Peine de mort

De toutes les sanctions légales existant depuis l’invention du droit, la peine de mort est certainement celle qui me fait le plus marrer. J’ai dû en comprendre inconsciamment la stupidité et la traîtrise (puisqu’il s’agit uniquement de vengeance) en voyant cette BD de mordillo (ou était-ce plutôt Franquin et ses « idées noires » ?) où un pauv’ type était conduit à l’échafaud : la loi, énoncée en lettres de feu, disait que « chaque personne qui tue une personne doit elle-même être exécutée ». On voyait ainsi des dizaines de bourreaux, à la queue-leu-leu, attendant que son prédécesseur ait passé à la guillotine…

Continuer la lecture

Chronique d’une mort annoncée

– Je comprends pas, professeur, pourquoi n’ont-ils rien fait ? – Vous ne comprennez pas, ou vous ne voulez pas comprendre ? Personne n’était prêt à renoncer à son mode de vie, et l’on était dans une période où le paradigme néo-libéral était à son apogée. Persuadés que l’économie était le ferment des peuples, que comme le disait Montesquieu « le commerce adoucit les moeurs », on ne voulait pas changer de direction. – Pourtant, dès les 25 dernières années du 20ème siècle, des intellectuels et hommes politiques ont pris position, non ? Ce fameux « Club de Rome », « Le protocole de Kyoto »,…

Continuer la lecture

nous sommes tous des imbéciles

Je vois en ce moment vomitif par excellence, peut-être trois périodes différentes dans les relations d’après-guerre avec les USA. La première concernerait les « USA grandpa », qui dans une lancée idéaliste wilsonnienne, totalement à eux-même, nous offrent un parapluie nucléaire, se lancent dans l’aide (parfois cyniques, parfois typiquement réaliste) de tous les pays succeptibles d’adhérer au monde libre, en apportant démocratie et économie de marché. C’est la période Kennedy « Ich bin ein Berliner », moraliste et idéaliste comme seuls les Etats-uniens peuvent y croire, qui court jusqu’aux attentats du 11 septembre. Car si la chute du Mur est un moment unique dans…

Continuer la lecture