Fight-club à Florence

A chacun sa coutume sauvage, Florence la magnifique et généralement très pacifique évacue sa rage une fois par année dans un tournoi barbare, grandiose et incroyablement violent. Mieux que tous commentaires, les images parlent d’elle même.
[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=QW-wxTW7OCI&feature=player_embedded[/youtube]

Florence: il Collettivo Prezzemolo

Sur un fond de contestation ambiante dans la majorité des pays du sud de l’Europe, est né il Collettivo Prezzemolo qui se présente lui même comme un réseau de contacts, expériences et connaissances, par lequel les mouvements anti-crise peuvent coordonner leurs stratégies de réalisation d’un projet transnational de résistance.
L’idée est née un soir autour d’un verre de vin où une bande de doctorants de l’Institut Universitaire Européen refaisait le monde, et faute de le refaire ils en discutent. La première étape « publique » se déroule samedi prochain (28 mai) et aura lieu au « Progetto conciatori » Via de’ Conciatori 2 à  Florence. Une bonne occasion pour connaitre les dynamiques locales et écouter quelques intello réputés comme Donatella Della Porta, Prof. de socio à  European University Institute, et finir la journée par une session théâtre ou cinématographique accompagné d’un apéro!
Le programme complet:

Berlusconi ne s’en va pas

On rêvait déjà  de la fin de l’aire Berlusconi, tout le monde notait les dégâts « irréparables » à  la santé, l’Université et les autres services de l’Etat, le problème des ordures de Naples qui perdure, un chômage qui atteint près de 11% et la croissance quasi nulle. Le coup fatal devait arriver à  travers du nouveau mouvement Futur et Liberté, formé autour du président de la Chambre des députés, Gianfranco Fini l’été dernier. Il n’en fut rien, le double vote de censure, au sénat et à  la chambre des député n’est juste pas passé. Le gouvernement de Berlusconi se sauve de justesse, lors d’un vote entaché de dénonciation de corruption: un député réformateur passé chez les non-inscrits, Massimo Calearo, affirmait hier que le vote d’un élu d’opposition «s’achète entre 350.000 et 500.000 euros». Le parquet de Rome a tout de même ouvert une enquête pour corruption présumée… En attendant Berlusconi règne et la rue s’insurge…

Rome est mis à  sac:

J’ai troqué Uribe pour Berlusconi

Eh oui … ma foi! Je ne suis pas sûr que je vais vraiment voir la différence, ni gagner au change. Mais les similitudes me permettront au moins de m’acclimater un peu plus vite à  la politique italienne, car cel risque d’être long…. Le temps que je découvre vraiment l’histoire italienne, que je me plonge dans les entrailles de cette magnifique ville qu’est Florence, etc… et que je peaufine mon italien, c’est pas gagné, mais les parodies sur Berlusconi m’aide!
[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=NE3t-y6KRUw[/youtube]

Florence

холни масиCette fois c’est parti, ou plutôt c’est arrivé, je pose enfin ma valise avec un perspective à  au moins 2 ans. Wauu! Et je dirais même un double wauuu… parce que le lieu à  du charme. Je passe devant ce truc tous les matins pour aller au boulot, on l’appelle couramment le Duomo:

Et, comme la vie est dure, je bosse avec une vue comme ça, le jardin de la Villa Schifanoia…