Etre climatosceptique est dangereux et irresponsable

« Sapience n’entre point en âme malivole, et science sans conscience n’est que ruine de l’âme », écrivait Rabelais dans Pantagruel. Phrase avant-gardiste, teintée d’humanisme, mais qui a le mérite, comme il en est pour toute phrase symboliquement forte, de pouvoir être utilisée par tous. A la replacer dans son contexte, où Rabelais prévoyait plusieurs prières quotidienne dans l’éducation de son Gargantua, elle devient soudainement beaucoup moins sympathique. J’en garderai toutefois son interprétation contemporaine, issue des dérives humanistes que la science nous a parfois apporté, pour rappeler ceci : un scientifique ne s’extrait pas, par miracle, du débat politique. Lorsqu’il affirme détenir…

Continuer la lecture

Redistribution des cartes en politique : les Verts s’imposent en Suisse romande

Lorsque l’analyste ou le journaliste commente un événement relatif au parti des Verts, il est de bon ton de débuter par un jeu de mots. Je sacrifierai toutefois à cette tradition, qui a tendance à infantiliser un parti qui n’a plus rien d’un débutant. En effet, les Verts se sont non seulement professionnalisés, pouvant prétendre aux élections législatives un peu partout en Europe, mais ils sont entrés par la grande porte dans des gouvernements européens (jusqu’à occuper le ministère des affaires étrangères en Allemagne, avec Joska Fischer), conquérant ainsi l’exécutif. Depuis les années 60 et la réflexions des scientifiques du…

Continuer la lecture