Fin de l’innocence pour Nicolas Hulot ?

Tout est possible, même un retour à la raison pour Nicolas Hulot. L’homme qui s’est associé à tant d’entreprises contestées et contestables par le biais de « Ushuaïa » – fondation ou émission – avait pris la décision de s’investir politiquement pour les présidentielles françaises 2007.

Or, la « caution écologique de l’Oréal » fait le plus mauvais choix possible pour son action : faire signer un pacte d’engagement à l’adresse des candidats à la présidence, par lequel ils et elles assuraient considérer la problématique écologique comme étant au centre de leur programme.

Papier sans aucune valeur contraignante, il était d’une naïveté sans bornes que de croire qu’en période électorale les candidats allaient se sentir tenus de respecter leurs promesses. Non pas parce que je partage ces idées populistes du « tous pourris », mais simplement parce que les hommes et femmes politiques sont porteurs de valeurs fortes, propres à chacun; et ce sont ces valeurs qui sont à la base des décisions quotidiennes, non planifiées. Il est illusoire de croire que les deux plus grands partis productivistes de France, soit l’UMP et le PS, vont privilégier l’écologie lorsqu’une boîte industrielle délocalisera, ou au contraire souhaitera s’implanter dans l’Hexagone. La croissance, l’emploi, que l’on oppose frontalement à l’écologie dans le but de simplifier le discours politique complexe, seront immanquablement la priorité de ces partis.

Ainsi, le pacte de l’animateur télé fait plus de mal que de bien : les partis s’achètent une conscience écologique à peu de frais. Ils signent le petit bout de nappe tendu par Nicolas Hulot, et passent à autre chose. L’enfer étant pavé de bonnes intentions, les dégâts causés par le pacte Hulot sont désastreux sur pour l’inclusion de l’écologie dans les débats présidentiels.

M. Hulot commencerait-il a ouvrir les yeux sur l’étendue de l’erreur ? Aujourd’hui même il déclare avoir réalisé que les candidats ne débattaient qu’insuffisamment d’écologie, et que les programmes annoncés étaient très en-deça de leurs engagements. Que « [l’]on s’approche du premier tour et [que l’]on voit bien que l’environnement n’est pas leur priorité ». Mais il tente de rassurer, en affirmant qu’il avait « prévu ce qui allait se passer ». Et de se questionner alors sur le pourquoi de ce pacte, s’il avait prévu qu’il était voué à l’échec ?

Non Nicolas, décidemment tu n’as jamais convaincu les associations écologistes du bien-fondé de tes engagements, et ce n’est pas aujourd’hui que cela va changer.

A propos jcv

Admin du site, égocentrique, élitiste, gauchiste et humaniste. Un peu cacatiste aussi, dit-on de moi.

3 Commentaires

  1. Retour PingChez Kan-d

  2. D’un autre côté, quand on bosse pour la chaîne qui expliquait vendre du temps de cerveau disponible à coca-cola il y a deux ans, il ne faut pas s’attendre à des miracles.

    Que Patrick Le Lay ait dit une pareille chose, et que les employés soient restés muets, faisant comme s’il ne s’était rien passé, ça en dit suffisamment long sur la force de conviction et le respect de soi-même des employés de TF1.

  3. C’est clair, et non seulement il n’a jamais convaincu mais en plus il a réussit à faire du tort à la cause écologiste. Les candidats ont signé sont pacte à la con et on sagement dit c’est bon, le problème de l’environnement est réglé. D’une pierre deux coup, il réussit a dé-légitimé les candidats écologistes et à sortir du débat sur le concret des réformes à faire.
    Hulot a favorisé tout ça à coup de l’oréal… C’est plus que de la naïveté, c’est au minimum de la stupidité.

  4. Retour PingSLUG - Die Schweizer Blog Suchmaschine - Schweizer Blogs suchen, finden, entdecken

  5. Retour PingInfobulles.ch Genève - Blog-notes informatique et Syndication RSS - Bernex, Genève

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.