Yair Klein, le mercenaire retenu par la Cour européenne des droits de l’homme

C’est à  la fin des années 80 que Yair Klein, un ex-militaire israélien, arrive en Colombie. Son premier voyage a pour but de vendre ses capacités militaires à  la police pour l’aider dans sa lutte contre la guérilla marxiste. Après quelques temps et un deuxième voyage il ne retrouve plus ces policiers mais à  la place, un groupe de propriétaires terriens qui désirent se défendre contre cette guérilla.

Yair Klein commence alors à  former des soi-disant groupes d’autodéfenses, juste au moment où l’État colombien les interdisait pour leur évidente relations avec les narcotrafiquants. Plusieurs témoignages indiquent que les cours de Klein sont très complet et comprennent des méthodes d’assauts ou anti guérillas, l’utilisation d’explosif et la préparation d’assassinat. Klein va former une bonne partie des futurs chefs des groupes paramilitaires, les pires monstres de l’histoire colombienne. Pendant les 3 années où il supervise les attaques paramilitaires on estime que ceux-ci on effectué au minimum 40 massacres.
Son idéologie profondément anticommuniste le pousse à  mettre en application la fameuse technique « d’enlever l’eau pour que le poisson se noie », ce qui signifie éliminer tous les paysans pour que la guérilla disparaissent. il aurait été au service de Pablo Escobar et ensuite des frère Castaà±o, fondateurs des AUC.

L’organisation des paramilitaires étant efficace à  son gout il quitte la Colombie pour de nouvelles aventures, tout en annonçant à  plusieurs reprises qu’il est entièrement disposé à  revenir en cas de besoin. Ce n’est qu’en 2002 qu’il est jugé et condamné par le tribunal de Manizales à  10 ans de prison. Il apparait en Sierra Leone où il est aussi condamné mais c’est finalement Interpol qui l’arrête en aout 2007 à  Moscou.

La Colombie réalise alors les démarches pour obtenir son extradition, ce que la Russie est disposée à  faire. Klein représente une pièce non négligeable pour connaitre la vérité sur la création des groupes paramilitaires et leurs relations avec l’État et les élites économique. Nombreux sont ceux qui attendent avec impatience cette extradition.

C’est à  ce moment que la Cour européenne des droits de l’homme intervient est interdit à  la Russie d’extrader Klein. La Cour juge que les conditions de sécurité de Klein ne sont pas remplie. Une offense à  la justice colombienne et à  son gouvernement mais aussi, et surtout, un sérieux frein à  un éventuel accès à  une partie de l’histoire d’un pays où les victimes n’espèrent plus qu’une chose: la vérité.

2 réflexions au sujet de « Yair Klein, le mercenaire retenu par la Cour européenne des droits de l’homme »

  1. Question macroscopique : je ne comprends pas bien pourquoi l’Europe se refuse encore à piétiner sur les plate-bandes d’un sub-continent qu’elle considère comme chasse gardée des Etats-Unis.
    Question microscopique : il semblerait que notre brave Monsieur Klein ait craint pour sa sécurité dans les prisons colombiennes. Ne pouvait-il pas « assainir » également les prisons? Et rappelle-moi combien de meurtres supervisés par ce zélé personnage?

  2. [quote post= »1122″]je ne comprends pas bien pourquoi l’Europe se refuse encore à piétiner sur les plate-bandes d’un sub-continent qu’elle considère comme chasse gardée des Etats-Unis.[/quote]

    moi non plus…

    [quote post= »1122″]il semblerait que notre brave Monsieur Klein ait craint pour sa sécurité dans les prisons colombiennes. Ne pouvait-il pas “assainir[/quote]
    Selon lui la démobilisation des paramilitaire est la pire erreur d’Uribe et de son gouvernement. Il dit que jusqu’au jour où il n’existe plus un seul guérilléros (comprendre homme de gauche) en Colombie, le pays ne sera pas sûr.
    Je comprend donc qu’il ait peur des prison colombienne c’est plein terroriste…

    Sur la quantité de mort sous sa supervision je n’ai pas de chiffre, on parle de 40 massacres et on commence a parler de massacre lorsque c’est plus de 10 personne à la fois (ou 8.. enfin un truc comme ça).
    Mais il ne faut pas oublier les disparu, les séquestrés, les torturés etc etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *