Pourquoi l’écologiste qui s’engage se doit d’être Vert-e

Aux côtés du lieu commun qu’est la sempiternelle phrase « c’est l’atome ou la bougie« , le militant vert se voit opposer un autre grand classique : pourquoi « l’écologie » devrait-elle s’intégrer dans la politique ? Pourquoi un parti Vert, plutôt que des partis tentés de vert ? L’écologie n’aurait ainsi pas sa place dans un monde gouverné par l’axe gauche-droite, l’écologie ne devrait pas se plier aux règles idéologiques de la sphère politique. Pour autant que l’idée d’une dépolitisation de l’écologie paraisse séduisante – tous les partis pourraient ainsi intégrer la perspective écologique dans leur programme – on se rend pourtant rapidement…

Continuer la lecture

Arrière-garde: la constitution se dote du nucléaire à Genève (Crey-Malville 1: Genève 0)

On pensait le débat d’arrière-garde; il n’en est rien, les partis de droite ont décidé la semaine dernière de réintroduire le nucléaire dans le petit canton de Genève par la grande porte, par la constitution. Et comme on va le voir, l’hypocrisie fait office de seul argument. Rappel des faits partial mais non partiel : depuis 2009, le canton de Genève réécrit sa constitution. Vieille de 1847, considérée comme dépassée, il a été décidé de la dépoussiérer. Avec pour résultat, selon le parti des Verts, une régression sociale et, aujourd’hui, environnementale. En voici le communiqué de presse, suite au vote…

Continuer la lecture

Etre climatosceptique est dangereux et irresponsable

« Sapience n’entre point en âme malivole, et science sans conscience n’est que ruine de l’âme », écrivait Rabelais dans Pantagruel. Phrase avant-gardiste, teintée d’humanisme, mais qui a le mérite, comme il en est pour toute phrase symboliquement forte, de pouvoir être utilisée par tous. A la replacer dans son contexte, où Rabelais prévoyait plusieurs prières quotidienne dans l’éducation de son Gargantua, elle devient soudainement beaucoup moins sympathique. J’en garderai toutefois son interprétation contemporaine, issue des dérives humanistes que la science nous a parfois apporté, pour rappeler ceci : un scientifique ne s’extrait pas, par miracle, du débat politique. Lorsqu’il affirme détenir…

Continuer la lecture

Redistribution des cartes en politique : les Verts s’imposent en Suisse romande

Lorsque l’analyste ou le journaliste commente un événement relatif au parti des Verts, il est de bon ton de débuter par un jeu de mots. Je sacrifierai toutefois à cette tradition, qui a tendance à infantiliser un parti qui n’a plus rien d’un débutant. En effet, les Verts se sont non seulement professionnalisés, pouvant prétendre aux élections législatives un peu partout en Europe, mais ils sont entrés par la grande porte dans des gouvernements européens (jusqu’à occuper le ministère des affaires étrangères en Allemagne, avec Joska Fischer), conquérant ainsi l’exécutif. Depuis les années 60 et la réflexions des scientifiques du…

Continuer la lecture