L’anti-américanisme vu par un Etasunien

Ca fait déjà un petit moment que je me demande comment les Etasuniens peuvent percevoir les vagues d’hostilité européennes et mondiales à leur encontre. Etant plus sensible que de coutume au sujet, j’ai bloqué sur un édito de l’International Herald Tribune (IHT) : « Anti-Americanism is one ‘ism’ that thrives », by Roger Cohen. Mon édition date du samedi-dimanche 26-27 novembre. Roger Cohen se penche sur les raisons de l’anti-américanisme ambiant. Je reproduis ici certains extraits, puisque l’IHT rend payant ses articles, même si ce n’est que de simples éditos. Most political « isms » are dead or moribund or past their prime: « totalitarianism, »…

Continuer la lecture

revue de presse blog des émeutes françaises

Quand on veut très fort quelque chose, il suffit d’imaginer très fort qu’on va l’avoir. Cette réplique de série B américaine est en train de s’étendre à la blogsphère (au moins) anglosaxonne. Citant Huntington et son clash des civilisations 1, certains blogs se sont mis dans la tête que les émeutes françaises étaient dues à l’importation de musulmans en France. Un niveau au-dessus encore, on estime que ces émeutes sont en substance le résultat de la défection française en Irak. Cette instrumentalisation, assez classique après tout, ne doit même pas provoquer le débat. Les « hypothèses » émises, les « arguments » utilisés ne…

Continuer la lecture

What is a neo-conservative anyway ? – by Jim Lobe

Qu’est-ce qu’un néo-conservateur ? Que gouverne-t-il, qu’est-ce qui l’anime ? [thumb:166:l]Jim Lobe écrit pour les affaires internationales de Inter Press Service, Oneworld.net, Foreign Policy in Focus et AlterNet.org. C’est un intellectuel engagé, on le retrouve sur de nombreux sites « anti-guerre ». Je suis d’un naturel méfiant envers ce type de sites (que l’on a vu aussi se battre contre l’OTAN durant les guerres balakaniques, et étrangement critiquer les non-interventions au Rwanda), mais M. Lobe a des positions intellectuelles très intéressantes. Il a l’avantage de tenter de rationaliser, avec beaucoup de recul, le pourquoi de certaines décisions de l’administration Bush. L’un de…

Continuer la lecture

Bush : plus fort que Katrina, rien ne l’arrêtera

La république des petits copains selon George W. Bush. C’est une expression ne représentant qu’une infime partie de ce qui se passe en ce moment dans l’Etat le plus puissant au monde. Celui qui lutte pour la démocratie, la liberté, l’honnêteté, et toutes ces bullshits. Après avoir placé Wolfowitz et Rumsfeld (respectivement ancien et nouveau secrétaire-ministre de la défense), Brown (démissionnaire, Agence de sécurité intérieure, la FEMA), Bolton à l’ONU, avoir octroyé de juteux contrats à tout ce que compte les USA de plus pourri (Dick Cheney et Halliburton, pour prendre la partie émergée de l’iceberg), on pensait le voir…

Continuer la lecture

Idéalisme et illumination au pays du matérialisme

Ca fait quelques temps déjà que j’ai un post à finir sous le coude, donc je me lance : les USA, leur trajectoire historique, le matérialisme opposé à l’idéalisme. Une comparaison avec la France, qui pendant plus d’un siècle a détenu le monopole de l’idéalisme légitime. Rien que ça, et ça va aller très vite. La grande partie des USA, lors du premier semestre 2003, c’était ça (cliquez sur l’image pour en voir une version agrandie) : Bien sûr, maintenant ça prête à sourire. En ce jour, le nombre de soldats US tués en Irak a dépassé le nombre de…

Continuer la lecture

Peine de mort

De toutes les sanctions légales existant depuis l’invention du droit, la peine de mort est certainement celle qui me fait le plus marrer. J’ai dû en comprendre inconsciamment la stupidité et la traîtrise (puisqu’il s’agit uniquement de vengeance) en voyant cette BD de mordillo (ou était-ce plutôt Franquin et ses « idées noires » ?) où un pauv’ type était conduit à l’échafaud : la loi, énoncée en lettres de feu, disait que « chaque personne qui tue une personne doit elle-même être exécutée ». On voyait ainsi des dizaines de bourreaux, à la queue-leu-leu, attendant que son prédécesseur ait passé à la guillotine…

Continuer la lecture

nous sommes tous des imbéciles

Je vois en ce moment vomitif par excellence, peut-être trois périodes différentes dans les relations d’après-guerre avec les USA. La première concernerait les « USA grandpa », qui dans une lancée idéaliste wilsonnienne, totalement à eux-même, nous offrent un parapluie nucléaire, se lancent dans l’aide (parfois cyniques, parfois typiquement réaliste) de tous les pays succeptibles d’adhérer au monde libre, en apportant démocratie et économie de marché. C’est la période Kennedy « Ich bin ein Berliner », moraliste et idéaliste comme seuls les Etats-uniens peuvent y croire, qui court jusqu’aux attentats du 11 septembre. Car si la chute du Mur est un moment unique dans…

Continuer la lecture