Relation bilateral: la provoc!

FumigationLe nouveau président d’Équateur, Rafael Correa est à  peine élu que la Colombie lui donne la bienvenue. Certes Correa a dit à  plusieurs reprises qu’il ne considérait pas les FARC comme des terroristes, ce qui est discutable car contrairement à  ce que beaucoup croient l’appellation de terroriste n’enlève pas le caractère politique aux personnages incriminés.

Avec ses paroles Correa s’était déjà  fait un ennemi … le président colombien!

La réponse d’Uribe ne s’est pas trop fait attendre, Correa a été reçu au palais présidentiel aujourd’hui. Ce même jour la Colombie annonce qu’elle va reprendre les fumigations aux frontières de l’Equateur. Ces dernières avaient été suspendues suite à  une demande du gouvernement équatorien, les fumigations ont des effets très graves sur l’environnement et les habitants avoisinant.

Les relations bilatérales s’annoncent bien. Heureusement qu’il reste le Chili et le pragmatisme de Mme Bachelet sinon Uribe se sentirai tout seul au bout de son continent.

5 réflexions sur « Relation bilateral: la provoc! »

  1. S’agissant de pragmatisme, on peut compter aussi sur Lula. En actes et en paroles. Ne déclarait-il pas hier soir qu’il se sentait de moins en moins de gauche ?

  2. ah .. je ne l’avais pas entendu celle là! Il a dit ça pour faire des alliances au niveau interne?

    En parlant du pragmatisme de Lula cela me fait penser que que je ne sais pas comment collaborent la Colombie et le Brésil ..mais aux vues des relations internationales colombiennes je doute qu’il y ait grand chose à dire…

  3. La réponse de l’Équateur ne s’est pas fait attendre non plus… Ils parlent de retirer leur ambassadeur…

  4. Non, Lula n’a pas besoin de ce genre de déclarations pour faire alliance avec d’autres partis. En fait, Lula, même en tant que leader syndical, n’a jamais cherché à faire montre d’une orthodoxie partisane, quelle qu’elle soit.

    Et puis, en Amérique Latine, droite et gauche ne veulent généralement pas dire grand chose. L’ego des dirigeants prime sur toute couleur politique 😉

    Toño, qu’avez-vous voulu dire quant aux « relations internationales colombiennes » ?

  5. Je crois que le plus simple c’est que j’écrive un post sur le sujet. La Colombie a une histoire en terme de relations internationales très pauvre. Les gouvernements colombien successifs ont toujours cherché a éviter l’internationalisation du conflit interne (jusqu’à Pastrana en 1998). De plus à part le président Samper (94-98) qui a été contraint à chercher des relations ailleurs qu’aux USA les autres ont eu très peu de contact avec d’autres pays.

    Pour cette raison je doute que les relations colombo-brésilienne soit très développée.
    Mais d’une autre part la Colombie vient d’acheter 25 avions de guerre au Brésil…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *