Pattes d’ef’ et Broderie

Les années soixante furent marquées en Colombie par la création de plusieurs groupes armés, en France, Mai 68 marqua les esprits mais restera dans les annales des révolutions manquées. Mais, à  mon sens c’est surtout le vrai début de ce qu’on appelle aujourd’hui la mode, les années 60 constituent une période de rupture, on voit apparaître les premiers stylistes de prêt-à -porter tels que Pierre d’Alby, Chloé, Christian Aujard, Charles Maudret. C’est aussi les premiers moments des « boutiques », phénomène qui perdure encore aujourd’hui.

Les pantalons pour femmes s’imposent et la minijupe est inventée, du coup les bas sont remis au placard, remplacé par les collants.

Côté homme il faut attendre le King pour commencer à  voir de l’originalité et du goût! On voit apparaître le très fameux pantalon pattes d’ef’ blanc avec une jolie broderie en or sur le côté, le tout avec une petite surpiqûre rouge sang au niveau des poches arrières. La prophétie à  eu lieu, après cela on ne peut plus rien espérer, il n’existe plus rien à  inventer.

Le rock n’ roll d’Elvis en pantalon blanc a fait tomber tous les tabous, on est au ciel et on rêve, … la suite est plus triste, la mode change et les pantalons blancs reste au musée. Mais, et là  est la raison de cette courte note, en Colombie tout n’est pas perdu. Dans les années 80, tout aussi noir et triste pour la Colombie, sont apparut les affreux trafiquants de drogues, leurs cartels et leurs inhumanités. Cette apparition va faire réapparaître la mode vestimentaire du King, j’imagine que ces monstres voulaient mettre un peu de joie dans leur triste vie.

Pour eux c’est probablement raté, mais ils ont le mérite d’avoir fait perdurer une mode bien kitsch et bien sympathique…

Ce contenu a été publié dans Mode par Toño, et marqué avec . Mettez-le en favori avec son permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *