Sep 28 2009
Polanski et pédophilie; la Suisse, garante de la justice ?

Sous ce titre provocateur, deux interrogations : quand est-ce que l’Helvétie verra le bout du tunnel dans son application de la justice ? Après la quasi-fin d’un du secret bancaire, une loi devenue inacceptable dans un monde au bord de la rupture économique, après – plutôt pendant – la confrontation avec la Libye dans une affaire d’arrestation d’un fils du Guide régnant, la voilà embarquée dans une histoire d’extradition qui promet de faire la une de la Pologne et la France. Second questionnement : qu’est-ce que c’est cette levée de boucliers du monde artistique, déplorant l’arrestation du cinéaste ?

N’y a-t-il pas contradiction entre les deux premières affaires – secret bancaire et Kadhafi – et cette dernière – Polanski ? N’y a-t-il pas deux poids, deux mesures ? Le secret bancaire était certes devenu intenable, la Suisse s’étant isolée depuis deux décennies, et ayant progressivement perdu et ses alliés et son statut de « puissance neutre ». Les montagnes amassées sous la légalisation de l’évasion fiscale n’était plus soutenue. N’ayant plus rien à apporter à ses alliés d’autrefois, et alors que le contexte était à la crise économique et à la chasse aux mauvais citoyens, le montagneux pays ne pouvait espérer garder un tel avantage économique. Et la Suisse sommée de suivre l’intérêt général (celui de l’Occident) sur l’intérêt individuel (celui de la Suisse). Dans l’affaire Hannibal Kadhafi (fils de), il s’agissait au contraire de faire primer la morale supérieure de l’Etat face à une justice spéciale d’élites. Dans les deux cas, la Suisse s’est pliée à l’intérêt général; très fortement incitée, dans le premier cas, elle a démontrer son isolement total dans les deux cas.

Passons à l’affaire Polanski, celle qui nous retient ici. Le pays des Helvètes décide bravement, encore une fois, d’appliquer la même justice à tous. Arrestation donc, du réalisateur sur demande des Etats-Unis, qui ont émis un mandat d’arrêt international il y a 30 ans, pour une affaire de pédophilie présumée. Comment est-ce que l’artiste s’en est sortie jusqu’à aujourd’hui ? Grâce à la complicité bienveillant de différents Etats, au sommet duquel la France a offert sa nationalité au cinéaste recherché. Il est vrai que l’Hexagone a une politique d’asile assez incompréhensible pour tous ceux qui ne seraient pas Français : la « doctrine mitterrand », qui s’était muée de doctrine gauchiste en véritable tradition d’Etat (puisque soutenue même par la droite plus tard), consistait à offrir l’asile politique à des terroristes sanguinaires. La vision de ce qu’est la justice « pour tous », en France, m’a toujours laissé pantois. Dernier avatar sur le grill de cette tradition, Roman Polanski : les critiques fusent, jusqu’au Ministre de la Culture (un certain… Mitterrand) qui se dit « stupéfait » par la décision helvétique d’arrêter Polanski. Un homme poursuivit pour pédophilie aux USA. Qui a fuit avant d’être sa condamnation, profitant de sa mise sous caution. Cet homme, n’aurait-il pas fait la carrière formidable qu’on lui connaît (j’ai une préférence affirmée pour sa neuvième porte, aurait-il eu droit à la moindre « stupéfaction » ? Certes non. Tout comme si les terroristes des Brigades rouges, au lieu d’être issus d’une idéologie de gauche, avaient penché à droite, aucune bienveillance partisane ne les aurait protégé. On aurait espéré la même mansuétude et la même prévenance à l’égard des prisonniers de Guantanamo. Mais il est vrai qu’eux, au contraire de Polanski, n’ont pas fait de carrière artistique. Est-ce que seuls les assassins et les pédophiles (présumés) auraient droit à la clémence française ? C’est à n’y rien comprendre.

Ainsi la Suisse, petit Etat sans alliés aujourd’hui, se lance dans une nouvelle défense de l’Etat de droit, avec une justice identique pour tous. Au bénéfice d’un accord d’extradition avec les USA, le pays veut peut-être raccommoder ses relations avec un Oncle Sam particulièrement échauffé; si toute pression de ce dernier a été vigoureusement niée, il est certain qu’une coopération judiciaire fera parler Outre-Atlantique un peu différemment de la Confédération helvétique. Elle trouve donc une double intérêt dans l’arrestation du cinéaste : rappeler à tous les pays que la justice est au coeur de son fonctionnement, et raffermir ses relations avec les Etats-Unis.

C’est ici qu’éclate toute l’hypocrisie de la position française sur le secret bancaire helvétique : alors que l’un des arguments asséné à la Suisse était son manque du respect de solidarité internationale et son particularisme financier, alors qu’elle décide dans le cas Polanski de respecter les engagements judiciaires internationaux, la France s’offusque. Au nom de quoi, on ne comprend pas très bien. L’homme est poursuivi aux Etats-Unis, un Etat de droit, il est normal que la justice étasunienne puisse juger le fuyard. La morale et la justice sont sauves, et le statut d’artiste, soit-il de l’envergure de Polanski, ne protège pas au sein de la Confédération helvétique. Et tant pis si l’hypocrisie française est mise à mal.

Décidément, quelques soient les positions légales prises dans ce pays, l’isolement de la Suisse est de plus en plus dur à porter. La traversée du désert ne fait que commencer, tel est le prix à payer de la politique traditionnelle helvétique d’isolationnisme, portée à son paroxysme par le premier parti du pays.



Votez pour ce message :
(2 vote(s), moyenne : 1,00 )
Loading...
Classé sous : Cinéma   Tags :

| RSS 2.0 des commentaires

5 commentaires sur “Polanski et pédophilie; la Suisse, garante de la justice ?”



  1. merci de votre prise de position, beaucoup de français, dont je suis, ont été indignés par les soutien de l »intelligensia » à Polanski (à mon avis, cette affaire Polanski-Mitterrand a contribué à causer l’effondrement de popularité de Sarkozy)




  2. tout ce que l’hypocrisie de nos politiciens




  3. Ah, un ami artiste qui préfère parler de la forme (les conditions de son arrestation) plutôt que du fond (les raisons de son arrestation, la justification morale de celle-ci). Je laisse les milliers d’artistes qui se sentent investis d’une mission divine discourir sur la forme, qui m’intéresse assez peu. Surtout que de lire à droite et à gauche les parallèles fais entre une jeunesse confronté au nazisme et un éventuel traquenard qui ressemblerait aux méthodes de la guestapo me semble bien trop caricatural pour être digne de discussion. Je ne parlerai donc pas de la forme.

    Sur le fond, et en partie la légalité de son arrestation, je doute que tu aies (tu m’excuseras de la rudesses de mes mots) les connaissances juridiques pour t’embarquer là-dedans. Ce n’est pas que je veuille faire usage d’un quelconque argument d’autorité, mais c’est plutôt que le droit international est un peu plus compliqué que « droit du sol ou pas ». Je t’invite, pour autant que la question de la légalité de l’arrestation t’intéresse vraiment (jusqu’à maintenant, je n’ai pas vraiment discuté de cette affaire avec un seul artiste qui prenne les choses avec suffisamment de recul et de bonne foi pour discuter du fond) à lire l’aspect légal de l’affaire :

    http://www.maitre-eolas.fr/post/2009/09/29/Quelques-mots-sur-l-affaire-Polanski

    Cela dit, je suis tout ouvert à discuter du fond, et en particulier de la moralité déplacée qui consiste à défendre dans les milieux artistiques un homme poursuivi depuis 30 ans pour pédophilie.

    PS : ton lien est mort.




  4. Et puis pour la nationalité française du Popolanski, ben c’est pas très compliqué, il est né à Paris en 33, et le droit du sol s’applique.
    Donc rien de sombre ou complotiste là-dessous.




  5. Hello,
    Merci pour cette prise de position. Je crains que les Français n’aient pas le monopole de l’hypocrisie… Quand Widmer-Schlumpf ose prétendre qu’on a pas arrêté Polanski avant (alors qu’il vient chaque année en suisse en vacances dans son chalet, qu’il a légalement acheté…), je m’esclaffe… Quand elle dit que la Suisse n’avait pas le choix, je pouffe… elle a eu le choix de ne rien faire pendant 30 ans, et soudain, elle a perdu ce choix…
    Et après on ose dire « qu’il n’y a eu aucune pression des Etats-Unis…)
    Pour rire un bon coup: http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=500010&bcid=704077&vid=11276063&channel=info#=undefined;vid=11276063


Laisser une réponse