Se découvrir raciste après avoir été au service des droits humains

Après 18 mois passés dans 5 pays très différents d’Afrique subsaharienne (Kenya, Ethiopie, Cameroun, Côte d’Ivoire, Togo), il ne m’est plus possible de me voiler la face: je suis raciste. Ce constat horifiant est à la mesure de ma surprise. Soyons honnêtes, après 10 ans à oeuvrer à l’amélioriation des droits humains universels depuis sa capitale, Genève, avec des missions et collaborations régulières avec la société civile, les institutions et les gouvernements du monde entier, ce type de révélation détonne et étonne. J’ai longtemps combattu le racisme, mais j’ai réalisé que moi-même j’étais atteint de cette pathologie. Voici mon bref…

Continuer la lecture