Contre-attaque polonaise

J’en avais entendu parler un peu partout, mais je voulais vérifier par moi-même. Alors je me suis rendu sur le site de l’office du tourisme polonais à Paris, pour découvrir que c’était vrai : Face aux accès de xénophobie française, au débordements tsunamiesques de plombierophobie, c’est agréable de voir que certains arrivent à garder le sourire 🙂

Continuer la lecture

Crème de néo-nazi

Je me demande encore comment, mais en recherchant un truc sur la coopération européenne je suis tombé sur un de mes nombreux combats contre l’ami facho, que j’avais décidé à l’époque de sauvegarder. Ceux qui me connaissent reconnaîtront dans cet échange tout mon goût égocentrique pour l’étalage de savoir. Mais comme j’ai trouvé mes arguments plutôt très bons, et ma réthorique pas mal du tout, je me suis décidé à le mettre ici, histoire de l’avoir sous la main (éventuellement) et faire marer une ou deux personnes 🙂 L’échange sur un forum défunt Images liées:

Continuer la lecture

De l’idéologie

Comment fonctionne le monde ? C’est peut-être la question la plus récurante à laquelle doit faire face l’être humain, à côté des plus philosophiques « qui suis-je, d’où viens-je, où vais-je ». Mais comme ces dernières questions, et à l’inverse de ce que prônent les philosophies orientales et occidentales, on ne cherche pas vraiment à leur trouver une solution. Non, car ici, ce n’est pas le chemin qui compte, c’est le but. L’idéologie peut être interprétée dans ce contexte comme un point lumineux, un phare dans la mer déchaînée de nos interrogations; elle nous éclaire, ou plutôt elle nous aveugle, parfois si…

Continuer la lecture

Théorie d’Olson

La théorie d’Olson de l’action collective est l’une des première théorie politique à m’avoir profondément énervé. Selon celle-ci, à moi qu’il n’y ait une conjonction d’intérêts individuels, il est impossible de créer une association, un groupement d’individus pour défendre en idéal. Il n’y a pas d’émergence spontanée de la société civile, selon Mancur Olson; la pure rationalité économique, l’évalution des coûts-bénéfices est intrinsèque à l’individu; seuls les intérêts égoïstes font bouger l’individu. Et cette théorie ne se limite pas au champs économique, mais absolument à toutes les sphères de la société : Mère Thérèsa ne serait, par exemple, que poussée…

Continuer la lecture

Peine de mort

De toutes les sanctions légales existant depuis l’invention du droit, la peine de mort est certainement celle qui me fait le plus marrer. J’ai dû en comprendre inconsciamment la stupidité et la traîtrise (puisqu’il s’agit uniquement de vengeance) en voyant cette BD de mordillo (ou était-ce plutôt Franquin et ses « idées noires » ?) où un pauv’ type était conduit à l’échafaud : la loi, énoncée en lettres de feu, disait que « chaque personne qui tue une personne doit elle-même être exécutée ». On voyait ainsi des dizaines de bourreaux, à la queue-leu-leu, attendant que son prédécesseur ait passé à la guillotine…

Continuer la lecture

Chronique d’une mort annoncée

– Je comprends pas, professeur, pourquoi n’ont-ils rien fait ? – Vous ne comprennez pas, ou vous ne voulez pas comprendre ? Personne n’était prêt à renoncer à son mode de vie, et l’on était dans une période où le paradigme néo-libéral était à son apogée. Persuadés que l’économie était le ferment des peuples, que comme le disait Montesquieu « le commerce adoucit les moeurs », on ne voulait pas changer de direction. – Pourtant, dès les 25 dernières années du 20ème siècle, des intellectuels et hommes politiques ont pris position, non ? Ce fameux « Club de Rome », « Le protocole de Kyoto »,…

Continuer la lecture

nous sommes tous des imbéciles

Je vois en ce moment vomitif par excellence, peut-être trois périodes différentes dans les relations d’après-guerre avec les USA. La première concernerait les « USA grandpa », qui dans une lancée idéaliste wilsonnienne, totalement à eux-même, nous offrent un parapluie nucléaire, se lancent dans l’aide (parfois cyniques, parfois typiquement réaliste) de tous les pays succeptibles d’adhérer au monde libre, en apportant démocratie et économie de marché. C’est la période Kennedy « Ich bin ein Berliner », moraliste et idéaliste comme seuls les Etats-uniens peuvent y croire, qui court jusqu’aux attentats du 11 septembre. Car si la chute du Mur est un moment unique dans…

Continuer la lecture