Uribe rompt la médiation de Chavez

chavez-uribe.jpgLa nouvelle est tombée, tout le monde en parle. C’est à  la une des nombreux journaux, de nombreux blogs et ce sera le sujet de discussions favori de tous les internationalistes et politologues du coin.

Uribe avait admit la médiation de Chavez pour son « affinité avec les FARC« , mais là  c’en n’est trop. L’épisode continue, une histoire merveilleusement triste où l’on joue avec la vie d’une cinquantaine de personne.

Depuis plus d’une année le thème de l’échange humanitaire est revenu sur le devant de la scène, en grande partie grâce au divers groupe de pression, autant ONG que la Mairie de Bogotà¡ ou des individus comme le Professeur Moncayo. Le thème ameute la communauté international grâce (ou à  cause) de la présence Ingrid Betancourt, une franco- colombienne otage depuis 2002.

Il y a eu plusieurs échanges humanitaires au cour de l’histoire, simplement Uribe a été élu avec la promesse d’en finir avec les terroristes que sont les FARC. Il les déteste particulièrement. Négocier avec eux était donc exclut. Mais la mode, la pression international et l’envie d’être le président qui en termine avec tous les acteurs armés du pays le poussa à  se lancer dans un semblant de négociation. Simplement il ne veut en aucun cas perdre sa réputation d’homme fort, sa carte pour la réélection à  l’infini.

Alors au moindre écart il rompt les négociations. L’année dernière c’était un attentat dans l’école de guerre. Après cet échec il accepte finalement de revenir dans l’arène, mais avec un médiateur. Chavez est l’homme l’idéal, les FARC l’admire, il est capable de toutes les bourdes du monde pour donner une excuse au gouvernement d’Uribe de rompre les négociations si ça tourne mal.

Pour Chavez c’est une aubaine, il peut se faire remarquer au niveau international et évite qu’on parle de ses réformes. En terme de négociation c’est un homme intéressant, capable de parler avec les deux parties. L’idée est excellente pour tout le monde. Le spectacle commence. Les FARC sont partout, jusqu’au palais présidentiel du Venezuela. Piedad Cordoba, sénatrice colombienne mandatée par le gouvernement réalise plusieurs voyages, rencontrant des guérilleros dans la jungle ou prisonniers au USA.

La présence des FARC sur les écrans et les journaux devient presque grotesque, les « terroristes sanguinaires » redeviennent des guérilleros.

Chavez fait sa bourde, il parle avec l’état major de l’armée colombienne alors qu’Uribe lui avait expressément dit qu’il ne pouvait pas le faire. Mais plus que l’appel aux militaires c’est le commentaire de Chavez comme quoi Uribe aurait dit qu’il accepterait éventuellement une réunion avec Tirofijo (chef des FARC) pour parler de paix. C’était un thème secret et qui en Colombie ne serait pas apprécié par tout le monde.

Uribe met fin à  la médiation de Chavez. Sarkozy intervient vaguement. Aujourd’hui on en est là , mais l’histoire ne s’arrêtera pas.

La situation actuelle est donc au point mort, l’échange humanitaire est repoussé. Les FARC sont content, ils gardent leurs otages encore un moment, Uribe montre une fois de plus que négocier n’est pas la bonne voie, et Chavez… Chavez a fait son clown à  Paris, il a évité qu’on parle de sa constitution.

Dans un mois ou deux on recommence. On repousse encore une fois, comme on le fera sûrement 2 ou 3 autres fois. Le thème de l’échange humanitaire pourrait être un bon thème pour la campagne de 2010. Il permettrait à  Uribe et ses suiveurs d’accuser la gauche de vouloir donner le pays à  la guérilla.

8 réflexions au sujet de « Uribe rompt la médiation de Chavez »

  1. Je trouve ton article très indulgent pour Uribe et très féroce pour Chavez. Finalement, à te lire, on ne peut que donner raison à Uribe. Je préfère écouter le premier mari d’Ingrid et les comités de soutien.
    Chavez clown, Chavez dictateur, on croirait lire le courrier des lecteurs d’El Tiempo.

  2. Certes je critique Chavez, et je continuerai à le faire. Mais je ne me sens pas vraiment indulgent avec Uribe. Je défends l’échange depuis toujours et je crois qu’Uribe fait semblant de vouloir le faire par opportunisme. Je donne raison à personne, je crois que l’échange doit être fait et aurait du être fait il y a longtemps.
    Faire de la pub aux FARC ne me fait pas plaisir et pour cette raison je crois qu’il aurait été plus judicieux de céder quelque chose…
    On chipote et on recommencera. c’est toujours les même qui attentent.

  3. Il faut espérer que commence rapidement la seule négociation possible : une libération de TOUS les otages (et non de la quarantaine de politiques seule) comme préalable à une démilitarisation de la guérilla sur la base de la loi « Justice et Paix » puis, une éventuelle participation de l’ex-guérilla à la vie politique institutionnelle.

  4. Comment un « homme » (Uribe) peut t-il agir ainsi avec la vie d’otages et l’espoir de leur famille, comment peut-on devenir président avec une telle vision pour règler un probleme si grave, cet homme a-t-il un coeur ? Naiveté quand tu nous tiens …

  5. Ping : Uribe/Chavez deux coqs dans une arène sur Corto en Colombie ?

  6. Depuis quand existe cette mediation du Président Chavez entre les Farc et Le gouvernement Colombien ? Merci D’avance de votre réponse , c’est question est en rapport avec Mon Tpe

Laisser un commentaire