Mexique: la vague rose ne déferlera pas!

Calderon, nouveau président du MexiqueAprès deux jours de comptage on connaît enfin le nouveau président du Mexique. Le conservateur Felipe Calderon a été choisi par les Mexicains pour diriger le pays pour les 6 prochaines années.

La voie du libéralisme s’impose face à  la vague rose qui déferlait jusque là  en Amérique Latine. Pourtant le choix est loin d’être clair car le représentant de la gauche, Lopez Obrador suit de très près le candidat conservateur.

Obrador voulait mener une politique en faveur des pauvres, dans un pays où la moitié de la population vit avec moins de cinq dollars par jour. Ce rêve s’est arrêté, ou en tout cas mis en pause car la politique à  venir sera plus en faveur des entreprises et des investissements étrangers qu’en faveur des pauvres.

Mais la vraie victoire de ce jour fut celle de la démocratie, car les Mexicains se sont déplacés en masse, certains traversant la frontière pour aller voter. Le mouvement fut tellement grand que certains bureaux de vote ont manqué de bulletins.

Felipe Calderon ne prendra ses fonctions que le 1er décembre pour un mandat de six ans non renouvelable. Son principal défi devrait être la lutte contre la pauvreté, qui touche la moitié des 103 millions de Mexicains mais aussi la lutte contre l’insécurité.

Il succède à  Vicente Fox qui avait porté de nombreux espoirs de réformes, le résultat est mitigé car le pays est encore plus divisé. Les résultats économiques sont relativement bons, comme presque tous les pays d’Amérique Latine, la croissance est de retour et l’inflation se porte bien. Cependant les statistiques économiques ne peuvent s’arrêter à  la simple croissance. Le cas du Mexique est un exemple en la matière, l’intégration économique avec la première puissance économique mondiale a dopé les chiffres des exportations et de la croissance, cependant la situation du Mexicain moyen n’a guère changé.

On est confronté toujours au problème de la concentration de la richesse, et le fossé entre les riches et les pauvres se creuse.

Bref le nouveau président a du pain sur la planche, notamment tous les échecs de Vicente Fox: « Je n’ai pas réussi à  faire approuver la réforme fiscale, ni celle de l’énergie, ni celle des retraites. Ce sera au prochain gouvernement d’y parvenir car ces réformes sont très importantes. Tout comme il devra accélérer les créations d’emplois et les efforts en matière de santé et d’éducation. »


3 réflexions au sujet de « Mexique: la vague rose ne déferlera pas! »

  1. Ping : tonio reporter AgoraVox

  2. Pour quelqu’un, comme moi, qui a vécu + de 4 ans à Mexico, c’est un sentiment de honte qui m’envahit lorsque je lis que les résultats économiques sont bons au Mexique et que la démocratie a quelque chose à gagner avec une (éventuelle) victoire du PAN. Les résultats ne seront connus qu’après le recomptage de mercredi (5 juillet). Pour des sondages, voir le site du journal La Jornada: http://www.jornada.unam.mx/2006/07/04/index.php

  3. « c’est un sentiment de honte qui m’envahit lorsque je lis que les résultats économiques sont bons au Mexique »

    je suis désolé si cela te touche mais relis bien le paragraphe en question, je dis que les inidicateurs économiques sont bons (croissance, inflation etc…) mais je dis aussi que ces indicateurs ne sont pas tout… cf les inégalités.

    De la même manière je ne dis pas que la démocratie gagne quelque chose avec une victoire du pan … je dis qu’elle gagne avec la participation des électeurs Mexicains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *