L’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford

Alors que la dernière Frontière américaine s’est effondrée, les Etats-Unis, se cherchant de nouveaux mythes, se tournent vers l’un des grands criminels de la fin du XIXe siècle, l’inventeur du pillage de banque, Jesse James, et en font leurs héros. Comment un bandit et assassin accède-t-il à un tel statut ? Vu à travers les yeux de celui-là même qui mettra fin à ses jours (mais non à son mythe), une tentative d’explication d’Andrew Dominik dans l’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford, qui signe là une oeuvre magistrale, contemplative et sensuelle. Un régal, que le jeu des…

Continuer la lecture

Identity

Si tout le monde connaît l’histoire des Dix petits nègres d’Agatha Christie, James Mangold (réalisateur du superbe Copland) s’est mis dans la tête de nous resservir une version contemporaine de l’angoissant livre. C’est donc à travers l’histoire d’un déséquilibré mental, atteint d’une « dissociation de la personnalité » (une schizophrénie aggravée, pour les béotiens comme moi), qui voit ses différentes personnalités s’affronter lors d’un huis-clos, va nous plonger au coeur d’une réflexion sur la maladie psychique. On va ainsi assister à une tuerie où, l’une après l’autre, les personnalité vont s’effondrer, abattue par un esprit, ou simplement tuée par son alter-ego (c’est…

Continuer la lecture

Spider-Man

(message original du 18-10-2003 @ 04:20:53) Sam Raimi était un réalisateur qui promettait. L’auteur d’ « Un plan simple » m’avait ravit, l’histoire de corruption et trahison dans cette froide petite ville américaine augurait le meilleur. Le froid communiqué m’est resté dans ce nouveau film, mais un froid indolore, indifférent, une couverture givrée qui endort et non qui pousse à se remuer. Un film impersonnel donc, avec une répétition de clichés comme si Raimi n’était plus capable d’originalité. Spider-man nous conte l’histoire archi-connue de Peter Parker, un lycéen qui va se transformer en araignée humaine, dans la plus pure tradition des super…

Continuer la lecture

American Beauty

(message original du 15-02-2000 @ 01:00:00) Beaucoup d’avis et de critiques ont déjà été fait sur ce long métrage. Mais tous passent, à mon avis, à côté de la vraie force du film. Un long-métrage qui me semblait trop américanisé, car porté aux nues par les critiques outre-Atlantique, qui raffolent en général plutôt des blockbusters dénués de sens. Mais dans les faits, rien à voir. Le centre névralgique du film, sa pièce maîtresse, n’est en rien une critique de la société. Encore moins américaine. Ce n’est pas parce que les protagonistes principaux sont une petite famille bien installée aux Etats-Unis,…

Continuer la lecture