FARC/Uribe/Sarkozy: A quoi jouent-t-ils?

imagen-3580623-1.jpgDepuis une dizaine de jours les nouvelles s’enchaînent, Uribe prépare la libération des guérilléros qui aurait accepté le plan gouvernemental de démobilisation. Les FARC s’entêtent à  dire que les promesses d’Uribe sont un rideau de fumée pour cacher le scandale de la parapolitique, qui a prit des proportions inquiétantes pour la stabilité du gouvernement.

Sarkozy a mis du sien dans l’histoire, il est soi disant en contact régulier avec son homologue colombien, voulant garantir la non-intervention armée des militaires colombien pour sauver les otages. Il cherche aussi à  faciliter les discutions avec la guérilla.

En France les journaux titre à  l’optimiste, une grande avancée vers la libération des otages voire même une grande avancée vers la paix. Cependant au jour d’aujourd’hui il n’existe toujours aucune garantie de la bonne volonté de FARC de suivre ce mouvement de « paix ».

Essayer de comprendre les petits jeux de chacun n’est pas une tâche facile dans l’ambiance régnante. Que cherche Sarkozy? Pourquoi les FARC accepteraient-elles de libérer les otages sans rien y gagner? Pourquoi Uribe a-t-il changé sa stratégie de manière si abrupte?

Pour Sarkozy l’explication des élections à  venir et l’envie de faire la une des journaux comme étant le grand sauveur d’Ingrid Betancourt, et par la même occasion faire mieux que son prédécesseur n’est pas à  négliger. Cependant cette vision s’arrête au court terme, et il ne faut pas oublier que les relations franco-colombiennes sont réduites depuis plusieurs années à  cause de cette histoire. La libération d’Ingrid permettrait le renouement de ces relations. La Colombie est actuellement très attractive pour investir, ce serait dommage pour la France de perdre des opportunité. Sarkozy est sans doute prêt à  plus qu’on ne peut l’imaginer pour terminer avec cette histoire. Imaginer une rançon n’est pas complètement absurde, la France n’en serait pas à  son coup d’essai pour libérer ses citoyens séquestrés.

Uribe est évident intéressé par l’affaire, surtout en cette période où sa crédibilité internationale est remise en question, principalement aux Etats-Unis. Dans ce sens Uribe est en train de réaliser un coup risqué mais majestueux. Son revirement politique est palpable seulement au niveau interne, c’est-à -dire que s’il « perd » il perdra seulement de la crédibilité dans ces rangs. La majorité des Uribistes n’étant favorable à  aucune discussion avec les FARC. Perdre signifie que les FARC refusent de relâcher ne serait-ce qu’une partie des otages, alors qu’il aurait libérer plusieurs centaines de prisonnier. Ce « perdre » ne l’est pas forcément au niveau international, car il démontre au monde une certaine ouverture, un effort vers la paix et une volonté d’avancer, ce qui en surtout Europe est très important. Donc ce « perdre » est en réalité un « gagner moins ».

Quant aux FARC elles se retrouvent coincées, difficile de sortir de ce piège tendu par Uribe. S’ils acceptent de libérer des otages, leur possibilité d’être des « stars » d’un jour avec une zone démilitarisé est fichue. Pire encore s’ils refusent, car ils perdraient de la crédibilité en France et probablement en Europe, se reléguant au vulgaire statut d’organisation terroriste avec qui il est impossible discuter. Une brève application de la théorie de jeu nous dirait que les FARC vont relâcher une partie des otages, pour « perdre moins ». Fait qu’ils devraient nier jusqu’au dernier moment pour tenter de décrédibiliser Uribe, espérant qu’il fasse marche arrière.

Uribe sortirai alors grand vainqueur, ouvrant la porte à  une négociation plus ample et Sarkozy serait le sauveur de Jeanne d’arc. La seule véritable perdante est la justice colombienne, Uribe lui passant par dessus sans grande préoccupation. Le pouvoir du politique, qui dans certain cas bien particulier, s’avère nécessaire pour l’avancée d’un pays.

23 réflexions au sujet de « FARC/Uribe/Sarkozy: A quoi jouent-t-ils? »

  1. Toño,
    Ton article est bien ficelé et témoigne de ton expérience colombienne. Je suis pour ma part sceptique sur une éventuelle libération d’IB. Et je partage le point de vue de la Fundacion Nueva Esperanza qui se demande pourquoi sont laissés de côté la majorité des otages qui ne sont pas canjeables.
    Je crois que les FARC ne cèderont pas et que, ce faisant, elles apporteront une nouvelle preuve de leur barbarie. Mais je ne sais pas tout… Et je crains que, de toute manière, les comités Betancourt s’en prennent une nouvelle fois au malheureux Uribe, à la place de qui je ne souhaite vraiment pas être !

  2. très beau coup d’Uribe et Sarkozy! alors oui on peut se demander si cela ne cache rien de louche mais franchement sur le plan international c’est très très fort. Les FARC n’ont pas le choix sur ce coup là. Déjà qu’ils n’ont pas ou très peu de soutien à l’étranger s’ils ne jouent pas le jeu en libérant qq otages (les plus médiatique au moins) cela pourrait être leur fin!
    Je pense qu’il doit y avoir qq accords commerciaux derrière tout cela mais franchement cela serait de bonne guerre et ne me choquerai pas plus que cela. Ce qui l’est plus est le fait que cela ne se soit pas fait auparavant! sûrement que les circonstances et les données du problème étaient différentes, je ne sais pas!
    En ce qui concerne les comités de soutien de IB, j’imagine qu’ils diront plus merci à Sarko qu’à Uribe! sans être forcement un fan de notre président, je dois dire que si tout cela débouche sur une libération, il aura fait preuve d’un beau coup médiatique et diplomatique…à voir…rien n’est encore gagné, on ne sait jamais avec les terroristes!!!

  3. Ansiosa por ver la segunda parte de esta historia. Parece Telenovela. Que pena que sea a costa de la vida de otros. Parece que la vida tuviera precio como una cosa que permite solamente un trueque en el mercado o una compraventa.

  4. Les FARC bénéficient-elles d’appuis autres que celui des organisations terroristes ? Y a-t-il des politiciens européens qui les soutiennent ? Si ce n’est pas le cas, je ne comprends pas le

    s’ils refusent se rendant coupable de garder , ils perdrait de la crédibilité en France et probablement en Europe, se reléguant au vulgaire statut d’organisation terroriste avec qui il est impossible discuter.

    Cela dit, je serais curieux de voir comment tu placerais tes préférences dans ton théorème des jeux, et surtout de découvrir quel jeu tu utiliserais, puisque si selon toi les FARC vont choisir de perdre moins, c’est que l’on est plus dans un dilemme du prisonnier. Tu le dessines et pis tu le scannes ? 🙂

    Ce qui m’étonne le plus dans cette histoire, c’est de voir à quel point Uribe laisse Sarkozy s’agiter, lui donnant (vu d’Europe) le rôle d’un simple général de Sarkozy. Alors que l’on est en situation d’ingérence manifeste, Sarkozy donnait l’impression que la libération de Bétancourt est de son ressort, Uribe ne semble pas préocuppée de voir l’ancienne puissance colonisatrice expliquer à ses citoyens que la libération de l’otage est en bonne voie.

    Naïvement, il me semble que les FARC n’ont pas grandchose à perdre, et qu’Uribe a beaucoup à perdre. Sarkozy, lui, a de toute façon tout à gagner, le chouchou des médias étant toujours aussi adulé quoi qu’il fasse.

  5. Peu d’optimisme dans tout ça … Mais c’est vrai qu’on peut douter, les farc ont montré à plusieurs reprises qu’ils n’étaient pas très intelligent. Mais je crois aussi qu’ils se rendent bien compte de ce qui est en jeu. Sarkozy est tout neuf, il est là pour 5 ans, donc il est peut être utile si les FARC veulent imaginer pouvoir discuter avec quelqu’un. Il ne faut pas oublier qu’ils sont un peu tout seul depuis quelque temps. En contraste complet avec l’époque où on pouvait aller discuter avec Raul Reyes (porte parole des FARC) lors de ses conférences sur la paix un peu partout en Europe. (Et à Genève en 2001)
    Ce qui répond en partie à ta question Psyko. Plusieurs ONG soutiennent les FARC (souviens toi du scandale au Danemark où une ONG décidait de donner tous ces fond aux FARC.
    Attendons de voir bien sûr, vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué n’a jamais bien bon, mais si les FARC veulent avoir un interlocuteur elles doivent faire un peu geste…
    Il ne faut pas oublier non plus que les FARC râlent tout ce qu’elle peuvent contre le « label » terroriste que lui a refilé l’Union Européenne, alors le fait que quelqu’un veuille bien discuter avec eux leur donnerai du poids pour dire que cette appellation est erronée.
    Pour Uribe, tant qu’ici en Colombie « l’ingérence » ne se voit pas il a tout à fait raison de s’en foutre. Sarko et Uribe font leur « show » chacun chez soi et tout le monde est content!
    Pour le jeu je vais voir ce que je peux faire 🙂

  6. Mais… tu ne parles que d’un scandale dans ta réponse, non ?

    Plusieurs ONG soutiennent les FARC (souviens toi du scandale au Danemark où une ONG décidait de donner tous ces fond aux FARC.

  7. Ouais c’est vrai .. mais il y avait aussi les conférences de Reyes qui sont aujourd’hui décontextualisé et considérée comme un scandale.
    Le coup de l’ONG qui a avait filé ses benefs’ je me souviens plus si c’était des danois ou des suédois, ça fait environ un an, la somme était ridicule (genre 6000 euro) mais la symbolique très forte. En Colombie ça avait donné lieu à des manifestation devant l’ambassade. (je ne retrouve malheureusement pas la note dans El Tiempo… leur moteur de recherche est une vrai merde.
    Sinon il y a eu aussi l’histoire des T-short à l’effigie des FARC et avec un pourcentage pour eux, j’en ai vaguement parler ICI.
    Et à Genève il ne manque pas d’ONG de soutient pour ce groupe… regarde les affiches/annonces pour les invitations au conférences sur la colombie tu y trouveras des truc des 2 bords.. autant paras que farc.
    Les farc avaient même des représentants à la commission des droit de l’homme de l’ONU (aujourd’hui disparue!) gentiment invité par des grandes ONG international (que je ne citerai pas)…

  8. [quote post= »511″]Pour Uribe, tant qu’ici en Colombie “l’ingérence” ne se voit pas il a tout à fait raison de s’en foutre. Sarko et Uribe font leur “show” chacun chez soi et tout le monde est content![/quote]

    Je viens de lire une dépèche relatant la libération de Rodrigo Granda qui me laisse penser que l’ingérence commence à faire des remous :

    [quote post= »511″]…] la mère de Mme Betancourt, Yolanda Pulecio, a confirmé à la radio colombienne que la libération du chef guérillero avait été réclamée par le gouvernement français. “C’est le gouvernement français qui a plaidé en faveur de la libération de Rodrigo Granda afin de détendre un peu l’ambiance et que l’on puisse parvenir à un accord humanitaire”, a-t-elle dit.

    “C’est un homme intelligent qui jouera un rôle clef s’il veut apporter son aide”, a ajouté la mère de l’otage enlevée en février 2002.
    […]
    La presse colombienne manifestait lundi son trouble devant l’action menée par M. Sarkozy, qualifié de “moustique français”. “A quoi joue le président français ? De prime abord (…) à un show médiatique à haut rendement”, estimait un éditorial du principal quotidien colombien El Tiempo.[…][/quote]

    Il n’y a pas de raison que les Colombiens soient moins soucieux de leurs prérogatives nationales que les autres.

  9. Oui … mais c’est un ou deux Uribistes qui s’emballent dans el Tiempo, rien d’autre. Quant à Mme Pulecio, il ne faut pas croire qu’elle est très représentative de l’opinion général.
    Mais c’est aussi ce que je dis dans mon post, ici les gens sont plutôt ébahis et attendent de voir ce qui ce passe. En interne Uribe prend pas mal de risque, surtout dans ses troupes, car si cela foire, les critiques seront très forte: ses troupes pour avoir tenté de négocier avec les FARC, les défenseur d’otage pour avoir relâcher du monde sans faire d’échange, et les défenseurs de la justice pour l’avoir bafoué sans vergogne et pour rien!

  10. Je ne sais pas si Sarko pense tout ca tout seul du haut de ses talonnettes, mais moi il m’epate et il n’en finit pas de m’epater. Un grand chef d’Etat, vraiment. La droite a fait un score miserable parmi les expatries par rapport a ce qu’elle recolte d’habitude pour les presidentielles: il fait tout pour capter l’attention avec des sujets senses interesser les Francais de l’etranger. D’abord il passe pour le grand diplomate efficace que n’etait pas Chirac en paraissant se mettre au boulot des son arrivee pour regler la broutille vite fait bien fait (m’etonnerait pas que tout ca ait ete soigneusement prepare, si on avait une presse digne de ce nom quelqu’un aurait le bon gout d’enqueter). Ensuite il s’occupe de l’electorat de gauche en clouant le bec de ceux qui disent que les causes de gauche n’interessent pas la droite, les FARC etant quand meme assez soutenus au sein de l’extreme-gauche francaise… Enfin il ne laisse rien au hasard juste avant les legislatives, aide de ses fideles relais mediatiques, c’est Sarko a tous les etages.

    Dans la semaine precedant le second tour il avait annonce son intention de faire liberer les infirmieres bulgares prisonnieres en Lybie, sujet bien mediatise qui mobilise pas mal d’assos et d’activistes, tout de go, sorti de nulle part, puis des le 6 Mai dans son discours de victoire il annoncait qu’il offrait « la nationalite francaise » aux « infirmieres lybiennes », au grand dam de la presse bulgare qui s’est demande si pour le coup le nouveau President ne se fouttait pas un peu gentiment de la gueule du monde…

    Bref, reparlera-t-on de la Colombie apres les legislatives ? J’en doute. Mais comme avec lui, tout est possible, j’en mettrai pas ma main au feu. On ne peut jamais savoir ce qu’il trame. Et du coup on en parle. Et meme ceux qui le detestent lui font sa pub. Fort, trop trop fort !! Moi j’admire. Je hais mais j’admire.

  11. [quote post= »511″]Un grand chef d’Etat[/quote]
    Conclus pas trop vite s’il te plait… même si oui, il est épatant, travailleur et tout ce que tu veux mais il n’est pas encore un grand chef d’état… 🙂

  12. Tu as raison, je m’emballe: il restera toujours un petit traitre a talonnettes. Tu vois ruse le minus, il tirerait un compliment de n’importe qui, meme moi !

  13. Ping : Uribe et sa raison d'état sur Corto en Colombie ?

  14. Toc,Toc!

    Ou en sommes nous? vous avez les plans, des photos, un contact, je recherche ADOPTION couloir humanitaire, SVP.
    Tonio, pour tous les enfants de ce beau Pays.

    N21xx007

  15. Voilà un excellent article d’A. Rangel sur la justice transitionnelle qui, Tonio, semble te tenir à coeur (extraite de Cambio) :

    02/06/07
    Perdón y excarcelación

    Los gobiernos de Belisario Betancur, Virgilio Barco, César Gaviria y Andrés Pastrana sacaron de las cárceles a centenares de guerrilleros condenados por la más amplia variedad de delitos, incluidos delitos atroces. Lo hicieron mediante amnistías, indultos y suspensiones de penas. Ninguno de los excarcelados tuvo que confesar la verdad, ni los castigaron con la muerte política. Ni uno solo de los opositores del Gobierno actual, que hoy se rasgan las vestiduras ante la posibilidad de excarcelar guerrilleros y cómplices de los paramilitares, criticó jamás esas amnistías e indultos otorgados en aras de la paz. Si tuvieran un poco de coherencia, antes de criticar la actual iniciativa gubernamental deberían exigir la suspensión de las amnistías e indultos que les otorgaron en el pasado a guerrilleros del M-19, el Epl, las Farc, el Eln, el Prt, la Crs, el Quintín Lame. Si les sirve de algo, habría que recordarles que en Argentina les suspendieron la amnistía a los implicados en la guerra sucia de los regímenes militares y los llamaron a juicio. Pero, claro, a algunos de los opositores no les convendría el levantamiento de esas medidas porque tendrían que comparecer ante los jueces, o porque ellos mismos las promovieron como funcionarios, o porque las aplaudieron en su momento, o porque temen aparecer como enemigos de la paz. También hay que recordarles a los que hoy critican la iniciativa del Gobierno Nacional, y al mismo tiempo señalan el caso de Irlanda del Norte como un ejemplo de reconciliación, que ésta se logró gracias a la excarcelación de centenares de guerrilleros del Ira y de miembros de grupos paramilitares, como resultado del Acuerdo del Viernes Santo de 1997. Y allá tampoco tuvieron que confesar la verdad, ni les decretaron la muerte política, aun cuando muchos habían cometido crímenes atroces. En Sudáfrica también lograron la paz con amnistía y perdón, y todos los abanderados de la justicia transicional señalan ese caso como ejemplo paradigmático de reconciliación nacional. Y así hay muchos casos.Entonces, ¿por qué lo que en el pasado fue bueno en Colombia y en el presente es bueno en otros países, si lo propone el presidente Uribe es una propuesta indecente, sospechosa, inoportuna, indigna, desesperada, incoherente y desconcertante? Si lo que está tratando de hacer el Gobierno es aplicar los mismos principios de la pragmática de la reconciliación que ha logrado la paz en muchos lugares. Es buscar una justicia restauradora, más que una justicia punitiva. Eso sí, sobre la base de la confesión de la verdad, que es lo que no se ha logrado en otros casos. Aquí los responsables deberán mostrarse a la luz del día y confesar y reconocer sus faltas para que la sociedad y los jueces, al final de un juicio justo, les otorguen el perdón en forma de una suspensión condicionada de la pena. La confesión de la verdad será su castigo… y también su redención. El perdonado quedará en deuda con quien lo perdonó. El perdón resultado de la confesión otorgará a la sociedad una superioridad moral sobre el perdonado. Este siempre será visto como el ofensor que tenía una culpa y la ha expiado. Esto es mucho más de lo que nunca se ha logrado en Colombia, donde las amnistías han sido gratis. Y, con la venia de los abogados, este no es un tema jurídico porque el perdón es la negación del Derecho y la justicia transicional es la negociación de la Ley. Es un tema político para los partidos políticos. Ya lo señaló de una vez y para siempre el arzobispo sudafricano Desmond Tutu, respaldado por su enorme e inapelable autoridad moral: “El asunto del perdón es realpolitik”. Realismo político con autoridad moral.

  16. Ping : Granda à cuba sur Corto en Colombie ?

  17. Message adresse à monsieur Uribe.

    je demande une seule chose, de relacher Ingrid Betancourt, pour un échange
    proche de tous les prisonniers qui entre les des colombiens depuis.

    Je dis encore une chose au Farc de bien vouloir croire le président de la république Française.

  18. (comm dervois) : encore un qui n’a pas compris que ceux qui ont pris ingrid en otage sont les FARC, pas le président Uribe…

  19. Les absurdités d’hier sont les vérités d’aujourd’hui et les banalités de demain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *