Arrière-garde: la constitution se dote du nucléaire à Genève (Crey-Malville 1: Genève 0)

On pensait le débat d’arrière-garde; il n’en est rien, les partis de droite ont décidé la semaine dernière de réintroduire le nucléaire dans le petit canton de Genève par la grande porte, par la constitution. Et comme on va le voir, l’hypocrisie fait office de seul argument. Rappel des faits partial mais non partiel : depuis 2009, le canton de Genève réécrit sa constitution. Vieille de 1847, considérée comme dépassée, il a été décidé de la dépoussiérer. Avec pour résultat, selon le parti des Verts, une régression sociale et, aujourd’hui, environnementale. En voici le communiqué de presse, suite au vote…

Continuer la lecture

Joaquín José Martínez, un témoignage essentiel sur la réalité des couloirs de la mort aux USA

La peine de mort, tout le monde a son avis sur le sujet, variant entre l’inacceptable, « l’inacceptable mais » ou le carrément justifié. Le sujet est si sensible, si profond que tout un chacun se sente légitimé à se prononcer. Et souvent de manière tranchée. Joaquín José Martínez était à Genève à l’occasion de la journée des villes pour la vie et contre la peine de mort, en ce vendredi 30 novembre 2007. Survivant des couloirs de la mort, son témoignage est essentiel pour dépasser les lieux communs sur la peine capitale. Il a séjourné dans cet enfer, enfermé entre quatre…

Continuer la lecture

30 novembre à Genève : Villes unies contre la peine de mort, une action commune mondiale

Villes Unies contre la Peine de Mort : Genève bouillonne d’opposition ! La peine de mort survit toujours, mais l’opposition poursuit son oeuvre de dénonciation. La tradition veut qu’à l’occasion de la journée mondiale des villes unies contre la peine de mort, soit le 30 novembre1, la cathédrale Saint-Pierre de Genève s’orne, une fois la nuit tombé, d’un éclairage vert. Cette action fait écho à d’autres illuminations de part le monde (tel le Colisée de Rome), qui voient un bâtiment d’importance, dans chaque ville, être éclairés de la même manière. Des centaines de villes sur les cinq continents (dont une…

Continuer la lecture

UDC, et xénophobie suisse : et si la meilleure arme était l’humour ? Compte rendu manif à Genève

Sans dessus dessous. Voilà le constat du 8 octobre émit par le New York Times, qui explique que la Suisse, qui se targue de son consensus et son climat politique apaisé, ne correspond plus à l’image qu’elle a toujours cultivé. Un collectif de citoyens genevois a décidé le samedi 6 octobre dernier de brandir bien haut la bannière de l’humour, pour rappeler son attachement à des valeurs très différentes de celles prônées par le premier parti politique de Suisse, l’Union démocratique du centre (UDC). Un parti politique très bien représenté au niveau législatif, exécutif, et qui pourtant dénonce un « complot »…

Continuer la lecture

Les services publics sont-ils encore nécessaires ?

A l’heure où la Suisse entière s’interroge sur le sort à réserver à Swisscom (opérateur national historique et public du pays), et décider si il faut privatiser ou non l’entreprise, mon interrogation personnelle porte elle sur un point en amont : à force de déblatérer autour du « besoin » d’un service public dans le domaine, s’est-on penché de savoir ce qu’est un service public ? Lorsque j’entends certains discours socialo-marxistes autour du besoin impérieux de garder Swisscom dans le giron étatique, non pas parce qu’elle fait partie des quelques entreprises rentables détenues par l’Etat, mais parce qu’elle serait aujourd’hui soucieuse de…

Continuer la lecture

Elections de l’exécutif genevois : Khalil Gibran ou Paul Aymon ?

Je n’en avais pas du tout entendu parler, c’est pourquoi la surprise m’a cueillit avec une douceur inouïe. Un prophète est candidat à l’exécutif genevois ! Voilà à quoi ressemble sa candidature : sobre, mais chrétienne. Loufoque, mais engagée. Incompris, mais christique. Une croix, un « nom de parti » choc, un métier pas assez reconnu de nos jours, Paul Aymon n’y va pas par quatre chemins. Une interview bien faite pour connaître le bonhomme, et vous voilà au courant des dessous de l’affaire : le type est un doux dingue. Assez sympathique au premier abord… Oui, mais je n’ai pas pu…

Continuer la lecture