Matrix Reloaded

On peut souvent entendre que pour connaître la qualité d’un homme, il faut voir ce qu’il a dans le pantalon. Ca choque, et pourtant on a l’habitude de faire la même chose avec les films, et de regarder ce qu’ils ont dans les effets spéciaux. De ce côté-là, Matrix Reloaded se rapproche des tous grands, car le seul poste « SFX » dans la rubrique comptable est griffonné d’un $100’000’000. Ahem, il y a parfois des choses indécentes en ce bas monde. La suite de l’équivalent des chocs pétroliers des années 70 dans le cinéma était, il faut l’avouer, déjà condamnée avant…

Continuer la lecture

Jeux d’enfants

(message original du 05-10-2003 @ 19:52:43) Peut-on mourir d’amour ? L’amour est-il si puissant que seule la mort peut réunir les âmes aimées ? Question banale a priori, maintes et maintes fois traité, avec à chaque fois une réponse différente Yann Samuell répond pour sa part un oui vibrant. Et non pas à travers une histoire d’un amour qui voudrait des déclarations enflammées ou une tendresse débridée, mais plutôt personnifié par des défis que vont se lancer deux enfants, Julien et Sophie. Tout commence lorsque Julien découvre que sa mère est malade, gangrenée par un cancer. Immédiatement, à la manière…

Continuer la lecture

Fight Club

(message original du 03-12-1999 @ 01:00:00) Rien que de repenser à ce film, un sentiment de malaise renait en moi. David Fincher, avec son acteur fétiche Brad Pitt et avec Edward Norton sous sa houlette fait vraiment ici des merveilles. Rarement un film m’aura autant bouleversé et « pris aux tripes ». Un film de tous les superlatifs, qui incontestablement a des qualités artistiques, tant au niveau de la réalisation, du scénario (adaptation du roman), de l’éclairage, de la photo, des SFX (bluffants), des qualités techniques qui laissent pantois d’admiration. Il est difficile de refermer la bouche et d’essuyer le filet de…,…

Continuer la lecture

Les invasions barbares

(message original du 16-11-2003 @ 01:48:59) En francophonie, l’accent le plus méprisé est sans conteste le québécois. C’est presque devenu un sport national que de vanner les expressions et autres accent de la Belle-Province. Pour dépasser ces a-priori somme toute assez primaires, le cinéma est un outil absolument formidable; la force que dégage de ce média, lorsqu’il est bien maîtrisé, est un défi à toute la méfiance que se construit notre espèce vis-à-vis de ce qu’elle ne connaît pas, ne comprend pas. Les invasions barbares parlent de ce qui est commun à l’être humain : la superficialité, la spiritualité, l’amitié,…

Continuer la lecture

Cube

(message original du 17-10-2003 @ 04:04:35) Un homme apparaît dans une salle, apeuré, et nous fait comprendre que l’endroit dans lequel il se trouve n’est pas aussi reposant qu’une semaine balnéaire. D’ailleurs, ça ne manque pas, il va se faire hacher menu dans la seconde qui suit, une centaine de fils à couper le beurre le réduisant en apéricubes pas exactement appétissants. J’ai jamais aimé les rouges, d’ailleurs, et maintenant je sais pourquoi. Les dés sont jetés, le décor se met en place. Dans un nouveau cube, des personnages vont commencer à se rassembler, certains se demandant si l’alcool n’a…

Continuer la lecture

American Beauty

(message original du 15-02-2000 @ 01:00:00) Beaucoup d’avis et de critiques ont déjà été fait sur ce long métrage. Mais tous passent, à mon avis, à côté de la vraie force du film. Un long-métrage qui me semblait trop américanisé, car porté aux nues par les critiques outre-Atlantique, qui raffolent en général plutôt des blockbusters dénués de sens. Mais dans les faits, rien à voir. Le centre névralgique du film, sa pièce maîtresse, n’est en rien une critique de la société. Encore moins américaine. Ce n’est pas parce que les protagonistes principaux sont une petite famille bien installée aux Etats-Unis,…

Continuer la lecture