Mar 08 2008
La montée du populisme en Europe : la gauche s’autocongratule

Pour ouvrir le Festival du film et forum international sur les droits humains (FIFDH), et prolongeant la diffusion du film La machine populiste (Jean-Pierre Krief, 2007), un débat était organisé ce vendredi 7 mars autour de la montée des populismes sur le Vieux continent. Une semaine de films consacrés aux droits de l’homme, le festival est résolument engagé, et contient une affiche des plus prometteuses : Carmen Castillo, Oskana Chelysheva, Aye Chang Naing, pour ne présenter que la devanture. Alléchant, car la qualité est épaulée par la quantité de courts, moyens et longs métrages, de films et de documentaires. On se dit, au moins sur le papier, qu’on va apprendre bien des choses. Mais est-ce le cas ?

fifdh01

Ca commence mal. Le documentaire La machine populiste est un affront fait à l’intelligence des spectateurs. Un pamphlet sans créativité qui, sous prétexte de dénoncer les idées populistes de l’extrême droite, a une forme insupportable et un fond inexistant. Durant 52 minutes, on attend un argument. Une enquête. Une information. Autre chose que des gros plans suggestifs et subjectifs des leaders honnis par une assemblée soucieuse des droits humains, des images baignant dans une musique suffisamment noire pour bien faire comprendre au spectateur que c’est le mal incarné qui est à l’écran. Ralentis, discours coupés à la seconde près, aucun recul, on se croirait pris dans la tourmente d’un quelconque film de propagande de l’ancienne RDA. Le rideau se ferme, le calvaire prend fin, la prise d’otage est terminée : le public est enfin libre de penser ce qu’il veut, la chape de plomb se lève. Le sens critique refait surface.

Pendant presque une heure, il n’y a rien eu à se mettre sous la dent. Des clichés, des images d’archives, des interviews de quelques intellectuels qui définissent le populisme, des questions mille fois abordées posées à trois leaders qui ne font que répéter leur programme. Le néant de l’information, une simple vidéo pour nous rappeler combien il est bon de ne pas le ressembler. Nous voilà réconfortés, nous sommes du bon côté de la barrière.

Arrivés au terme de cette autocongratulation étouffante, le débat aurait pu prendre son envol. Tout commence d’ailleurs pour le mieux : Jérôme Jamin (philosophe et politologue à Anvers) nous rappelle que le populisme se calque aussi bien dans les discours de gauche que de droite. Philippe Vidal (directeur de Charlie Hebdo) se lance dans une explication historique des conceptions radicalement opposées de ce que pouvait être la démocratie (notons que pour être correct, il aurait fallu parler de république, pour l’époque) à Sparte et à Athènes. Puis la discussion vire : Jean Ziegler prend la parole, et nous voilà partis dans l’oligarchie impérialiste capitaliste, source de tous les maux selon le sociologue. On se demande quel est le rapport avec le sujet : mais lorsqu’on connaît le personnage, on sait que le sujet aurait pu porter sur la cuisine thaïe au XIXème siècle, son intervention aurait été identique. Il est d’ailleurs plutôt cocasse de l’entendre proférer les mêmes attaques, presque mot pour mot (seul le niveau du vocabulaire change) que ceux même qu’il entend combattre. Quand on vous dit que les extrêmes se rejoignent…

Après cette dernière intervention, le niveau du débat s’abaisse bien vite au film qui l’a précédé. Les questions dans l’assemblée fusent, l’intervention d’une élue genevoise d’extrême droite provoque l’indignation, les questions critiques et de plus grande complexité (la même complexité que l’on « se félicite d’avoir à gauche », dixit Ziegler) est abandonné. Effarant, alors que le débat avait pour objectif de chercher à dépasser le populisme et sa simplification discursive, on trébuche allégrement pour tomber dans le trou béant creusé à l’instant.

La salle n’est pas dupe, les questions se font incisives, on demande une condamnation de la tendance populiste de la gauche. Entre Ziegler et Vial, qui monopolisent le temps de parole, seul se dernier osera mentionner Ségolène Royal. Un sens critique rassurant, alors que Ziegler défend le « respect pour la démocratie » d’Hugo Chavez, le président vénézuélien. L’auto-critique, c’est pour les autres. Les méchants. Parce que nous, nous sommes les héros; on se croirait dans une scène de Die Hard.

fifdh03

Le déroulement de cette soirée est d’autant plus décevant que le modérateur, Darius Rochebin, a su poser des questions dérangeantes. L’auditoire était on ne peut plus critique. Les sujets abordés, ou plutôt effleurés, avaient un fort potentiel : il est évoqué comment, par exemple, l’avènement de la télévision a permis aux populistes de s’adresser à des millions d’individus, sans avoir à les réunir dans un meeting. On se prend à rêver de pouvoir parler du travail de Bourdieu, qui expliquait combien il était difficile de poser une réflexion construite dans ce type de média. Après tout, un sociologue est présent… malheureusement, il s’agissait de Ziegler. On aurait voulu entendre combien le populisme de gauche partage des idées, et même certaines valeurs, avec le populisme de droite; essai manqué.

Ce genre de débat est rarement satisfaisant. Difficile de contenter plus de 300 personnes présentes, informées sur le sujet et en attente de nouvelles idées. Cela ne justifie toutefois en rien cette frustrante suffisance, incapable de laisser un espace à d’autres idées. Or, rien n’est plus important de savoir pourquoi l’on se bat; questionnez, refusez le rôle du Lemmings, et vous voilà suspect. Suspect de quoi ? De participer à un meeting sur les droits fondamentaux, et de mettre en doute le discours des élites. Mais les droits de l’homme, n’est-ce pas remettre en question le pouvoir des élites ?

Aborder les droits humains est délicat pour plusieurs raisons, mais retenons-en trois. Tout d’abord, il s’agit de ne pas sombrer dans les travers dénoncés, reprochés à la partie adverse. Ensuite, c’est un combat contre les détenteurs du pouvoir; il existe une asymétrie, difficile à combler, et qui alimente l’idée (erronée, au vu des résultats) que les défenseurs des droits de l’homme sont de doux idéalistes. Enfin, le questionnement doit être permanent : qu’est-ce que les droits de l’homme encadrent, comment et par qui doivent-ils être défendus.

La lutte pour conserver nos droits fondamentaux est permanente, personne n’en doute. Et si le terrain de chasse privilégié reste les pays non démocratiques, il ne faudrait pas oublier que de sérieux coups de boutoirs ont été donnés chez nous, en Occident, parmi les démocraties tellement soucieuses de donner des leçons. Ces atteintes ont été portées par des gouvernements aussi par des gouvernement pas forcément populistes; cela ne signifie-t-il pas qu’il est temps de se pencher aussi sur nos propres dérives ? Pour ce faire, il est vital de procéder à l’auto-critique. De réaffirmer quelles sont nos valeurs. En d’autres termes, l’inverse des film et débat qui ont ouverts cette sixième édition du Festival du film et forum international sur les droits humains.



Votez pour ce message :

Loading...
Classé sous : Articles,Cinéma,Droits de l'homme,Politique   Tags :

| RSS 2.0 des commentaires

2 commentaires sur “La montée du populisme en Europe : la gauche s’autocongratule”



  1. Quand Ziegler explique que grâce à la politique de Chavez, il y a une plus grande égalité au Venezuela, il soutient un système totalitaire potentiel. Lorsque que Ramonet glorifie Castro, refusant de voir les milliers de Cubains qui fuient en Floride voisine, idem. Il y a, pour ces cas-là, une curieuse alliance des défenseurs de la liberté de gauche et ces dictatures. Jettes un oeil sur cet abominable article du monde diplo. Il traite de la diabolisation de la politique de Chavez, en présentant les réformes du dernier contenues dans le dernier vote :

    Au final, les amendements envisagés portaient sur soixante-neuf des trois cent cinquante articles de la Constitution et couvraient quatre thèmes principaux : la consolidation de la démocratie participative ; l’intégration sociale ; le soutien aux formes « non néolibérales » de développement économique ; le renforcement des pouvoirs du gouvernement central.

    Tous les points cités seront développés dans l’article, notamment l’avant-dernier. Et au sujet du dernier, voici ce que l’auteur en dit :

    En ce qui concerne le renforcement du pouvoir central, la réforme proposait l’allongement du mandat présidentiel de six à sept ans et revenait sur l’impossibilité d’en effectuer plus de deux. La nouvelle Constitution aurait également rendu plus difficile la tenue de référendums d’initiative citoyenne en augmentant le nombre de signatures requises et donné au président le pouvoir de créer des zones spéciales de développement économique ou encore de procéder à un nouveau découpage de la carte électorale au niveau des municipalités. Elle aurait également autorisé ce dernier à promouvoir lui-même les officiers et à durcir l’état d’urgence en suspendant le droit à l’information.

    Et… c’est tout ! Gregory Wilpert reste purement factuel, pas une critique, pas une remise en question de ce point. Les autres, par contre, sont abondamment traités. Il ne voit même pas la contradiction flagrante entre « la consolidation de la démocratie participative » et « le renforcement des pouvoirs du gouvernement central ». Soit il est idiot, soit il est tellement idéologiquement acquis à la « cause », qu’il est aveugle. Mais analyser les raisons de l’échec de Chavez, et faire silence sur cette personnalisation du pouvoir, c’est au mieux de la propagande.

    Au fond, je crois à la liberté, mais l’homme a tendance à en avoir peur. Lorsque l’opportunité se présente, il abdique. Dans les pays anglo-saxons, avant la Chute du Mur c’était au profit du combat contre l’empire du mal, et depuis le 11 septembre c’est en raison de l’impérieuse lutte contre le terrorisme. Ce qui m’amène à penser que, après tout, les puissances occidentales reproduisent dans une mesure plus large en Afrique et en Amérique latine ce qu’elles on tendance à faire dans leurs propres territoires.

    Le manque de liberté pour des motifs idéologiques venant de la droite est bien connu. Mais je trouvais important de souligner que certains penseurs de gauche (mais Ziegler est-il vraiment un penseur ?) sont des dangers aux discours liberticides. L’égalité, oui, mais si c’est pour faire de nous des robots, autant mourir libres.




  2. cela ne signifie-t-il pas qu’il est temps de se pencher aussi sur nos propres dérives ?

    Entre autre surement que oui. Mais aussi se pencher sur l’hypocrisie de nos systèmes qui favorise, ou au minimum soutienne, des systèmes totalitaire ou proche de l’être.


» Ping «
» SLUG - Die Schweizer Blog Suchmaschine - Schweizer Blogs suchen, finden, entdecken «

links from Technorati05:45La montée du populisme en Europ …Lost Highway



Laisser une réponse