Uribe, la chute

En 1992, Fujimori signe des félicitations aux escadrons de la mort péruvien pour leur travail contre la guérilla. En 1994 le gouvernement transférait à  la juridiction militaire ces escadrons et finalement en 1995 ils bénéficièrent d’une amnistie total.

Les méthodes de ces escadrons sont connues, la presse et les ONG les ont dénoncées à  plusieurs reprises. Il existe de nombreux exemples de familles entières massacrées, enfants compris, seulement pour être soupçonnée d’avoir soutenue la guérilla, le sentier lumineux.

Fujimori propose la peine de mort pour les « terroristes », attaque la guérilla sur tous les fronts militaires mais jamais politique, il réussit à  stabiliser l’économie, à  stopper l’inflation énorme qu’a laissé Alan Garcia en partant. Fujimori est le sauveur du Pérou, le pompier… Son acceptation populaire atteint des records supérieur à  80%. Il en profite alors pour modifier la constitution  en 1994, pour être élu et conserver le pouvoir 4 ans de plus, il récidivera en 2000. Les péruviens l’acceptent, l’admire, enfin un président qui ose prendre les chose en main, qui ne faiblit pas devant la guérilla.

Alors que les années 80 étaient remplies de violations qui justifiait l’existence de groupes illégaux, les années 90 marquent la reprise en main du pays par l’État. Fujimori à  sa tête.  100 000 morts civils et innocents plus tard Fujimori est toujours là , ou plutôt de nouveau là  au Pérou essayant de jouer avec son aura, mais ça ne marche plus.

Après avoir fuit au Japon, être devenu japonais, avoir voulu faire campagne depuis le Chili et finalement être extrader, il est de retour au Pérou, sur le banc des accusés. Sa défense est pathétique, stupide, il prétend ne pas savoir, avoir signé sans lire, ne pas avoir lu les journaux. Il est entré avec le sourire, sûr de lui, sûr que le peuple le soutiendrait. Il est là  maintenant, tout seul ou presque, défait, accusé de plusieurs massacres.

L’ère Fujimori est finie, il est tombé, le chemin est encore long pour atteindre la vérité et la réparation mais la direction est la bonne, d’autres tomberont…

Ah, pardon, je me suis trompé dans le titre.

21 réflexions au sujet de « Uribe, la chute »

  1. [quote comment= » »]J’ai bien aimé… pendejito[/quote]

    voilà qui est bien dit Marcela

  2. C’est à la fois nul et déplacé, Toño. je t’ai connu plus mesuré et moins malhonnête, même quand nous n’étions pas d’accord.

  3. il est faible ce commentaire phil, on t’a connu plus efficace.

    c’est d’avoir perdu ton aile heu l pardon?

  4. Dis-moi, Uribe, il a une fille?…Car aujourd’hui c’est la fille de Fujimori qui tente de reprendre le flambeau…Tu serais surpris de voir qu’il y a encore pas mal de fan de Fuji au Pérou.
    On va encore avoir du sport! Phiconvers est de retour jejejej

  5. Ouais je sais… les estimations parle de 30% de soutien, mais avant son jugement. Après ces derniers jours je ne sais pas. Je crois que son attaque de rire ne va pas vraiment l’aider.
    Ensuite j’imagine qu’il y aura toujours des gens pour le soutenir. Un certain nombre de chilien soutienne Pinochet. (et certain soutienne aussi Hitler ou Staline)

  6. Moi j’m’en fous je carbure au picon-bière

    Maintenant, pour ceux qui ont connu Alan Garcia et ses chicago-boys (ils s’en sont mis plein les fouilles et d’une manière éhontée), pas étonnant non plus que les Péruviens aient ensuite choisi Fuji le roi des moris
    Fuji est parti, Garcia est revenu, attention de ne pas réécrire la même histoire en Colombie

  7. C’est clair Garcia est revenu… il dit avoir muri. Enfin il aurait été mieux en taule.
    [quote post= »1106″]attention de ne pas réécrire la même histoire en Colombie[/quote]
    ça serait vraiment triste…

  8. [quote comment= » »]C’est clair Garcia est revenu… il dit avoir muri. Enfin il aurait été mieux en taule.
    [quote post= »1106″]attention de ne pas réécrire la même histoire en Colombie[/quote]
    ça serait vraiment triste…[/quote]

    Moi je vois un petit Gaviria (le roi de la libéralisation sans merci, de l’ouverture économique sans scrupules) se préparer pour revenir sur le trône, ou au moins pour faire la bataille contre Uribe! Seule différence: les FARC sont encore là, alors que Sendero était pas mal plus affaibli au moment de la réelecction de Fuji!

  9. moui … mais à mon avis Gaviria n’a aucun chance, je ne crois même pas qu’il passe l’élection interne, s’il y en a une, il symbolise trop la vieille politique du parti libéral.

  10. tant mieux, quioque on disat la même chose de García, jeje.. en tout cas, très provocateur ton article

  11. [quote post= »1106″]tant mieux, quioque on disat la même chose de García[/quote]
    c’est juste mon avis… faudra voir.

  12. Un peu de provoc ça réveille !!!!!!!!!!!!!!!! ………………. Les esprits endormis :)

  13. Tepes à la limite peut être……………………….. 😛

    Attention au frein :)

  14. Toño, je te dois quelques explications. Je n’ai pas eu le temps ces derniers jours.
    Ta comparaison avec Fujimori n’est pas totalement illégitime, mais j’aurais apprécié que tu signales les différences.

    Fujimori avait la nationalité japonaise et il s’en est servi pour fuir l’éventualisté d’un procès au Pérou. A ma connaissance, Uribe est Colombien pur jus et n’a donc pas la possibilité de faire la même chose.

    La paramilitarisme n’est pas une invention d’Uribe et il est notoire que les agissement des groupes d’autodéfense, sans avoir été réduits à néant, ont diminué depuis 2002. Dans le contexte du fujimorisme, le paramilitarisme a été une politique d’Etat.

    Uribe n’a pas évoqué le rétablissement de la peine de mort et offre, au contraire, un certain degré d’amnistie aux guérilleros des FARC, le même que celui qu’il a offert aux paras. Il négocie dans la même direction avec l’ELN, depuis un certain temps déjà.

    Les 100.000 morts civils et innocents (qu’est-ce qui te permet de l’affirmer ?) au Pérou ne sont pas le seul fait du gouvernement et de ses séides.

    S’agissant de la Colombie, rien ne permet d’affirmer que les exécutions sommaires se sont multipliées depuis l’arrivée d’Uribe à la Présidence. Pas de procès d’intention donc. Jugeons sur pièces et laissons les Colombiens faire le ménage et apprécier la situation, selon leurs propres critères.

  15. Même sans tes explications je savais plus ou moins ce que tu pensais, étrangement je commence à connaitre tes points de vue.
    Fujimori est né au Japon, mais n’avait pas la nationalité japonaise avant d’y aller. Et franchement ça change pas grand chose, si Uribe veut se réfugier à quelque part il n’aura pas trop de mal.
    Les paras ne sont pas une invention d’uribe, pas plus que ne l’était les escadrons de la mort de Fujimori. En Colombie ce ne sont pas des groupe d’autodéfense, à part pendant les année 70. De la même manière qu’au Pérou dans les année 90 se sont des simple massacreur … comme en Colombie pendant les même année. Ensuite depuis 2002 il y a effectivement une grande diminution des massacre, mais les assassinant sélectif continue et ont même tendance à augmenter.
    Uribe n’a pas proposer la peine de mort, parce qu’en Colombie même si elle n’existe pas officiellement elle existe officieuse… on compte plus de 200 assassinats extrajudiciaires perpétré par l’armée et la police entre 2006 et 2007.
    Et oui les exécution sommaire ont augmenter…
    Et les 100 mille mort au Pérou tu peux lire les document de la commission de vérité … je suis pas très loin des chiffres officiels.

    Ensuite la comparaison n’est évidemment pas parfaite… ce serait vraiment préoccupant. (hum … ça l’est déjà)

  16. Ping : Uribe: la phrase de trop? | à la recherche de Corto...

Laisser un commentaire