La liberté d’expression est absolue pour tout. Sauf pour… la Shoa.

Dans la foulée du provoquant président iranien Ahmadinejad, c’est la question qu’on peut aujourd’hui se poser. C’est à l’unisson que les ministres européens des affaires étrangères condamnent le court-métrage, mais rappellent que « La liberté d’expression et la liberté de religion représentent des valeurs fondamentales au sujet desquelles il ne peut pas y avoir de compromis ». Pour se faire une idée du sujet, il vaut mieux voir par soi-même l’objet du conflit : téléchargez Fitna, le court-métrage de Wilders. Difficile de trouver un soupçon d’intérêt, une fois la curiosité épanchée, dans ce mauvais film. Attaques gratuites, manipulations, mauvaise foi, la réalisation…

Continuer la lecture

Wolfowitz, la Banque mondiale et les néo-conservateurs : le ménage à trois est impossible

Si il est bien quelque chose de noble au sein du néo-conservatisme étasunien, c’est le sens de l’amitié. Peu reluisant, plus repoussant, sont le mensonge, la vénalité et le manque total de scrupules des membres de ce courant politique appartenant à l’aile droite du parti républicain. Comment oublier que les attaques d’une rare violence émises par les néo-conservateurs à l’encontre des systèmes onusiens, taxés d’inutiles, gaspilleurs, lents, et surtout corrompus ? Si la ferveur anti-multilatéraliste atteint son apogée avec les refus conjoints sino-franco-russe d’entrer en guerre contre l’Irak aux côtés des USA, l’affaire pétrole contre nourriture qui éclaboussa Kofi Annan…

Continuer la lecture

Il y a un an, le TECE mourrait déjà

Il y a pile un an aujourd’hui, le peuple français scellait la destinée du Traité Etablissant une Constitution pour l’Europe (TECE), en le refusant à presque 55 %. On s’accordait à l’époque sur le facteur décisif qui fit basculer le vote : le ralliement des votes de gauche derrière l’étendard « anti-libéral », avec pour chef de file le très médiatisé Laurent Fabius (Parti socialiste). La plupart des journaux ayant une rubrique internationale s’interrogent aujourd’hui sur le futur de l’organisme supra-européen : comment continuer la construction politique ? Le bilan très mitigé de l’année écoulée permet toutes les spéculations, du moment qu’elles…

Continuer la lecture

Les espoirs officiels du Conseil des droits de l’homme

Le juge international, lorsqu’il se penche sur un texte légal, peut s’inspirer du préambule d’un texte, mais aussi des déclarations officielles entourant le document. Elles permettent d’interpréter un texte en cas de doute, elles permettent de saisir l’état d’esprit lors de son adoption. Je me suis intéressé à l’état d’esprit des ambassadeurs nationaux qui avant-hier, le 16 mars 2006 à New York, ont fait part de leur compréhension parfois très personnelle de la résolution instituant le Conseil. Car si tous les membres ayant voté le texte s’accordent à lui reconnaître une moindre politisation, des réunions plus nombreuses et la fin…

Continuer la lecture

Le Conseil des droits de l’homme est né

Un nouvel organe principal a vu le jour dans le système onusien : le Conseil des droits de l’homme, organe subsidiaire qui dépendra de l’Assemblée générale. Il est destiné à remplacer la Commission des droits de l’homme, qui dépendait jusque-là de l’ECOSOC. Il gagne en indépendance, avec son nouveau processus d’admission, et sera composé de 47 membres (53 pour la Commission). Il devrait enfin gagner en image, car la Commission a fait l’objet de polémiques à répétition, comme lors de l’accession de la Libye à la présidence en 2003. Améliorer l’efficacité, élargir l’indépendance et les pouvoirs, ainsi que redorer un…

Continuer la lecture