va prendre le bus…. on part alors avec 2 touristes (de Bogotà¡, on a pas vu un seul gringo dans ces contrées…) qui nous dépose à  la route principale pour choper un bus.

Mais c’est Vendredi Saint (au cas où vous auriez oublié) et il est interdit de travailler, c’est le maire qui l’a dit!

Heureusement pour nous le maire de la ville voisine est un peu moins proche de sa sainteté et a autorisé les bus à  circuler… Après un moment on arrivera à  s’accrocher aux barres latérales du bus qui passe archicomplètementbondé.

Finalement on arrivera à  se manger un gros steak bien saignant et plein de bière en ville… fallait bien fêter vendredi saint non???

pont-suspendu.JPG

Une lutte olympique

escrime1.jpgLes J.O. approchent, on le sait même si on parle assez peu. Par contre pour les sportifs qui veulent y participer la lutte a déjà  commencé.

Et cette lutte pour participer est loin d’être facile, surtout lorsqu’on est national d’un pays où le gouvernement ne soutient pas trop ces sportifs. En France les restes des politiques de De Gaulle, mise en place après les J.O. de Rome en 1960 où la France ne rapporta à  la maison que 6 médailles, gâtent encore relativement nos sportifs d’élites.

En Colombie c’est pas la même… Javier Suarez, champion national d’escrime depuis 7 ans, deux fois 5e en coupe du monde, champion junior d’Amérique Latine, et je passe parce que c’est trop long est en train de gagner sa place pour participer aux J.O.

Un seul compétiteur pour tout le continent américain sera sélectionné pour aller à  Pékin, et pour participer à  la sélection il faut accumuler un certain nombre de point. Cette compétition à  lieu au mois de mai au Mexique. Alors en ce moment Javier gagne des points… en Europe. Et oui, les compétitions européennes rapportent plus. Alors il sera le 2 mars à  Berne, le 23 à  Stockholm et le 4 avril à  Heidenheim.

Et là  on pourrait espérer un soutient du gouvernement colombien, quoi de mieux qu’un sportif au J.O. comme ambassadeur… bin … pas trop non! Le comité olympique lui a payé le billet d’avion jusqu’à  Paris… La ligue, la fédération… rien, zéro. Même la France l’a emmerdée pour lui donner son visa. Tout sort de sa poche et pour sûr vivre à  Paris pendant 3 mois n’est pas donné. La solution est de manger des pâtes et de camper chez les potes…

àŠtre sportif de haut niveau en Colombie n’est pas chose facile, alors si vous passez à  une de ces compétitions n’hésitez pas à  aller l’encourager!!!

500 connards et moi et moi et moi

C’est le grand bruit du moment. Au départ j’ai pensé que c’était une blague. Ensuite je me suis dis: « mais non c’est pas possible ». Finalement j’ai compris. (oui oui le Dakar en Amérique du Sud). Il parait que c’est pas seulement négatif, ce qui est normal… l’environnement n’a pas encore de prix dans nos modèles économiques.

Enfin ravi de savoir que ça fait des heureux, encore plus ravi de savoir que j’ai pu visiter ces régions du monde avant le massacre!

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.